More
    More

      Critique « Jeunes filles en prison » S1 (Netflix) : voyage en prison juvénile !

      Jeunes filles en prison est une série documentaire produite par Netflix. Cette série de 8 épisodes de 45 minutes nous présente la vie quotidienne d’un centre carcéral pour mineures à Madison dans l’Indiana.

      L’Unité 5 et l’Unité 6 de la prison pour jeunes femmes accueillent l’équipe de tournage de Jeunes filles en prison. Cette dernière nous expose l’évolution des prisonnières et de l’équipe carcérale durant quelques mois.

      Les inspirations de Jeunes filles en prison sont évidentes. Orange is the new black pour l’environnement carcéral féminin et Making a murderer pour le format reportage. La série surfe complètement sur le succès de ses grandes sœurs sans jamais les égaler.

      La série décrypte l’évolution des jeunes prisonnières au sein de l’établissement. Il y a également un suivi après leurs sorties. On voit leur envie de se battre pour changer de vie.

      On connaît peu l’histoire de ces filles. Il manque des éléments pour comprendre pourquoi elles sont arrivées à Madison. On n’arrive pas vraiment à s’attacher pleinement car on ne connaît pas tout leur parcours.

      La série ne respecte pas tout le temps le format reportage. Elle vire parfois un peu trop vers la télé-réalité. D’ailleurs, c’est à se demander si ce n’est pas une inspiration. Est-ce une volonté de traiter un sujet violent pour plaire au public américain qui est friand de ce genre de programme ?

      En effet, la violence est très présente. Le lieu en lui-même est un rappel constant car c’est la punition à leurs mauvaises actions. De plus, les relations violentes et émouvantes entre ces jeunes filles paumées et leurs familles sont bien mises en évidence.

      Les rivalités sont également très mises en avant. Ce sont des codes de la télé-réalité. Une fois de plus, on s’interroge sur ce qui est réellement réel. Mais, il faut tout que même se souvenir que les caméras et les équipes techniques sont présentes que durant quelques mois.

      Les présentations des prisonnières rappellent celles des télé-réalités encore une fois. La série est entre deux chaises. Cela déstabilise le spectateur.

      Les erreurs de montage sont très fréquentes. Par exemple, on retrouve dans l’épisode suivant des filles qui sortent de prison et qui ont continué leurs études.

      Les questions des journalistes sont entendues à l’écran et cela renforce un effet télé-réalité, ce qui décrédibilise Jeunes filles en prison. On n’a pas l’impression de voir un documentaire mais une télé-réalité.

      L’identification est très facile avec ces filles mais aussi l’équipe encadrante. On sent que les professeurs sont là car ils aiment leur métier. Le départ de la première conseillère des prisonnières a beaucoup fait pleurer. L’émotion ressentie lors de son départ est vraiment très touchante et réaliste.

      L’espoir est très présent dans la série. Cette dernière souligne le professionnalisme de l’équipe carcérale.  Les prisonnières se sentent soutenues par elle. A tel point qu’on se demande parfois si ce n’est pas de la publicité pour cet établissement.

      Les histoires des prisonnières sont très mises en avant pour qu’on s’attache à elles. On peut se demander quel est leur but lorsqu’elles ont accepté d’apparaître dans une telle série. Est-ce pour raconter leurs histoires et ainsi sensibiliser les potentielles délinquantes ? Ou bien pour avoir leurs quarts d’heure de gloire ?

      La série n’est pas très claire sur le sujet et c’est vrai que, encore une fois, la réalisation de la série nous déconcerte.

      La volonté de surfer sur le succès de séries Netflix déjà existante est palpable. Jeunes filles en prison donne l’impression de voir un crossover entre Orange Is The New Black, Making a Murderer et une télé-réalité. Les erreurs de montage dans les derniers épisodes nous font complètement déconnecter de la série.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.