More
    More
      Array

      Suicide Squad : notre critique du tome 3 chez Urban Comics

      Depuis la sortie du film, la Suicide Squad a le vent en poupe ! Urban Comics poursuit l’édition de la série, avec ce troisième tome des aventures des plus barjos des anti-héros ! Deadshot est-il vraiment mort ? Harley Quinn est-elle toujours aussi dingue ?

      Après le terrible affrontement mené contre Regulus et son organisation terroriste Basilisk, la Suicide Squad peine à remonter la pente. Deadshot, leur leader, s’est sacrifié pour son amour secret. Yo-Yo et Voltaic ont été assassinés, trahis par leur propre équipe. Harley Quinn, quant à elle, devra bientôt rendre des comptes à son ancien amant, Mister J, bien décidé à lui faire payer son infidélité.

      Après deux premiers volumes plutôt intéressants, voyons ce que donne la suite des aventures de la Force Spéciale X (qui, comme le fait remarquer un des personnages, peut faire penser à un titre de film X !). On avait laissé nos amis en piteux état suite à leur confrontation avec l’organisation terroriste Basilisk et leur chef Regulus. On retrouve nos camarades, de retour au QG d’Amanda Waller. Lors de l’enterrement de Deadshot, on assiste au retour de l’amoureux d’Harley Quinn, alias le Joker ! Et c’est à un Joker encore plus dingue qu’avant que nous avons à faire. Il s’est lui-même arraché le visage, et vient maintenant faire payer à sa dulcinée ses infidélités. Autant vous dire que cette première partie est plutôt gore et que les retrouvailles entre les deux peuvent être qualifiées de sanglantes !

      6onhdtt4h9sropp0hbvfkowuxdjgn4ck-couv-1200Une incursion bienvenue…

      Ce passage permet aussi d’inclure la Suicide Squad dans la timeline de l’univers de Batman. En effet, lorsque le Joker demande à Harley d’emmener le justicier à l’usine Ace Chemicals, cela renvoie directement au tome 3 de Batman et à l’arc Death of the Family (que l’on ne saurait trop vous conseiller de découvrir si ce n’est pas déjà fait !).

      En tout cas, ce tome 3 met clairement en avant le personnage d’Harley Quinn. Par ses retrouvailles avec le Joker ou par son histoire avec Deadshot, on ressent une volonté de libérer le personnage afin de le faire exister par lui-même et plus au travers de son créateur. Pour cela, le pari semble réussi. Une Harley Quinn encore plus dingue, on ne pensait pas cela possible et pourtant !

      Les scénaristes travaillent aussi à donner une certaine méfiance de l’équipe envers Amanda Waller et vice-versa. Le tout fonctionne plutôt bien, même si on n’arrive pas à discerner les véritables intentions de la dame. La deuxième partie du récit, accompagnée d’un changement de scénariste (Ales Kot reprend l’histoire), marque une montée de la violence. On peine un peu comprendre la tournure du récit et il faut s’accrocher afin de ne pas perdre le fil.

      Ça pique les yeux…

      Au niveau des dessins, malheureusement, on ne tient pas l’œuvre de l’année. On se trouve devant un tome relativement agréable, mais qui manque de véritables couleurs. Un gros point noir au chapitre dessiné par Rick Leonardini, une véritable catastrophe pour les yeux et la caractérisation des personnages.

      En conclusion, Urban Comics nous offre une fois encore une belle édition comme il sait si bien faire, malgré un contenu qui ne révolutionne pas le genre. L’histoire se poursuit, on peine (un peu !) à suivre, et hormis la couverture qui n’est visuellement pas jolie, on se laisse embarquer auprès de la Force Spéciale X… Et heureusement qu’Harley Quinn est là !

      (Contenu : Suicide Squad vol.3 + vol.4 – #14-23)

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.