More
    More
      Array

      Quand les onomatopées envahissent les manga et le quotidien des japonais…

      Au Japon, il est très courant d’entendre ces mots répétitifs que sont les onomatopées lors de discussions quotidiennes ou d’une situation particulière. Mais, à une échelle plus abordable pour nous occidentaux, il est également très facile de remarquer que sur chaque page de nos manga préférés, trônent toutes sortes de symboles japonais, dont on ne comprend pas grand chose… Quand les onomatopées envahissent le discours japonais et les manga : petit tour d’horizon de ce phénomène particulier au Pays du Soleil Levant ! 


      Ces petits mots préfabriqués pour décrire une situation ou une action très particulières ont une place prépondérante dans les discussions quotidiennes en France, comme au Japon ou dans tout autre pays. Mais là où en France, nous en comptons une bonne centaine d’onomatopées, vous seriez peut-être surpris d’apprendre que dans la langue japonaise, il existe plus de 1.000 onomatopées (giongo – 擬音語). Et que celles-ci, font clairement parti du quotidien du japonais. Là où nous les utilisons essentiellement à l’écrit et peu à l’oral pour décrire des bruits (Clap clap clap ! Vrouum ! Waouf !), les japonais eux, se servent autant des onomatopées à l’écrit (jetez un coup d’œil dans les manga en VO), que dans une discussion lambda ! Les onomatopées servent à décrire un bruit régulier, un bruit craquant et soudain, quelque chose qui brille, un applaudissement, le début de la pluie mais aussi tout un tas de situations particulières ! Un phénomène auquel nos oreilles doivent s’habituer lorsqu’on veut comprendre et parler la langue japonaise.

      Et pour vous aider à vous y retrouver, ou tout simplement pour satisfaire votre curiosité et en apprendre un peu plus sur la langue du Pays du Soleil Levant, voici un petit guide en deux parties des onomatopées japonaises et de leur signification !


      Les onomatopées de bruitage : les Giseigo 擬声語


      Premier groupe d’onomatopées, celles utilisées pour reproduire un bruit, autrement dit, celles que nous pouvons retrouver dans quasi toutes les langues. Les Giseigo servent à mettre sous forme de mot l’aboiement du chien, une porte qui claque ou une personne avalant goulument tout ce qui se trouve à sa portée. Prenons l’exemple du coq, l’éternelle bataille… Là où les français disent « Cocorico », les allemands disent « Kikeriki », les finlandais « Kukkokiekuu« , les hongrois « Kukurikuuu » et les japonais disent « Kokekokko ». Voici les onomatopées les plus connues côté japonais (avec quelques mots de vocabulaire en japonais en bonus) !


      Nya nya ニャニャ (Le chat – Neko)

      Wan wan ワンワン (Le chien – Inu)

      Uki uki ウキウキ (Le singe – Saru)

      KaーKaー かーかー (Le corbeau – Karasu)

      Bû Bû ブーブー (Le cochon – Buta)

      Mô mô モーモー (La vache – Ushi)

      Kero kero ケロケロ (La grenouille – Kaeru)

      Ho-hokekyo ホホエキョ (Un oiseau – « cuicui » – Tori)

      Ponkopo ポンコポ (Tanuki qui tambourine son ventre)

      Pachi pachi パチパチ (Clap clap ! – Applaudissement)

      Potsu potsu ポツポツ (Plic ploc – Premières gouttes de pluie)

      Hakushon ハクション (Atchoum ! – Éternuement )

      Byun-byun ビュンビュン (Tchou tchou – Sifflement du train)

      Kotan koton, gatan gaton カタンコトン、 ガタンゴトン (Bruit du train sur les rails)

      Goー Goー ゴーゴー (Rrrroooon ! Ronflement)

      GuーGuー グーグー (Gargouillements)

      Bi-bo bi-bo ビーボビーボ (Pinpon, pinpon – sirène de pompier)

      Chiku chiku チックチック (Rythme cardiaque)

      Pin-pon ピンポン (Tudum ! Bonne réponse)

      Mera mera メラメラ (Feu qui crépite)

      Saku saku サクサク (Neige qui craque sous les pieds)


      Les onomatopées d’émotions/actions : les Gitaigo 擬態語


      Après les giseigo vus plus haut, voici maintenant venir les gitaigo. Ces onomatopées ont la particularité de décrire une action précise ou une émotion sur le moment, le tout dans un cadre plutôt strict. Plusieurs onomatopées peuvent vouloir dire manger bruyamment, mais entre dévorer tout ce qu’on voit et manger vite, il y a une différence ! Les gitaigo japonaises peuvent parfois remplacer des expressions entières. Chez nous, on dit « avoir le coeur qui palpite », au Japon, le gitaigo est « doki doki suru ». De même, « quelque chose qui scintille » se dira « Pika pika » (comme les étoiles) alors que « quelque chose qui brille » se traduira par l’onomatopée « Kira kira ». Une distinction que les japonais ne vous tiendront sûrement pas en rigueur si vous faisiez la passe.


      Kira kira キラキラ (Quelque chose qui brille)

      Pika pika ピカピカ (Quelque chose qui scintille)

      Moshi-moshi モシモシ (L’équivalent de notre « allô ? »)

      Doki doki suru ドキドキ(スル) (Avoir le coeur qui bat vite – situation amoureuse)

      Icha icha イチャイチャ (Flirter en public sans se soucier des autres)

      Uto uto ウトウト (Somnoler)

      Musha musha ムシャムシャ (Manger)

      Mochi mochi モチモチ (Gluant, caoutchouteux)

      Gucha gucha グチャグチャ (Sans dessus dessous)

      Nobi nobi ノビノビ (Se sentir bien, à l’aise)

      Meso meso メソメソ (Pleurnicher)

      Niko niko ニコニコ (En souriant)

      Kura kura クラクラ (Donner le tournis)

      Peko peko ペコペコ (Gargouiller)

      Fuwa fuwa フワフワ (Tendre et moelleux)

      Kusa kusa クサクサ (Avoir le cafard)

      Bisho bisho ビショビショ (Être tout mouillé)


      Et la liste pourrait encore être très longue ! Voilà pour ce petit aperçu de l’une des particularités de la langue japonaise ! Vous pourrez maintenant vous amuser à reconnaître ces onomatopées en les entendant dans un anime ou lors d’une discussion avec des japonais si vous en avez l’occasion !


      Giongo + trad

       

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.