More
    More
      Array

      Robert Langdon est de retour dans Origine, de Dan Brown

      Robert Langdon reprend du service dans Origine. Après Inferno, Anges & Démons, Le Symbole Perdu ou encore Inferno, le célèbre professeur de symbologie se retrouve une nouvelle fois au cœur d’un mystère qui pourrait bien changer la face du monde…

       

      Tout d’abord, je dois avouer que lorsque j’ai appris que Dan Brown sortait un nouveau roman, et qu’en plus il s’agirait des nouvelles aventures de Langdon, voilà à peu près ma réaction: 

      Ayant adoré les romans de Brown, mais surtout ceux où Robert Langdon plongeait au cœur du danger en mettant à jour les secrets les plus ténébreux de notre civilisation, je ne pouvais que me réjouir de l’arrivée d’Origine. En découvrant le pitch du roman, les habitués de l’univers de Dan Brown n’ont pu que retrouver l’ambiance des célèbres livres qui ont fait la réputation de l’auteur.

      Dans Origine, Edmond Kirsch, sorte de Steve Jobs milliardaire passionné par l’art, a fait une découverte qui remet en cause tous les fondements des trois religions monothéistes. Grâce à ses recherches, les questions essentielles que chaque être humain se pose (d’où venons-nous, quel est le but de notre vie,…) trouveront des réponses. Mais ces dernières risquent de ne pas plaire aux croyants. Sûr de faire le bon choix en décidant de dévoiler le résultat de ses recherches au musée Guggenheim de Bilbao, Edmond Kirsch met sa vie en jeu. Le soir de l’annonce de son extraordinaire découverte, l’homme disparaît. Fort heureusement, Kirsch a eu la chance d’avoir un certain Robert Langdon comme professeur à l’université. Et les deux intellectuels sont restés amis. Invité à la soirée organisée par son ancien étudiant, Langdon se voit contraint de terminer le travail de Kirsch en faisant tout son possible pour révéler au monde la fameuse découverte de son ami. 

      On retrouve les ficelles habituelles de Dan Brown: du mystère, de l’ésotérisme, de l’aventure et un certain plaisir à mettre à mal la religion. Mais cette formule est appliquée avec toujours autant de sérieux et de passion. Chaque page témoigne de l’intérêt de Brown pour son lecteur. L’écrivain ne s’abaisse pas à nous donner ce que l’on attend de lui, car cela serait trop facile. Dan Brown balade son lecteur, lui fait perdre le fil de ses pensées, le convint d’une chose pour ensuite lui démontrer qu’il se trompe. C’est frustrant, mais tellement malin! Seul petit bémol: la place de l’adjuvant féminin de Robert Langdon. Un classique dans les aventures du professeur, ce dernier est toujours accompagné d’une femme. On se demande parfois si ce personnage, ici la directrice du musée Ambra Vidal, ne sert pas uniquement à contenter une partie du lectorat de Brown. Peut-être que toutes les Sophie Neveu, Vittoria Vetra, Sienna Brooks, Katherine Solomon mériteraient leur propre roman? Histoire de confirmer l’essai effectué avec Deception Point.

      Origine est un roman immanquable si vous avez ne serait-ce qu’apprécié le Da Vinci Code. Muni d’un mug de thé et d’un plaid, vous serez dans les conditions optimales pour apprécier vos retrouvailles avec le professeur Robert Langdon et les mystères qui semblent le poursuivre. Si vous n’avez pas encore expérimenté le style Dan Brown, vous pouvez commencer directement avec Origine, qui vous donnera sûrement envie de découvrir les quatre autres roman de la pentalogie Langdon. 

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité