More
    More
      Array

      The Walking Dead : critique du season premiere de la saison 7

      La scène qui clôturait la saison 6 de The Walking Dead en avait laissé plus d’un pantois… Entre ceux qui n’en pouvaient plus d’attendre et ceux qui, comme moi, se disaient que cette-fois serait peut-être celle de trop, le fin mot de l’histoire nous a enfin été livré hier à la sortie de l’épisode 1.  Qu’en est-il ? 

      Avec The Walking Dead, on peut toujours s’attendre au meilleur comme au pire. L’inconstance de la série est probablement l’une des raisons pour laquelle les (ex-)fans continuent saison après saison de se raccrocher à la moindre parcelle de qualité, éclat malheureusement souvent fugace, d’un show qui tourne en rond depuis trop longtemps. 

      Ce serait mentir que de dire que je n’ai pas attendu avec un minimum d’impatience de découvrir qui avait été vicieusement massacré par Lucille – la batte de Negan -, du moins dans les premiers temps qui ont suivi le cliffhanger. Cliffhanger qui soit dit en passant, me semblait bien artificiel. Bref, mon semblant d’impatience s’est vite transformé en lassitude, sans compter sur le fait que des théories diverses voyaient le jour régulièrement. Enfin, les scénaristes en ont certainement pris conscience puisqu’ils s’amusent dès le premier quart d’heure, à nous faire croire qu’on s’était tous trompé sur la victime la plus importante de ce retour- Glenn – en tuant  d’abord Abraham. 

      En soi, cet épisode était attendu pour une seule raison : qui serait l’élu? Et c’est l’une des choses qui agace avec The Walking Dead, c’est qu’elle ne me manque pas vraiment. C’est davantage le twist scénaristique de dernière minute, qui fait qu’on y revient avec l’envie de voir la suite. C’est un scénario tronqué, menteur, presque avilissant, puisqu’il fonctionne systématiquement sur le même principe. Principe qu’on retrouve d’ailleurs ici, encore une fois, à quelques éclats près. 

      Dans un premier temps, tout l’épisode se construit sur la question de savoir qui Negan a-t-il désigné pour se faire réduire le cerveau en bouillie. Comme si, après six mois d’attente, il était nécessaire de rajouter une dizaine de minutes de suspense en plus. Puis vient la virée de Rick, qui est pour ne pas changer, le centre de l’attention, dans une séquence étirée au possible bien qu’esthétiquement très belle (le personnage perdu dans les nuées de brouillard grisâtre desquelles se détache une poignée de zombies) : et pourquoi ? Peut-être pour symboliser l’état d’esprit du personnage, confus, traumatisé, ou encore pour nous faire croire qu’il pourrait à son tour mourir, bien qu’on n’y croit plus du tout. Avec The Walking Dead, on ne sait jamais. 

      Enfin, quelque chose me tracasse à la vue des scènes de massacre : le hors-champ, qui est tellement efficace quand il est utilisé à bon escient. Il semble ici être un concept inconnu puisqu’on ne cesse de nous infliger des images gores – regardez sa tête se faire exploser ! regardez son œil à moitié exorbité ! -, pas que les effusions de sang soit dérangeantes, mais le simple fait de suggérer la mort d’un personnage qui nous est cher (surtout que Glenn était là dès la première saison) aurait eu tellement plus d’impact que d’en garder un souvenir vomitif. On dirait plus que les personnages n’ont jamais vraiment été aimés, encore moins respectés, et qu’ils servent plutôt de chair à canon pour l’intrigue. 

      1 COMMENTAIRE

      1. Je ne suis pas d’accord, cet épisode n’est pas fait pour être beau à regarder mais lancer cette saison sur l’idée de mettre rick dans une situation de défaite, Negan tue Abraham et Glenn de façon violente pour accentuer l’intention de briser l’esprit du chef de groupe. Même si je suis triste que Glenn soit mort nous ne devons pas oublier que la série TWD se référe aux livres et que dans ces derniers Glenn n’est plus présent depuis un petit moment, et de faire visualiser ces morts violentes aux téléspectateurs permet de nous mettre dans la tête de Rick et d’être tout aussi perdu et apeuré que lui de se sentir faible et impuissant face à la folie de Negan, (et je vous rappelle que c’est la marque de fabrique de faire partir un personnage important) et depuis la saison 3 TWD s’est tourné vers le côté psychologique de l’être humain au profit du zombie ce qui permet de faire durer cette magnifique série

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité