More
    More
      Array

      Une dernière journée explosive pour clore Beauregard !

      Aujourd’hui quatrième et dernier jour du festival Beauregard. Bien que la journée ait commencé par un temps plutôt pluvieux, le soleil a finalement pointé le bout de son nez vers 18h et nous a laissés profiter de ses rayons jusque 22h30. Carton plein pour le climat durant le festival ! George Ezra étant malade c’est finalement Elecampane, un groupe local, qui l’a remplacé. Étaient attendus aujourd’hui Mountain Men, My Sumer Bee, Elecampane, Django Django, Asaf Avidan, Benjamin Clementine, Etienne Daho, Timber Timbre et pour clore le festival, Lenny Kravitz !

      La journée commençait aujourd’hui par Mountain Men à 15h30. Les deux hommes qui composent le duo, Mr Mat et Barefoot Lano, entrent en scène devant les premiers festivaliers arrivés sur le site. Les deux artistes donnent aussitôt le ton avec leur musique très rythmée: mélange de blues, folk, pop et rock. L’envie de danser titille le public ! Les notes d’harmonica donnent un style country à certains instants et c’est plutôt plaisant ! Ils ont bien sur repris les titres les plus connus de leurs albums comme « Egotistical » ou « She Shines ». Moment très agréable en la compagnie des deux musiciens français pour bien commencer la journée !
      My Summer Bee arrive ensuite sur la scène. Ce quintuplé français, composé du chanteur, d’un batteur, d’un guitariste, d’un bassiste et d’une claviériste/chanteuse, est rafraîchissant et énergisant. Ils envoient une electropop stylée qui fait d’emblée danser la foule. Ayant déjà rencontré le public Caennais lors du Nördik Impakt avec Jungle (groupe présent Vendredi soir), My Summer Bee pouvait vraiment ressentir la présence et l’énergie de ses fans. Un groupe vraiment agréable, plein de vie, qui donne envie d’en voir plus !
      Elecampane est le groupe local qui a remplacé George Ezra, malade, au pied levé. Ce trio normand, qui a sorti l´ EP quatre titres High Hopes il y a à peine 1 mois, a donc eu l’occasion de présenter sesmorceaux au grand public. Et ça a fait mouche !

      ElecampaneElecampane

      Django Django prend place à son tour devant le micro. Le quatuor (claviériste/ batteur, bassiste, guitare/voix) commence sobrement puis monte rapidement les niveaux. Dans la vie comme sur scène, ils sont très complices, comme on a pu le voir durant la conférence qu’ils ont donné à 16h10 au coin presse. Les musiques sont entraînantes et donnent un petit coup de pep’s avant le concert d’Asaf Avidan !

      19h10, Beauregard est assaillie rapidement par la foule. Les gens se pressent auprès de l’estrade, curieux de voir ce que donnera la prestation d’Asaf Avidan! Et c’est parti, dès les premières notes, le public suit l’artiste. Asaf Avidan, marcel noir, tatouages, barbe poivre et sel, hypnotise les festivaliers avec cette voix si particulière: à la fois écorchée, suraigüe et rauque.. Les notes que tient l’artiste sont exceptionnellement hautes, à se demander si ses cordes vocales ne seraient pas bioniques ! La foule danse sur les rythmes entrainants de ses chansons, tantôt pop, tantôt rock; on assiste à une succession de chansons toutes différentes les unes des autres. Un pur régal. Puis surgissent les premières notes de « One Day » à la guitare, LA chanson d’Asaf Avidan, celle que tout le monde connait. Instantanément, le public se resserre, lève les mains et…la magie a agit. Asaf nous emmène sur une autre galaxie pendant huit minutes. Il chante, le public chante, il descend parmi les festivaliers, s’assoie sur la rambarde à quelques centimètres d’eux. L’émotion est à son comble. Puis l’instant se termine et l’artiste retourne sur scène finir sa chanson. A la fin de la chanson, remerciement de la star « Merci beaucoup! Ca a été un plaisir. C’est toujours un peu difficile dans les festivals. Je sais que certains d’entre vous ne sont pas familiers avec ma musique et j’apprécie votre patience donc merci merci… Merci beaucoup. » Il finit son set puis remercie sincèrement et chaleureusement le public. Public qui lui fait un rappel. Ému, il quitte la scène sur un « You are wonderful and also free, take care ». Il a même pris quelques minutes pour faire quelques photos avec ses fans ! Un artiste incroyable, un show envoûtant, un public reconnaissant; magnifique moment !

