More
    More

      Girls : Critique du premier épisode de la saison 5

      La série de Lena Dunham, Girls, produite par HBO, était de retour ce lundi 22 février pour une saison 5. L’occasion de revenir sur ce premier épisode qui a offert une belle entrée en matière à ses personnages, et promet le meilleur à venir pour une série qui s’était relativement essoufflée dans sa saison précédente.

      On était content de retrouver Hanna, Marnie, Jessa et Shoshanna cette année, après presque un an d’absence (la quatrième saison s’était achevée en mars 2015). En effet, depuis 2012, le bébé de la créatrice / scénariste / réalisatrice / actrice Lena Dunham, et produite par Judd Appatow, aura fait parler d’elle : en 2013, elle rafle notamment sept prix dans les grands festivals, dont deux aux Golden Globes. Mais le succès n’est pas sans aléas, et les critiques négatives ne tardent pas à suivre. On reproche en l’occurrence à Lena Dunham sa sur-exposition à l’écran, le nombrilisme exaspérant de son personnage, hypocondriaque névrosée mais terriblement drôle, ou encore le manque de diversité du casting. En effet, l’intrigue se déroule principalement dans un New-York bobo.

      Au-delà de ça, Girls est une série qui semble bienvenue en des temps où l’on a tendance à primer le politiquement correct. En réponse, Lena Dunham tente de donner un coup de pied dans la fourmilière en faisant valser les codes, notamment ceux qu’on impose trop souvent aux personnages féminins à la télévision. Cela est d’autant plus criant dans les shows télévisés, privilégiés par un public largement féminin. En revanche, les silhouettes présentes dans la série Girls sont imparfaites. Et bien que les formes généreuses prônées par la créatrice aient valu de nombreuses moqueries discriminatoires, chacun s’accepte tel qu’il est.

      girls-saison-5

      Si les personnages peuvent se montrer insupportables, c’est aussi parce qu’ils nous ressemblent, dans leur difficulté à gérer leur vie de vingtenaires déphasés. Surtout qu’ils savent se montrer sympathiques, et que leurs défauts finissent tôt ou tard par être raillés. La finesse de l’écriture de Girls, c’est sa capacité à prendre du recul sur elle-même et à se moquer indirectement de ses personnages quand ces derniers en font trop (Cf. les lubies maniques de Marnie). Le premier épisode de la saison 5 en est d’ailleurs un bon exemple. On retrouve les filles au mariage de Marnie avec Desi, son partenaire musical.

      « On dirait une mauvaise rom-com. »

      Girls saison 5 épisode 1

      Au programme, le meilleur de la série : la personnalité de chacune atteint un point d’orgue et beaucoup de passages suscitent un rire franc. L’égoïsme d’Hanna, la folie douce de Shoshanna (qui revient périodiquement du Japon où elle s’est installée pour travailler), la nonchalance positive de Jessa (qui embrasse Adam, aka Adam Driver, aka Kylo Ren dans Star Wars VII) et la psychorigidité envahissante de Marnie, qui s’inspire d’un clip d’Edward Shape pour le thème de la cérémonie, et se retrouve maquillée comme une voiture volée. C’est rafraîchissant de voir une série sérieuse sachant pertinemment ne pas trop se prendre au sérieux et qui offre à ses spectateurs un alliage d’infinie tendresse et d’humour sarcastique sans limites.

      Au plaisir de les retrouver dès la semaine prochaine pour un nouvel épisode.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité