More
    More
      Array

      Top 5 des odyssées spatiales

      Alors que « Seul sur Mars » de Ridley Scott est en ce moment dans nos salles, mettant en scène Matt Damon livré à lui-même, cela nous a donné envi de faire un top 5 des meilleures odyssées spatiales.

      Numéro 5 :

      « Sunshine »

      Sunshine

      Réalisé par Danny Boyle, le metteur en scène britannique de « Trainspotting », « Sunshine » avec Chris Evans ( le futur captain america ), Mark Strong et Cillian Murphy, sorti en 2007, est une épopée de science fiction spatiale qui raconte comment un groupe d’astronautes est chargé de rallumer le soleil en passe de s’éteindre et de découvrir ce que sont advenus leur prédécesseurs. « Sunshine » est un film puissant, alliant merveilleux et horreur. Le long métrage oscille constamment entre beauté et chagrin. « Sunshine » est incroyablement prenant grâce à ses personnages travaillés et ses interprètes. Malgré un fin décevante le long métrage a réussit à passionner son spectateur grâce à une mise en scène audacieuse et surtout une musique inoubliable. Découpé en deux parties entre horreur et science fiction, une certaine poésie improbable est omniprésente, mise en avant grâce à une photographie majestueuse, se dégage et possède le spectateur.

      Numéro 4 :

      « Gravity »

      gravity

      Réalisé par Alfonso Cuaron avec George Clooney et Sandra Bullock, « Gravity » est une des claques sortie en 2013. Un long métrage qui respecte les promesses qu’il avait émit! Une claque visuelle délirante, homérique, sensationnelle, grâce à des plans sidérants! Le long métrage commence sur un plan séquence d’une beauté, d’une sérénité et d’un calme fous sur une terre reconstituée extrêmement réaliste. Une scène d’ouverture en accord total avec le calme reposant de l’espace. Le réalisateur offre une belle palette de plans subjectifs et semi subjectifs étonnants et détonants. Notamment les passages filmés depuis l’intérieur de la combinaison de Sandra Bullock, plans à la première personne complètement dingues, d’un réalisme saisissant, et réellement inventifs. Et tout cela crée une immersion totalement folle. Le long métrage est tellement réaliste, qu’il transmet une sensation de froid, d’inquiétude, voir de claustrophobie pour ceux qui en souffriraient. Bullock interprète une femme forte dans la lignée de Rapace dans « Prometheus » ou Weaver dans « Alien« . Les passages de calme sont en opposition total avec les passages de drame, pluie d’astéroïdes splendide et terrible. Cuaron s’essaye aux références, notamment à Kubrick et son « 2001 l’odyssée de l’espace« . Il manque peut être une bande originale quelque peu plus recherchée et prenante, et une dose d’émotion plus profonde et plus puissante, la fin reste attendue et quelques passages reste malheureusement un peu tirés par les cheveux. Au bout du compte on a bien l’immersion physique promise, mais l’immersion métaphysique elle est totalement absente!

      Numéro 3 :

      « L’étoffe des héros »

      etoffe-des-heros

      Réalisé par Phillip Kaufman avec Ed Harris, Sam Shepard, Scott Glenn et Denis Quaid, « L’étoffe des héros » sorti en 1984 est devenu au fil des années un classique incontournable. Le long métrage, réunissant un casting d’acteurs au plus haut de leur popularité à l’époque, permet de s’immiscer dans la préparation des astronautes pour leur éprouvant et merveilleux voyage. Clint Eastwood s’est inspiré de cette œuvre pour son long métrage « Space cowboys ». « L’étoffe des héros » est un périple passionnant pour parvenir jusqu’aux confins de l’univers. Une épopée longue et fatigante pour les personnages et le spectateur mais qui réserve pourtant un des plus beaux moments de poésie de l’histoire des épopées spatiales. Un homme, seul dans sa capsule spatiale, témoin d’une des plus somptueuses et inexplicables merveille de l’univers. Grandeur et honneur sont les mots d’ordre pour cette œuvre inégalée.

       

      Numéro 2 :

      « Interstellar »

      interstellar

      Réalisé par Christopher Nolan, « Interstellar » fut la petite révolution de l’année 2014. Nolan après son  assommant « The dark knight rises » revient ici avec une odyssée spatiale très attendue. Prétendant avoir réalisé son « 2001 l’odyssée de l’espace » Nolan met en scène un casting incroyable pour porter à bien sa réalisation : une épopée de 2h50 profonde et renversante, aux images sidérantes, à l’histoire prenante et étonnante, et au relationnel émouvant. Une réalisation complètement délirante. Nolan innove en incorporant un rythme, une ambiance, un style et une mise en scène situés quelque part entre « Gravity » et l’incroyable « 2001 l’odyssée de l’espace». Grâce à la musique exceptionnelle de Zimmer, bande originale hallucinante et nouvelle pour ce compositeur talentueux habitué à se reposer sur ses acquis, certains passages sont sidérants. Nolan trouve des idées complètement incroyables, explore des thèmes insondables et courageux, écrit une trame qui tient la route malgré la complexité du sujet, offre des fondements inconnus et incroyables. Il nous fait explorer les confins de l’univers, les théories des trous noirs, des trous de vers, de la 5ème dimension, de la relativité du temps, de l’espace, nous offre un voyage sombre, émouvant, mélancolique et profond comme il est rare de voir. Il nous offre une vision de l’avenir pessimiste, un monde post apocalyptique terne, sans détail, sans vie, ponctué d’impressionnantes tempêtes de poussières qui appuient l’impression de désarçonnement total. Nolan prétexte la dimension spatiale pour raconter une histoire familiale déchirante. Le thème de l’amour est omniprésent. Les thèmes spatiaux offrent la complaisance, la sidération, le déconcertant mais surtout l’émerveillement. Les thèmes terrestres offrent la tristesse, l’émotion, offrent le regret, l’espérance, la force, l’instinct. On plane devant l’espace, on pleure devant les personnages. Le voyage est intersidéral et terriblement profond.

      Numéro 1 :

      « 2001 : l’odyssée de l’espace »

      2001-A-Space-Odyssey

      Réalisé par Stanley Kubrick « 2001 : l’odyssée de l’espace » est un long métrage incroyable, merveilleux, beau, superbe, sublime, déprimant, profond, magique, féerique… Les adjectifs positifs de la langue française ne seraient pas assez nombreux pour qualifier ce long métrage. Le film de Kubrick est un voyage intersidéral absolument exceptionnel, un long métrage délirant qui offre une épopée surréaliste, difficile d’accès, apportant de nombreuses questions. Des questions dont les réponses sont dans le long métrage sous forme de métaphores. « 2001 : l’odyssée de l’espace » est une immense référence pour de nombreux cinéphiles. Un film fédérateur, pratiquement expérimental qui offrait une virée dans l’inconcevable, dans l’incompréhension de l’humanité, de l’espace, de la vie, de l’existence. Une virée dans les confins des étoiles mais aussi dans le subconscient de l’esprit du spectateur. Si celui-ci parvient à entrer véritablement dans le long métrage de Kubrick, il aura le droit à un des plus extraordinaires voyages cinématographiques qu’il lui a été donné de voir. Grandiose !

      Que pensez vous du classement ? Et vous, quelles sont vos odyssée spatiale cinématographique préférées ?

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.