      Asaf AvidanAsaf Avidan remerciant son public

      Après le moment d’émotion que nous a offert l’artiste israëlien Asaf Avidan, la foule se dirige vers la scène John, sur laquelle se produit Benjamin Clementine pour un autre moment d’émotion. Il apparait sur scène au piano, accompagné de son batteur. Les chansons ne se ressemblent pas, le public ne s’ennuie pas. Tantôt a capella avec quelques précieuses notes de piano, tantôt avec une voix plus rock et de la batterie, le jeune artiste londonien a réussi à faire vibrer son public.
      L’incontournable monsieur de la Pop nous fait le plaisir de se produire pour cette dernière soirée. Lunettes noires, chemise noire avec quelques strass et bien sur le bandana noir dans la poche arrière de son jean. On retrouve Etienne Daho. Le ton est donné! Beaucoup de monde l’acclame et se presse, de plus en plus, près de lui. C’est une chance de l’avoir sur scène, et le public en est conscient. Après son problème de santé il y a 2 ans, c’est le début de la tournée qui signe son retour.. Cette soirée à Beauregard était sa deuxième date (après les Eurockéennes hier soir)  de la tournée qu’il entame et qui durera tout l’été. Sans surprise, il a su combler les attentes des festivaliers, expérience oblige! Il a même esquissé quelques pas de danse tout au long de son concert, ses nombreux fans, de tous âges, dansant avec lui et reprenant en cœur les grands tubes qu’il nous a interprétés.

      Etienne DahoEtienne Daho – Gaelle Evellin photographer

      A 22h20, le trio canadien Timber Timbre entre sur la scène John. Les 3 artistes installent le décor dans leur monde rock-folk envoûtant. Ils sont en France afin de présenter leur cinquième album Hot Dreams, à leur public d´Outre Atlantique. Et ce dernier apprécie le style personnel des trois musiciens, qui mélangent le violon à la batterie et à la guitare. Ça colle, le public aime et il le montre !
      Pour clore le festival, l’organisation a prévu la star Lenny Kravitz pour se produire sur la scène Beauregard. L’artiste était très attendu par ses fans, qui se pressaient devant la scène et scandaient son nom en espérant le voir arriver. La sortie du maestro pour rejoindre la scène était également attendu devant le château de Beauregard, qu’il avait privatisé pour sa venue. Il entre sur scène avec 3 choristes, 3 cuivres ainsi que guitare, basse, batterie, clavier. Et le show commence! Ce que nous offre Kravitz, ce n’est pas un concert comme on a pu le voir durant le week-end, c’est un bon gros show lourd à l’américaine. Il reprend ses plus grands succès tels que « Fly Away », « I Belong to You », « Dirty with boots » ,entre autre… Lenny Kravitz prend un moment pour présenter ses musiciens, « sa famille » comme il dit. Au moment où il présente sa batteuse, Cindy Blackman, un petit bonhomme du public les émeut, a tel point que Lenny Kravitz le fait monter sur scène ! Le petit lui fait un énorme câlin, puis va faire voir son idole, la virtuose de la batterie qu’il prend également dans ses bras, puis embrasse. On sent bien que les émotions sont fortes et débordent sur scène, au point de contaminer le public également ! Cindy offre les 2 baguettes de sa batterie avec lesquelles elle a commencé le concert puis le laisse retourner vers Lenny Kravitz. Un dernier câlin, un geste victorieux et le petit redescend dans la foule, son moment magique gravé à jamais. Petite larmichette pour les plus sensibles du public, puis le show reprend avec « Always on my Run », (dédicacé par Kravitz au petit chanceux: « Little brother, you’re the future. This is for you » ) qui part en une improvisation style jazz pendant vingt bonnes minutes. Un moment unique durant lequel on a pu voir que les artistes prenaient réellement un pur plaisir à jouer sur scène.

      lenny kravitzLenny Kravitz et le petit chanceux du week end

      Lenny Kravitz finit son set avec flamboyance, ses chansons connues et chantées par tous. Le spectacle a été exceptionnel, surement au delà des espérances des festivaliers. Moment magique offert par Lenny Kravitz à son public Français avec lequel il a beaucoup interagit durant le concert. Superbe concert pour terminer ce beau festival !
      Le festival Beauregard ca a été 32 artistes et plus de 80 000 festivaliers. Des artistes de tous styles musicaux sont venus à Hérouville Saint Clair pour le plus grand plaisir du public très diversifié. Des découvertes agréables comme My Summer Bee, Alt-J ou 2 Many DJs mais aussi des artistes qui n’ont plus à faire leurs preuves qui reconquissent une énième fois leur public comme Sting, Scorpion ou Lenny Kravitz. Le festival Beauregard est un festival où l’on peux passer un moment tout à fait agréable et familiale en toute simplicité. Et sous le soleil en prime cette année ! Il y a plus qu’à espérer que l’édition de 2016 sera au moins aussi bonne. Félicitation à toute l’équipe qui a su gérer avec brio ce grand festival en devenir !

      Inès Khazaz/Morgane Rosolenet

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.