Retour sur le comics Kingsman : Services Secrets de Mark Millar et Matthew Vaughn

A l’occasion de la sortie de Kingsman : The Golden Circle, retour sur le comics originel, Kingsman : Services Secrets. Sorti en 2012, ce comics est scénarisé par Mark Millar (Old Man Logan, Civil War), co-scénarisé par le réalisateur Matthew Vaughn et dessiné par Dave Gibbons (Watchmen). 

 

La création particulière de ce projet 

En 2012, Daniel Craig saute en parachute avec la reine d’Angleterre pour l’ouverture des JO. Cette étonnante mise en scène inspire Matthew Vaughn. Dans son esprit émerge une idée : reprendre la classe de James Bond, mais créer un univers totalement what the fuck. Pendant le tournage de Kick-Ass, le réalisateur Matthew Vaughn parle de cette idée à son consultant Mark Millar. En imaginant la jeunesse de James Bond, grâce à l’excellent Casino Royal, les deux artistes veulent mettre en scène un personnage mauvais garçon, un peu racaille, qui va quitter son univers pour devenir espion. Matthew Vaughn cherche à opposer deux mondes : la rue et les aristocrates. Mark Millar a envie d’allier James Bond et My Fair Lady. Dave Gibbons rejoint l’aventure pour le dessin. Matthew Vaughn travaille en simultané sur le scénario du premier film, faisant de Kingsman : Services Secrets une oeuvre unique, travaillée sur deux supports en même temps. 

 

Quelques différences entre les deux histoires 

Le scénario du film apporte quelques modifications par rapport au comics. La scène d’ouverture, où Mark Hamill jouait un éminent docteur, est différent dans le comics. Sur le papier, Mark Hamill joue son propre rôle, et meurt dans une situation cocasse. Le ton est posé. Kingsman va être une sorte de parodie intelligente de James Bond. Les personnages sont des pantins, possiblement de la chair à canon. Les situations sont absurdes, faciles, drôles et ironiques. D’autres célébrités font leur apparition, à la manière de Elton John dans le second opus. 

L’histoire demeure sensiblement la même. Eggsy devient Gary, mais sa condition est la même. Il vit dans des HLM dans un quartier de Londres. Pour autant le personnage de Colin Firth est l’oncle direct du jeune homme dans le comics. Le méchant n’est pas noir, mais c’est un jeune adolescent intelligent, dont son second est un homme noir affublé de prothèses à la place des jambes. Matthew Vaughn a préféré donner le rôle de méchant à Samuel L Jackson, et son second sera une femme interprétée par Sofia Boutella. L’énorme faux plan séquence de l’église n’apparaît pas dans le comics, remplacé par une scène de mariage où les gens vont s’entretuer de la même manière. Les personnages secondaires n’apparaissent pas dans le comics ou sont très peu mis en avant. 

 

Un comics sur grand écran 

Finalement, Kingsman le film, est définitivement un comics sur grand écran. Mais pourquoi deux histoires différentes ? Peut-être pour que cette histoire soit d’avantage aseptisée pour le grand écran. Pour autan,t le film reste très fidèle au ton du comics. L’humour et la violence restent identiques. Étonnement, le long métrage semble plus abouti que le comics. Les personnages ont plus d’épaisseur, les situations sont mieux mises en place, les scènes d’action sont tout aussi gores que sur le papier. Finalement, l’histoire est plus complète dans le film, contrairement à de nombreuses adaptations de comics. Kingsman : Services Secrets s’est avéré être un blockbuster légèrement corrosif, insolent, dans la lignée de Kick-Ass

Bizarrement, Kingsman : Services Secrets est plus passionnant sur grand écran que sur papier. Mais la fabrication de ce comics de Mark Millar est particulière, et son concept est absolument génial. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.