More
    More

      Critique « Maniac » Fin de S1 (Netflix) : trop d’idées inachevées ?

      Le début de Maniac nous avait permis de présenter l’univers de la série créée par Patrick Sommerville pour la plateforme américaine Netflix.

      Les 5 derniers épisodes de Maniac racontent la fin de l’expérience scientifique qu’ont effectuée Annie et Owen. On découvre aussi la suite de leur sortie de cette expérience.

      Cette première saison de Maniac réunit de nombreux acteurs de renom. Emma Stone par exemple, joue le rôle d’Annie. Elle retrouve Jonah Hill onze ans après son premier vrai rôle dans le film Supergrave. Jonah interprète ici Owen. L’équipe de publicité a beaucoup communiqué sur le casting.

      Le découpage des épisodes n’est pas forcément approprié. En effet, plus d’épisodes se consacrent à certaines pilules plutôt qu’à d’autres. Le spectateur peut facilement être perdu.

      Il y a également très peu d’ explications précises sur ce qu’il se passe. Le spectateur se fait son propre avis mais on a parfois du mal à démêler le vrai du faux. Le scénario possède-t-il suffisamment d’informations pour ne pas faire décrocher le spectateur ?

      La fin est également peu compréhensible. On append peu de choses sur les résultats de l’expérience.

      Les sujets 1 et 9 (Owen et Annie) sont les principaux sujets de cette expérience. Cependant, on ne connaît pas du tout les expériences des autres et c’est dommage. En effet, le scénario ne met pas en valeur l’évolution de leurs personnages.

      Maniac s’inspire librement de la série éponyme et norvégienne de 2005. Cette dernière critique la société en faisant voyager son héros, un homme psychotique, dans différents univers. Est-ce aussi le cas ici ? C’est beaucoup moins clair. C’est vrai que l’utilisation constante de la technologie au quotidien pourrait se refléter dans Gerta, la machine qui contrôle l’expérience et qui subit un deuil.

      Certains personnages agissent de façon assez cliché et, de fait, sont peu attachants. En effet, le docteur avec ses problèmes sexuels a forcément des difficultés avec sa mère. C’est assez grossier dans la manière de présenter les choses. Il ne semble pas du tout sympathique au vu des éléments que le spectateur a.

      Les clins d’oeil au féminisme agrémentent le scénario. L’affaire qui oppose le frère d’Owen à sa collègue rappelle sans doute celle d’Harvey Weinstein. Est-ce un soutien de la cause féministe ou un simple coup de buzz ?

      On remarque également que c’est un docteur homme qui dirige cette opération même si c’est la femme qui a créé la machine. La mère du médecin écrit également des mauvais romans et est une mauvaise mère. Dans Maniac, les hommes semblent plus subir les décisions des femmes (départ du foyer, mère trop présente etc…).

      L’imagerie est très jolie. Cette première saison de Maniac est très soignée et cinématographique. On peut y voir des références aux grands films de science-fiction comme 2001 : l’odyssée de l’espace avec la machine qui devient incontrôlable. De même, les rêves d’Owen et Annie sont truffés de clins d’oeils à la pop culture (Le seigneur des Anneaux, les années 90 etc…).

      L’un des points forts de Maniac est le département des costumes et des décors. On voit ici aussi le travail remarquable des costumiers et des accessoiristes.

      Le talent des acteurs est vraiment mis en valeur dans cette série grâce aux différents personnages qu’ils interprètent. Beaucoup d’autodérision avec des costumes parfois ridicules. Ils font preuve de beaucoup d’autodérision avec certains costumes.

      Cette première saison de Maniac possède de nombreuses qualités. Cependant, le jeu des acteurs et l’image ne sauvent pas l’histoire de Maniac qui est un peu bancale.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.