More
    More
      Array

      Ted 2: le retour de l’ourson (à l’humour) assassin.

      Dans un paysage cinématographique dominé par les reboots, les remakes, les spin off et les séquelles, quelle surprise de voir arriver sur nos écrans cet été… une autre séquelle, Ted 2 ! Dans ce cas c’est la suite du film au pitch le plus improbable de ces dernières années, un ours en peluche qui devient (trop) humain suite au souhait de son propriétaire, le libidineux, vulgaire et dépravé Ted.

      McFarlane réunit l’équipe initiale (- Mila Kunis remplacée par la très girl next door Amanda Seyfried) pour 2 bonnes heures d’humour trash, de références pop et de scènes invraisemblables le tout baignant dans une marmite de bons sentiments.

      Le pitch: Ted se marie et veut avoir un enfant. Hors comme c’est un ours en peluche (duh) il n’a pas d’autres options que d’adopter (pas la seule mais je vous gache pas la surprise de l’autre option). Ce qui va déclencher une réaction en chaine qui, globalement, va permettre à son meilleur ami (Marky Mark) de rebondir sur une jolie avocate après s’être fait larguer par Mila Kunis.

      Sur fond (ou prétexte) de lutte pour l’égalité identitaire, McFarlane s’amuse à dégommer tout ce qui ne lui plait pas (et quelque part à nous aussi) dans la pop culture actuelle. Tout le monde s’en prend plein la tête dans des vannes qui font mouche (et tache) à un rythme très élevé, les 30 premières minutes du film vont à une vitesse folle et donnent le ton, absolument aucune limite dans le trash et le scato. Malheureusement comme dans le premier opus, des petites lenteurs s’installent au bout d’une heure mais vite boostées par des situations complètement improbables (la scène avec Liam Neeson est juste exceptionnelle).

      Véritable geek-movie, des références à la culture geek à la longue séquence au Comic-Con, McFarlane fait du pied à la nouvelle classe cool du cinéma, quitte à en faire un peu trop parfois. Ce n’est pas bien grave, ça reste drôle.

      Malgré un Mark Wahlberg en roue libre (limite un boulet à des moments du film) le casting tient la route avec Amanda Seyfried fraîche et sympathique, Giovanni Ribisi qui s’est vraiment approprié ce rôle et Seth McFarlane qui donne assez de vie à Ted pour pouvoir éprouver une réaction émotionnelle au personnage (quelle qu’elle soit).

      Bref, si vous avez envie de voir un film très drôle mais qui compense son coté comédie conventionnelle par l’humour le plus graveleux de l’année, courez voir Ted 2, aussi drôle que le premier mais bien plus trash.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.