More
    More

      Chicago Fire saison 5 : critique du premier épisode

      La cinquième saison de Chicago Fire, la série créée par Dick Wolf qui suit les pompiers de la Caserne 51 de la ville de Chicago sur NBC vient de débuter aux Etats-Unis. Que vaut The hose or the animal, le premier épisode ? Notre avis. 

      Attention Spoilers !!

      On avait laissé nos héros dans différentes situations à la fin de la précédente saison : Jimmy, endeuillé par la mort de son frère en voulait au chef Boden ; Gabby venait d’adopter le petit Louie et Casey revenait vers elle ; Severide et Stella se fréquentaient en dehors du boulot. La dernière scène nous révélait le retour de l’ex de Stella, armé d’un couteau, dans son appartement. 

      CHICAGO FIRE -- "The Hose or The Animal" Episode 501 -- Pictured: Taylor Kinney as Kelly Severide -- (Photo by: Matt Dinerstein/NBC)

      La série phare de la franchise Chicago est la troisième à faire sa rentrée, avant Chicago Justice en janvier prochain. L’épisode reprend au même moment que le final de la saison 4, c’est-à-dire dans l’appartement de Stella (Miranda Rae Mayo), qui s’aperçoit que son ex est dans la nature. Tout au long de cet épisode, on essaye de nous rassurer, qu’il ne représente pas une sérieuse menace. C’est sans compter la fin de l’épisode, qui place Severide (Taylor Kinney) dans une position plus que délicate. On imagine aisément que cette histoire puisse lancer le prochain spin-off Chicago Justice, si toutefois Severide était poursuivi pour son geste.

      Dawson (Monica Raymund), entretient quant à elle, quelques doutes. Elle doute d’arriver à concilier son métier avec celui de maman. Celle qu’on a vu se battre pour arriver là où elle en est, celle qui ne lâche jamais rien semble faire machine arrière en considérant les risques d’être pompier. Elle n’a pas envie que son enfant redevienne orphelin, ce qui la pousse à prendre une décision inattendue : reprendre son poste d’ambulancière aux côtés de Sylvie. Une légère déception pour celle qu’on nous a toujours présentée comme une femme forte et qui savait ce qu’elle voulait.

      Cela nous amène à l’histoire entre Jimmy Borelli et sa haine envers Boden (Eamonn Walker). Il continue à lui en vouloir au sujet de la mort de son frère, et passe pour une tête à claques tout au long de l’épisode. Après avoir décidé de le suspendre pour insubordination, Boden revient sur sa décision et décide finalement de le réintégrer à la place de Gabby dans le camion. Espérons que cette histoire ne traîne pas trop en longueur, car cela pourrait devenir très lassant, surtout lorsque l’on sait que l’acteur qui interprète le personnage de Jimmy à savoir Steven R. McQueen, n’est pas le favori des téléspectateurs. 

      Casey (Jesse Spencer) décide pour sa part d’abandonner sa carrière politique de conseiller municipal pour se concentrer sur son travail et sa nouvelle vie de famille. Il s’agit d’un choix assez fort de sa part, une décision qui rejoint un peu celle prise par Dawson, celle de placer la famille au centre des préoccupations. On espère tout simplement qu’il n’aura pas trop de mal à tout quitter à cause de Susan Weller. 

      Jusqu’ici, l’épisode a beaucoup plus tourné sur des séquences un peu plus sérieuses et rigides. C’est le personnage de Mouch (Christian Stolte) qui a emmené un peu de légèreté dans cet épisode. En effet, il écrit des « fan fictions » en prenant la caserne comme départ des intrigues de ses écrits. C’est sans compter sur Sylvie Brett (Kara Killmer) qui le démasque ! On apprécie ces petites histoires parallèles qui apportent un peu de second degré dans cet univers assez froid du travail de la caserne. Sylvie chez qui l’on sent une petite admiration pour le frère de Dawson, Antonio (Jon Seda de Chicago PD), pourrait se laisser tenter par une petite aventure et voir ainsi par là le début d’une future histoire d’amour pour le personnage ? 

      A noter aussi les apparitions du Dr Daniel Charles (Oliver Platt) et de Sarah Reese (Rachel DiPillo), tout droit débarqués de Chicago Med.

      En conclusion, une reprise efficace pour ce premier épisode de la saison 5. Toujours des interventions spectaculaires, du drame personnel, de l’humour, et des histoires bien ficelées. Chicago Fire n’a rien à envier à ces petites sœurs, et elle nous prouve qu’elle sait manier ses personnages et lancer encore et toujours de nouvelles intrigues. On aime cette caserne, on aime ces personnages et ils nous le rendent bien !  

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité