More
    More
      Array

      Red Hot Chili Peppers à l’AccorHotels Arena : les légendes du rock ont frappé !

      Cela faisait 5 ans que les californiens de Red Hot Chili Peppers n’était pas venus déverser leur combo funk rock au public français. Grâce à la sortie de leur onzième album studio, The Getaway sorti en juin dernier, le quatuor a fait un retour digne des plus grands à l’AccorHotels Arena ce samedi 15 novembre.

      Un concert attendu des Red Hot Chili Peppers

      The Getaway World Tour comptera 102 dates, et parcourt en ce moment l’Europe, L’Amérique du Nord et du Sud ainsi que l’Asie. Forcés d’annuler le concert du 13 octobre dernier à Montpellier pour causes d’intempéries, c’est à Paris que le groupe se produit en ce moment (les samedi 15, dimanche 16 et mardi 18 novembre). A quoi peut-on donc s’attendre d’un groupe aussi légendaire qui a charmé des générations de fans de rock ?

      Les légendaires membres du groupe que sont le batteur Chad Smith, le bassiste Flea et le chanteur Anthony Kiedis, tous trois 54 ans au compteur, gardent la même pêche qu’il y 20 ans. Impossible d’enterrer en 2016 les Red Hot. Même Josh Klinghoffer, le nouveau guitariste du groupe (depuis qu’il a remplacé l’inoubliable John Frusciante), âgé de 37 ans ne donne pas une seule ride ou coup de vieux aux plus modernes des « papis » du rock. Mais trêve de plaisanteries et pour ne rentrer dans un âgisme qui n’a pas lieu d’être, retour aux sources en bonne et due forme en ce samedi 15 novembre 2016 à l’AccorHotels Arena de Paris.

      Rock this way!

      Mise en condition immédiate, le groupe commence son concert par un jam électrisant avant qu’Anthony Kiedis ne les rejoigne pour entamer Can’t Stop. On y est et plus de doute possible, les Red Hot ne s’arrêteront pas là. Comme pour ponctuer la folie communicative sur scène, des jeux de lumières au dessus de la scène vont accompagner le show, prenant plusieurs formes et couleurs, et offrant un beau tableau. Impossible de rester scotché à son siège en ressentant les basses de Flea et en entendant l’impeccable flow d’Anthony Kiedis.

      Le groupe s’amuse ici et là à se charrier, se défier à coups de battles de riffs et à faire danser une salle de plus de 20 000 spectateurs.

      Si cette tournée sert avant tout à promouvoir l’album The Getaway, il n’y a aucune surprise lorsque le public se met à hurler de joie et en cœur dès que les premières notes de Scar Tissue ou Californication retentissent. Ce qu’il faut également souligner avec les Red Hot Chili Peppers, c’est cette capacité à avoir gardé au fil des décennies cette véritable ADN rock sur scène. Les titres changent au gré de leurs envies, décidant même pour cette date de complètement ignorer Under the Bridge, qui ne figurera pas sur la setlist du 15 octobre 2016 à Paris.

      Cela n’empêchera pas au public de bondir sur Give it Away, Suck My Kiss ou encore By the Way.

      Un samedi soir sur la terre…

      Petits moments de partage et confidence lorsque Flea explique qu’à l’âge de 13-14 ans (qui correspond à sa rencontre avec Anthony et l’âge où il a commencé la musique), jamais il n’aurait imaginé faire des tournées et jouer à Paris à 54 ans (qu’il fêtera ce dimanche 16 octobre sur scène à l’AccorHotels Arena).

      Après plus d’1 heure 30 de show à couper le souffle, il est temps pour les Red Hot de se faire acclamer pour entamer le bon vieux rappel qui sonne la fin d’un moment inoubliable. Arrive alors le guitariste John Klinghoffer tout d’abord seul sur scène qui se fait un petit solo en reprenant Je suis venu te dire que je m’en vais de Serge Gainsbourg.

      Il manque tout de même un deuxième rappel, rien que pour Under the Bridge, oui c’est la déception de la soirée, mais après tout on ne leur en veut pas et on les remercie pour être restés les mêmes jusqu’à aujourd’hui !

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité