More
    More
      Array

      Test de The Witcher 3 : Wild Hunt

      Troisième et dernier volet de la saga, The Witcher 3 : Wild Hunt vient conclure la trilogie de Geralt de Riv et de ses compagnons. Le RPG de CD Projekt est théoriquement destiné à devenir LE jeu de l’année 2015 au vu de tout ce que l’on a pu voir ces derniers mois, voyons aujourd’hui si le jeu tient ses promesses.

      Avant toutes choses, sachez que ce test a été réalisé sur PC, et non sur PS4 ou Xbox One, où le jeu est cependant disponible.

      The Witcher, c’est un univers, une ambiance ainsi qu’une culture. Mais c’est surtout un héros charismatique, sorceleur de métier : Geralt de Riv. Si nous vous en parlions plus en détail dans de précédents articles, c’est parce que The Witcher 3 ne déroge pas à la règle de ses prédécesseurs. Le scénario est, comme à l’accoutumée, extrêmement bien travaillé. Et s’il n’est pas nécessaire d’avoir joué aux précédents volets pour profiter du jeu, il en est une tout autre histoire pour le scénario. En effet, les joueurs ne connaissant pas l’histoire de The Witcher et The Witcher 2 auront quelques difficultés à saisir l’ensemble de l’histoire de Geralt de Riv car à de nombreuses reprises le jeu fait référence à des événements passés lors de ses précédentes aventures. En dehors de ce « seul » défaut, très discutable selon les joueurs, le scénario tient toutes ses promesses, et les nombreuses quêtes secondaires sont agréablement bien intégrées à l’histoire principale. Les joueurs de The Witcher 2 auront par ailleurs la possibilité d’utiliser leur sauvegarde afin de personnaliser un peu plus leur aventure en fonction des choix moraux effectués.

      Place au jeu ! Celui-ci propose quatre modes de difficulté que l’on pourrait apparenter à Facile, Normal, Difficile et Extrême. Si vous n’êtes vraiment pas un habitué du genre, ne vous risquez pas au-dessus de Normal, car les ennemis deviennent rapidement meurtriers à mesure que la difficulté augmente. Pour un exemple parlant, sachez qu’en mode Extrême, une créature lambda de niveau similaire peut vous mettre en charpie en trois ou quatre coups. Autant dire qu’il faudra vous accrocher si vous souhaitez terminer le jeu dans cette difficulté. Une fois le mode choisi, le jeu vous invite à un tutoriel assez rapide afin de vous initier au contrôle de Geralt. Puis, les ennuis arrivent, et Geralt en compagnie de Vesemir se retrouve à devoir chasser un Griffon. Si ce test évitera autant que possible de spoiler les joueurs, sachez que vous serez rapidement à la recherche de Ciri, comme cela a été annoncé dans de nombreux trailers avant l’heure, mais revenons au Griffon. Cette première partie du jeu vous permettra de mieux appréhender l’univers de The Witcher. Dans ce troisième volet, il faut savoir que la guerre fait rage (suite au événement de The Witcher 2), donc il n’y aura aucune surprise à voir des champs remplis de cadavres de soldats ou encore des villages à demi brûlés. Oui, ce jeu est classifié 18+, et il a toutes les raisons d’y figurer, mais il aurait eu tort de s’en priver. Toute cette première partie vous initiera à l’alchimie, le commerce, la traque, le combat, etc… La suite dévoilerait le scénario et gâcherait la découverte.

      De quoi est capable Geralt dans ce The Witcher 3 ? Et bien… Il serait plus rapide de citer ce dont il est incapable. La quantité d’action et d’activité est tout bonnement énorme. Vous pourrez vous promener à dos d’Ablette (le nom de la monture de Geralt) pour simplement admirer les paysages, qui sont réellement magnifiques, mais qui demandent un ordinateur un minimum récent. Si vous le désirez, vous pourrez tenter de sauver la veuve et l’orphelin, monnayant pièce d’or sonnante et trébuchante. L’option exploration est également disponible, et vous récompensera souvent avec de nouvelles armes, armures, ou ingrédients d’alchimie. Attention cependant, car cette dernière option est très souvent protégée par des créatures parfois d’un niveau supérieur au vôtre, cependant si vous êtes agile et habile, aucune créature ne saurait résister à notre sorceleur. Les combats ont une fois encore gagné en dynamisme par rapport aux précédents volets. Les esquives seront nécessaires pour survivre, surtout en difficulté supérieure, mais Geralt n’est pas en reste. Entre les pas de côté, saut en arrière, roulade dans toutes les directions ou encore parade, ses talents d’épéiste seront mis à rude épreuve. Des objets pourront également être utilisés en combat, tels que des bombes artisanales ou une arbalète. Enfin, comme tout sorceleur digne de ce nom, la magie restera une option possible, et potentiellement nécessaire pour survivre. Si certaines créatures peuvent être tuées juste avec votre lame, d’autres, telles que l’horrible spectre de la vidéo précédente, nécessitent l’utilisation de magie ralentissante, sans quoi votre lame ne parvient que très peu à l’endommager. Autant dire qu’à la longue, le spectre aura votre peau. Mais fort heureusement, le menu d’option est là pour vous aider.

