More
    More
      Array

      [Critique] Souvenirs de Marnie 思い出のマーニー (Ghibli)

      Cette semaine sortait le dernier film en date des studios Ghibli : Souvenirs de Marnie.


      Titre original : 思い出のマーニー (Omoide no Mānī)

      Réalisateur : Hiromasa Yonebayashi

      Durée : 103 minutes

      Sortie française : 14 janvier 2015


      Synopsis :

      « L’histoire est inspirée du roman When Marnie Was There de Joan G. Robinson.

      Anna, une jeune fille solitaire, timide et agoraphobe qui a perdu ses parents très jeune, vit avec ses parents adoptifs. Son asthme s’aggrave et sa mère adoptive décide d’envoyer Anna à la campagne chez des parents : les Oiwa, qui vivent près de la mer au nord Hokkaido. C’est une belle aventure d’été qui commence pour Anna quand elle découvre une grande demeure construite au cœur des marais, non loin du village. Cette maison inhabitée, appelée « La Maison des Marais » par les habitants, semble avoir quelque chose de familier pour la jeune fille.

      C’est alors qu’à ce même endroit, elle rencontre une mystérieuse jeune fille : Marnie. À partir de cet instant, une merveilleuse amitié se crée entre elles. Mais cette dernière disparaît du jour au lendemain, forçant Anna à partir à sa recherche et à découvrir sa vraie nature… »

       

      Critique :

      Pour commencer, il faut savoir que Hiromasa Yonebayashi est aussi le réalisateur de Arietty et le petit monde des Chapardeurs, que j’ai personnellement … détesté. C’était le premier Ghibli à me décevoir, il n’est maintenant plus le seul. Pour être plus précise, ce film m’avait surtout ennuyée en étant trop long et lent, sans réels rebondissements.

      Souvenirs de Marnie ne fait pas exception, tant le premier souvenir qui me vient à l’esprit est l’ennui. Pour développer, le rythme est assez aléatoire, surtout lent. Le dénouement et les quelques péripéties se font attendre, entrecoupés de scènes trainant en longueur.

      Au niveau des plans et de la symbolique associée, ces derniers sont désarmants de simplicité : Anna qui passe son temps à courir d’un côté de l’écran à l’autre, qui au début du film est en mouvement descendant par rapport à son environnement puis montant vers la fin, …

      J’ai d’abord apprécié le personnage incarné par Anna, sa névrose et sa nature. Cependant, l’entendre crier le prénom de « Marnie » très (trop) souvent dans le film finit par lui donner un côté horripilant, et Marnie avec.

      Enfin, le « secret » – dénouement ultime du film – est somme toute extrêmement prévisible, ce qui vient à en gâcher la découverte. Chaque « péripétie » est d’ailleurs en soi très conventionnelle.

      Je dois admettre cependant qu’il y a quelques procédés symboliques intéressants, au niveau du parti-pris visuel de certains objets, que le spoil m’interdit toutefois de développer davantage ici.

      Quelques points positifs :

      • La bande-son (composée par Takatsugu Matsumura) et la chanson de fin interprétée par Priscilla Anh en anglais : Fine on the Outside.
      • La qualité dont a toujours fait preuve Ghibli pour les graphismes et l’animation, ainsi que l’environnement visuel : décors, paysages, choix esthétiques, …

      Et vous, comptez-vous aller voir ce film ?

      marnie

      Pour ceux qui l’ont vu, quelles sont vos impressions ?

      Trailer :

       

      Fine on the Outside, Priscilla Anh :

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.