More
    More
      Array

      Retour sur le concert de MILS + SheWolf du 2 novembre 2017

      Le 2 novembre dernier, SheWolf et MILS nous avaient donné rendez-vous au Dr FeelGood des Halles pour une soirée inoubliable, dans tous les sens du terme.

       

      Ambiance intimiste et décontractée pour SheWolf

       

      Malheureusement, pour des raisons que j’expliquerai plus bas, j’ai raté la quasi totalité du concert, mais dès mon arrivée, j’étais déjà plongée dans l’univers psychédélique du groupe. La salle plongée dans le noir, une seule lumière au centre de la scène, une chanteuse nu pied, sans connaitre le groupe d’avant cette soirée, j’avais néanmoins l’impression d’être dans mon salon avec une bande d’amies qui me faisait l’honneur de jouer pour moi.

      Naturel, simple sans être simpliste, SheWolf prône des valeurs authentiques et leurs lives n’échappent pas à la règle. Un moment très agréable que j’aurai aimé plus long, une prochaine fois je l’espère ! D’ici-là, voici la setlist du concert : Anorexong, Your sting my needle, He falls, Sally, Valium, Handsome like a girl, Red Moon Slave, Down the well, Childhood.

       

      Puissance et paillettes pour MILS

       

      Là encore, l’ambiance se veut cosy. Le show débutera tout doucement par Straight On, envoûtant, presque hypnotique, nous nous laisserons emporter par les riff de guitares et la voix enchanteresse de Mélodie. S’en suivra le doux Keep Silent et le sensuel Light For People alors que mes lèvres suivront inconsciemment le « don’t be sad, don’t be afraid no more » si pénétrant, esquivant presque un battement de cœur tant l’air est chargé d’émotion.

      A peine le temps de respirer, le rock s’invite sur scène avec Neon Life alors que, déjà, Strange Night nous emporte dans son rêve suivi du sombre Miracle. King In Love fera son apparition et sera succédé d’une belle reprise de Depeche Mode, Policy of Truth. La soirée se terminera sur les chansons du dernier EP et No Body se joindra à la fête avant d’être rejoint par Come Home. Quelques notes, les cris se font entendre, Escape envahit la scène, libérant la puissance de voix de Mélodie accompagnée des folles notes de musiciens possédés… « don’t let me down »… Avant que le titre phare, Casus Belli, emporte nos cœurs avec lui. Nous chantons le refrain alors que la salle n’est plus qu’une expression tangible de l’émotion partagée. La soirée se terminera sur Sin, nous laissant l’impression d’avoir seulement cligné des yeux. Un concert inoubliable pour un groupe adorable qui ne mérite que d’être connu.

       

      Malheureusement, la dure réalité était aussi présente

       

      Revenons donc sur les détails un peu plus prosaïques de cette soirée… Étant handicapée, j’avais téléphoné au bar à l’avance pour savoir si une solution était envisageable, le bar n’étant pas handi-accessible. On m’avait assuré une présence humaine pour me descendre jusqu’à la scène, chose qui m’a été refusée à mon arrivée et j’ai du attendre bien 30 minutes que deux clients aient la gentillesse de me descendre.

      Mais c’est en parlant avec les groupes un peu plus tard dans la soirée que j’ai appris l’ampleur du déluge « Dr Feelgood » qui n’a visiblement de positif que le nom. Faire attendre le groupe 1 heure dehors parce que ce n’est pas l’heure, refuser au premier abord leur propre ingénieur-son et par la même ne serait-ce qu’un verre de bière, refuser de nourrir le groupe parce « qu’il fallait prévoir », un bel exemple d’humanité.

       

      Hâte de revoir ces deux groupes en concerts, avec vous je l’espère !

      0
      Kathleen A.
      Passionnée par le Japon et la J-Musique, j'ai plaisir à vous faire découvrir les trésors dont recèle ce magnifique pays. J'aime également énormément l'électro-goth et beaucoup de ses dérivés (de la synth-pop à l'aggro-tech) !

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.