More
    More
      Array

      The Skints : la Maroquinnerie envoûtée par le reggae londonnien !

      Depuis quelques années déjà, ce groupe londonnien nous partage son goût pour le reggae et toutes ses variantes. C’est à l’occasion de la sortie de leur nouvel album intitulé « FM » que The Skints nous a fait le plaisir de se produire sur la scène de la Maroquinnerie, ce samedi 28 mars 2015. Cette salle, pouvant accueillir jusqu’à 500 personnes, était pleine ce soir là et a tremblé sous les basses et le flow londonnien de ce groupe surprenant. Alors si vous avez râté cet évènement, comptez sur nous pour vous le faire vivre comme si vous y étiez !

      Un quatuor étonnant

      Précédé de la douce et envoûtante Hollie Cook, The Skints a pris place sur la scène de cette salle intimiste à 21h. Un décor sobre, une banderole à leur éfigie en guise de décoration du plateau et la soirée pouvait commencer. Les quatre membres du groupe se sont alors avancés et nous avons pu découvrir un quatuor aussi diversifié qu’harmonieux. Nous avons ainsi pu faire la connaissance de la mystérieuse Marcia Richards à la voix et au clavier, mais également au mélodica et à la flûte traversière. A sa droite se trouvait l’électron libre guitariste Joshua Waters Rudge à la voix punk, répondant à la basse de Jonathan Doyle. Enfin, en arrière plan mais non moins valorisé par son équipe, le chanteur et batteur du groupe : Jamie Kyriakides.

      Les quatre accolytes ont alors introduit leur show en nous interprétant leur dernier tube : « This Town », extrait de leur nouvel album. Le public ne s’est évidemment pas fait prier pour bouger dès les premières notes et honorer la venue de ce quatuor de feu !

      The Skints à la Maroquinnerie le 28 mars 2015
      The Skints à la Maroquinnerie le 28 mars 2015

      Du reggae, mais pas que !

      The Skints a alors enchaîné avec ses tubes en enchantant ses fans largement présents et reconnaissables à leur connaissance des paroles de chaque chanson, mais également un public venu découvrir cette team étonnante. The Skints est en effet dépeint comme un groupe de reggae, mais nous avons pu entendre de nombreux styles musicaux autres que celui-ci. L’interprétation de « Rise Up » nous a en effet emmené sur les nuages de la Dub avec une utilisation subtile et maîtrisée du Mélodica par Marcia Richards. Le titre « Culture Vulture » a pour sa part fait raisonner un mélange de ska et de rock au sein de la salle.

      Ce dernier point est un élément important qui nous a particulièrement intrigué. En effet, ce groupe aux influences largement reggae nous a pourtant proposé des titres aux consonnances trés rock’n’roll, ce à quoi nous ne nous attendions pas. Les londonniens seraient donc imprégnés de cette touche rock’n’roll indissociable de leurs origines musicales. C’est à travers cette english touch que nous avons véritablement découvert l’âme de The Skints, qui crée ainsi un reggae outre-atlantique moderne et décalquant.

      L’un des points forts de The Skints réside également dans le fait que trois des quatre membres du groupe chantent à tour de rôle sur les titres correspondant à leur propre style. Jamie Kyriakides  dispose d’une voix mélodieuse et rythmée qu’il posera sur des titres tels que « Can’t take no more ». On retrouvera également la voix féminine et sensuelle de Marcia Richards sur la quasi-totalité des titres. Enfin, la voix surprenante aux consonnances punk / Hip Hop de Joshua Waters Rudge est en parfaite harmonie avec des titres tels que « Ratatat » ou encore « Rise Up ».
      Le Bassiste Jonathan Doyle n’en sort cependant pas moins méritant puisqu’il nous offre un rythme parfait et en bonus, un déhanché ultra-sensuel accompagné d’un sourire qui ne l’aura pas quitté de la soirée !

      The Skints a ainsi terminé ce show avec le doux titre reggae-dub « On a mission », avant d’être rappelé par un public hurlant et applaudissant en demandant encore quelques minutes. Le jeune groupe n’a pas tardé à faire réapparition pour nous jouer deux titres, dont leur énergique « Up Against The Wall ».

      image15

      Ce groupe au reggae hybride a donc ravi une salle remplie d’un public éclectique tant par les styles que par les âges, on pouvait en effet voir danser des adolescents, des jeunes adultes, des adultes mais également des enfants emmenés par leurs parents. Un éclectisme et une ouverture qui nous ont plu, nous n’avons donc qu’à leur souhaiter tout le succès possible. Ils y croient, et nous aussi !

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.