More
    More
      Array

      Top 10 des meilleurs films de 2016

      À quelques jours de la fin de l’année 2016, il est temps pour nous de faire un point sur les bonnes choses que l’on a eues cette année. Parce qu’on ne va pas se mentir, le cinéma a pris une sacrée claque pendant ces douze mois ! Adaptations de comics, dessins animés, comédies, drames, thrillers, films d’horreurs : tout y était et cela ne nous a pas facilité la tâche. Pour établir une sélection définitive de 10 films, il aura fallu du temps, des heures de visionnage intense des petites merveilles que nous avons eu la chance de voir cette année. Mais nous y sommes arrivés ! Certaines œuvres pourtant excellentes et marquantes dans le box-office de l’année ont dû être sacrifiées pour en placer d’autres dans la lumière qu’elles méritent, mais vous ne devriez pas être déçus de ce que nous allons vous ressortir. Voici donc notre sélection personnelle de 10 films de l’année 2016 qui méritent amplement de rester dans la lumière.

       


       

      10. Captain Fantastic

      Le marginal de l’année

      C’est au milieu d’une famille incongrue que nous atterrissons avec Captain Fantastic. Un père de famille décide d’éduquer ses six enfants loin de la société polluée américaine, dans un souci de pure dévotion paternelle. Mais lorsque sa femme décède, ils se voient tous les sept forcés de quitter cet univers hors du commun et de découvrir le monde extérieur. Avec l’acteur Viggo Mortensen dans le rôle principal, le film propose un autre mode de vie possible au 21ème siècle, une marginalité souvent cause d’exclusion dans une société américaine très rigoureuse. Sans excès, Captain Fantastic met en avant la liberté de choix à laquelle chacun devrait avoir droit, notamment celle de s’éloigner des standards sociaux. Sans moraliser le spectateur, le film lui fait prendre conscience de son mode de vie, de sa société, de sa situation. Croyez-nous, on ne ressort pas de Captain Fantastic totalement indemne.

       

      9. Manchester by the sea

      Le mélodrame de l’année

      Mélodrame oui, mais cliché non. Manchester by the sea est probablement l’un des plus beaux films sortis d’une production américaine ces dernières années : par beau, nous voulons bien entendu dire touchant et véritablement porteur d’émotions. Lee Chandler, gardien d’immeuble plutôt barbant et ennuyé par sa propre vie, apprend un jour le décès de son frère, faisant de lui le tuteur légal de Patrick, son neveu, et l’obligeant à retourner à Manchester, sa ville d’enfance. Criant de vérité, le film prend aux tripes puisqu’il touche au sujet délicat de la perte d’un membre de la famille et des conséquences de cet événement sur les vies des proches. Sans larmes de crocodile, le réalisateur et scénariste Kenneth Lonergan a su mettre en place une histoire riche, construite, et choisir un casting à toute épreuve : Casey Affleck, Lucas Hedges et Michelle Williams sont tout simplement époustouflants. En tirant ainsi sur la corde du mélo, le réalisateur a pris un risque qu’il a réussi à assumer jusqu’au bout et qui donne donc à Manchester by the sea une dimension extrêmement sincère. Une œuvre intimiste et profonde, des plans à la beauté indiscutable, une bande originale maîtrisée, le film est une vraie réussite.

       

      anomalisa-01

      8. Anomalisa

      L’existentialiste de l’année

      Ce dessin animé en stop-motion change en moins de deux heures votre conception de la vie. Réalisé par Duke Johnson et Charlie Kaufman, le film nominé aux Oscars 2016 nous montre l’ennui de la vie de Michael, un père de famille, qui va faire une rencontre bouleversante au cours d’un voyage d’affaires. La particularité première du film ? Il n’y a que trois voix, même s’il y a bien plus de personnages : David Thewlis, Jennifer Jason Leigh et Tom Noonan. Pour comprendre comment le film fonctionne avec si peu de doublage, regardez-le. Anomalisa fait partie de ces films dont il vaut mieux en savoir le moins possible avant de les visionner. Le scénario fait flirter la psychose avec l’ennui, l’érotisme avec la banalité, et la marionnette avec la réalité. Le scandale de l’uniformité mondiale qui touche peu à peu l’humanité (car au fond, c’est le véritable problème social abordé) est très bien traité et cela nous donne envie à la fin de redonner des couleurs et des formes à notre société devenue trop morne. Anomalisa, c’est simplement un film humain sans humains.

       

      les-animaux-fantastiques-a-la-decouverte-des-personnages_176435_wide

      7. Les Animaux Fantastiques

      Le retour magique de l’année

      Les Animaux Fantastiques, c’était le pari osé de David Yates et J.K Rowling, et il nous a conquis. Inspiré d’un bestiaire de créatures fantastiques écrit par Rowling elle-même, le film suit un magizoologiste anglais, Norbert Dragonneau, qui laisse échapper par accident dans New-York des créatures magiques qu’il garde dans sa valise. Plus adulte que la saga Harry Potter dont il est tiré, le film n’a pas peur de sortir de cet aspect enfantin pour se tourner vers un univers plus sombre. Avec un casting brillant (notamment Eddie Redmayne dans le rôle principal), on se retrouve embarqué dans une nouvelle aventure avec ce concentré d’innocence, de découverte et bien entendu de magie. Pour l’instant le premier d’une série de cinq films, Les Animaux Fantastiques offre un sérieux potentiel scénaristique et photographique pour la suite des événements. Les images du film sont sublimes, la 3D est même plutôt bien utilisée pour s’immerger dans le monde des sorciers et on n’a pas envie de baisser les yeux une seule seconde. Le petit bonus ? La bande originale, qui reprend certaines notes du thème principal d’Harry Potter, histoire de gagner le cœur des fans. Pour Rowling comme pour Yates, chaque détail de cohérence compte et c’est bien ça qui fait plaisir à voir. 

       

      the-revenant-movie-10

      6. The Revenant

      Le DiCaprio de l’année

      Nous ne pouvions bien entendu pas passer à côté du film qui a valu un Oscar à son acteur principal, Leonardo DiCaprio. The Revenant, le dernier film d’Iñarritu, est un film aussi éprouvant qu’il est fantastique. Un trappeur du 19ème siècle est un jour attaqué par un ours et laissé pour mort par ses coéquipiers. Sa colère va alors lui permettre de braver la nature et le froid pour retrouver l’homme qui l’a trahi. Dans des conditions de tournage éreintantes, DiCaprio a réussi à fournir une performance plus que crédible, presque réelle autant physiquement que psychologiquement. The Revenant, c’est brutal et beau à la fois, ça nous prend aux tripes dès le début et ça ne nous lâche jamais vraiment. Le film est par moments assez lent, avec des passages très contemplatifs, mais peut sans prévenir débarquer sur une scène de violence inouïe. Avec beaucoup de talent et de plans rapprochés, Iñarritu a réalisé un chef-d’œuvre cinématographique qui devrait rester, on l’espère, un succès intemporel.

       

      5. Money Monster

      Le thriller bouillonnant de l’année

      Jodie Foster a tout tenté et elle a très bien fait : son quatrième long-métrage est une réussite. Pour dénoncer les magouilles de Wall Street, la réalisatrice s’intéresse au personnage de Lee Gates, un animateur d’émission télévisée sur la finance nommée Money Monster, qui donne des conseils aux téléspectateurs pour placer leur argent. Lorsque l’une de ses prévisions s’avère catastrophique, un spectateur enragé ayant perdu tout son argent le prend en otage en plein milieu de son émission. Ce qui est magnifique avec ce film, c’est que la tension grimpe en crescendo du début à la fin et qu’on est tenus en haleine par cet individu agressif et désespéré interprété par Jack O’Connell. Très sombre, Money Monster s’intéresse autant à la situation de la prise d’otage qu’à la suprématie de la finance sur le plus petit individu. Mais le luxe du film, c’est le duo formé par George Clooney et Julia Roberts. Pendant que tout s’écroule autour d’eux, ces deux personnages se créent une bulle de confort, comme pour dénoncer les élites qui préfèrent se cacher dans leurs illusions naïves plutôt que d’affronter la violence de la réalité. Si le film n’est pas parfait, il est en tout cas l’un des plus forts de 2016.

       

      swiss-army-man-romance-0

      4. Swiss Army Man

      La bromance de l’année

      Laissé sans date de sortie dans les cinémas français, Swiss Army Man a pourtant tout ce que l’on peut espérer du cinéma : d’excellents acteurs, un scénario à la fois surprenant et touchant et des images où chaque détail compte. Le duo de réalisateurs des Daniel’s (Daniel Kwan et Daniel Scheinert) nous raconte l’histoire de Hank, un jeune homme perdu en pleine nature et au bord du suicide qui redécouvre le véritable sens de la vie aux côtés d’un cadavre, Manny. Pour le choix des acteurs, il nous est littéralement impossible de reprocher quoique ce soit : Paul Dano (Hank) et Daniel Radcliffe (Manny) sont absolument époustouflants ! L’humour gras est de rigueur, tout comme l’émotion ou le sérieux, dans les situations impromptues dans lesquelles nos deux personnages se retrouvent. Le concept de cet homme-couteau-suisse (d’où le nom du film) est surprenant et drôle et Radcliffe a même déclaré qu’il s’agirait du rôle qu’il a préféré jouer jusqu’à présent ! En définitive, Swiss Army Man est émouvant, drôle, tout simplement sidérant.

       

      juste-la-fin-du-monde-bouleversant-ou-insupportablem373095

      3. Juste la fin du monde

       Le huis-clos émouvant de l’année

      Le jeune réalisateur québecois Xavier Dolan signe avec Juste la fin du monde un sixième film émotionnellement marquant. Adapté de la pièce du même nom de Jean-Luc Lagarce, le film parle de Louis, un jeune garçon qui revient dans sa famille après douze ans pour leur annoncer qu’il va mourir. C’est avec un casting pour la première fois 100% français que Dolan a réalisé cette merveille : Gaspard Ulliel, Marion Cotillard, Vincent Cassel, Léa Seydoux et Nathalie Baye sont tous aussi bons et émouvants les uns que les autres. Dans ce huis-clos, on retrouve une théâtralité pesante, une tension constante dans l’air dans l’attente d’une chose : le moment crucial de cette confession délicate. Il est difficile au cinéma de retranscrire comme il se doit les complexités de la communication mais Dolan est encore une fois parvenu à ses fins : toujours très proches des acteurs, les plans qu’il utilise sont constitués de détails, de murmures, de balbutiements, de battements de cils. Et sans surprise, Xavier Dolan nous sert avec ce film une bande originale somptueuse et décalée avec des artistes comme Camille, Exotica ou même O-Zone. Grand Prix du Festival de Cannes cette année, Juste la fin du monde est très contemplatif mais reste profondément touchant.

       

      233515

      2. Rogue One : A Star Wars Story

      La rébellion de l’année

      Le nouveau-né des studios Disney et Lucasfilm se retrouve sans surprise sur notre podium des films de l’année ! Se plaçant chronologiquement entre les épisodes III et IV de Star Wars, la saga d’origine, Rogue One fait partie de ces réalisations basées sur le détail et l’efficacité. Scénaristiquement parlant, le film apporte des réponses aux questions que l’on pouvait se poser à propos de l’Étoile Noire et ses plans mais aussi à propos de l’Alliance Rebelle à cette période de l’histoire. L’intérêt pour le détail en fait ainsi un excellent préquel. Les images sont belles, l’utilisation de la 3D est également bonne dans l’ensemble (selon les goûts bien sûr) et on adore retrouver des éléments que l’on connaît des précédents films comme les vaisseaux rebelles ou même le très attendu Dark Vador. L’équipe chargée des effets spéciaux a même fait renaître des personnages des premiers épisodes (dont les interprètes sont malheureusement décédés) dans une volonté de cohérence, et on les en remercie fortement. Entre intimisme et spectaculaire, Rogue One nous a transportés dans l’immensité de cette galaxie, lointaine, très lointaine.

       

      arrival

      1. Premier Contact

      La pépite de l’année

      Le défi lancé par Denis Villeneuve avec Premier Contact, c’était de réaliser un film de science-fiction qui réussisse à se démarquer de tous les films d’invasion extraterrestre déjà existants. Très clairement, le défi est relevé et c’est une énorme claque qu’on se prend devant ces images ! Enfin un film qui ne s’écroule pas sous la violence, les armes et la panique générale, mais qui se concentre sur une approche pacifiste du contact entre les humains et cette première forme de vie alien qui débarque sur Terre. Basé sur le développement de systèmes de communication, le film a un scénario très bien construit, poussé et intelligent, mettant en évidence toute la complexité de l’être humain et de son langage. Porté par des acteurs d’exception (Amy Adams, Jeremy Renner et Forest Whitaker), Premier Contact nous immerge dans cette situation unique à travers des images absolument magnifiques. On sort du film avec des étoiles dans les yeux et des réflexions plein la tête. Premier Contact est tout simplement un film transcendant et mérite sa première place dans notre classement.

       

      Le cinéma de l’année 2016 a été intensément riche en pépites cinématographiques. Nous vous invitons également à feuilleter notre top 20 des films qu’il ne fallait pas rater cette année : certains des films de notre liste s’y trouvent mais vous aurez ainsi l’occasion de découvrir d’autres formes cinématographiques et d’autres scénarios qui ont manqué de peu de se retrouver dans notre article !

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.