      Dans ce menu, énormément d’informations pourront vous sauver la vie, à commencer par le glossaire. Celui-ci vous permettra de lire ou relire vos notes en matière de monstre afin de connaître leur faiblesse. Idéal pour vous faciliter la vie, ou simplement pour survivre. Ensuite viennent le didacticiel et les fiches de personnages-clé rencontrés, rien de bien exceptionnel pour The Witcher. La suite est réservée à l’artisanat et l’alchimie. Le premier vous permet de créer de nombreux objets en vue de vous forger une nouvelle arme par exemple, alors que le second vous permet de créer des potions, huiles et autres élixirs. Ne négligez pas ces deux options, surtout si vous évoluez dans une difficulté avancée. Après on trouve l’inventaire, option nécessaire à tout RPG digne de ce nom. Celui de Geralt ne fera pas exception à la règle, et se trouvera rapidement rempli d’objets et d’ingrédients pour l’alchimie et l’artisanat. Il se pourrait même qu’à force, Geralt soit « surchargé » et ait quelques difficultés à se déplacer. Dans ce cas-là, vendez vos trouvailles ou stockez les afin de retrouver votre vitesse d’antan. Maintenant la carte du monde. Même si elle paraît grande, sachez que la première fois elle se trouve limitée. D’autres zones s’ouvriront à vous ultérieurement et c’est à ce moment-là que vous réaliserez à quel point The Witcher 3 est un Open World digne de ce nom. Notez au passage que pratiquement aucun chargement n’interviendra dans le jeu (exception faite des trajets rapides sur la carte), ce qui rend l’expérience encore plus agréable. La carte est bien détaillée, même si les puristes trouveront trop « facile » d’avoir tous les points d’intérêts affichés, évitant donc une certaine recherche dans la nature. Les quêtes quant à elles sont rangées méthodiquement, et chaque étape y est détaillée. Un suivi sur la carte est possible afin de vous indiquer l’itinéraire pour vous rendre à l’endroit souhaité. L’onglet suivant vous permet d’améliorer Geralt grâce aux points de compétence durement acquis au combat ou en explorant des points d’intérêts. Ils vous permettront d’améliorer vos compétences de combat, magique, ou encore l’efficacité de vos élixirs. Chaque type de joueur y trouvera son compte. Et la dernière option est l’habituelle méditation, permettant d’avancer dans le temps en un claquement de doigt.

      Tellement d’options, qu’on y perd la tête, mais c’est ce dont on était en droit d’attendre de The Witcher 3. L’immersion est vraiment totale. En voyant de grandes plaines et forêts, il vous arrivera probablement de vouloir explorer tout cela, ou juste galoper à dos d’Ablette, simplement pour le plaisir et nullement pour accomplir un objectif particulier. Et c’est en ça que le jeu est magique, et saura même vous récompenser de temps à autre. Il m’est arrivé de me promener juste pour le plaisir, et de tomber sur un soldat près à se faire dévorer par des noyeurs. Et comme d’habitude dans The Witcher, le choix de le sauver ou de le laisser mourir était donné. CD Projekt a une fois de plus mis l’accent sur les dialogues et les choix moraux possibles, sans oublier cette petite note d’humour très noir qui caractérise Geralt. Le doublage français est de bonne qualité, certains reconnaîtront sans doute des voix issues de films ou séries connues. Les bruitages sont très prenants, et vous donnent vraiment l’impression d’être au cœur de la nature ou d’une bataille, et la musique, qui sait se faire discrète, nous transporte un peu plus dans cette ambiance sombre.

      The Witcher 3 - 01 The Witcher 3 - 02 The Witcher 3 - 03

      Il y aurait tellement de choses supplémentaires à dire sur ce jeu, que ça soit pour le contenu, avec de nombreuses quêtes secondaires, la possibilité de nager et de plonger sous l’eau, ou encore le jeu de Gwynt (un mini-jeu sous la forme de duel de carte), mais ce test serait probablement trop long à lire pour le commun des mortels. Le mieux reste encore d’essayer, ou de vous faire une idée sur les vidéos, mais sachez que si vous y prenez goût, le jeu vous réserve facilement la centaine d’heures de jeu à condition que vous vous investissiez un minimum dans les quêtes secondaires. Il est important de noter que le jeu est en sauvegarde manuelle. Les non initiés auront du mal à s’y faire, et risquent d’être sérieusement fous furieux après une mort effaçant plusieurs minutes, voire heures de jeu, mais cela fait aussi partie du charme de The Witcher. Après tout, voilà son seul défaut, The Witcher 3 est extrêmement chronophage, mais il vous le rendra bien. Clairement, il « sera » le jeu de l’année 2015 !

      The Witcher 3 - 04The Witcher 3 - 05The Witcher 3 - 06

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.