More
    More
      Array

      Critique “Play with me” de Nicoletta Ceccoli : De sombres rêves enfantins

      Le livre Play with me de Nicoletta Ceccoli, sorti le 21 mars dernier aux éditions Soleil, est le troisième artbook mettant en valeur le travail de l’illustratrice italienne, récompensée pour ses illustrations de livres d’enfant par le prix Andersen en 2001 et décorée de la médaille d’argent de The Society of Illustrators en 2006.

      Une galerie d’art de porcelaine

      Après Beautiful Nightmares publié en 2011 et DayDreams sorti en 2013, Play with me est le troisième artbook de l’illustratrice Nicoletta Ceccoli. Il se présente sous la forme d’un magnifique livre cartonné de 104 pages de trente centimètres. La superbe présentation de la couverture montre un aperçu du travail de l’artiste, sublimé par des lignes légères lui donnant l’aspect d’un conte pour enfants. L’épaisse et magnifique couverture ramène à elle seule le lecteur à la nostalgie des vieux et beaux livres de conte qu’il lisait enfant, à l’image des livres que Nicoletta Ceccoli illustre. Une fois le livre ouvert, le lecteur peut découvrir le travail magnifique de la dessinatrice, mis en valeur par un papier d’excellente qualité et un grand format permettant d’apprécier tous les détails de ses œuvres.

      Contes et sucreries

      Afin de présenter les différentes illustrations de manière organisée, le livre se divise en quatre chapitres. Le premier chapitre, Candyland, emmène le lecteur dans un monde de gourmandise et de friandises. Le second chapitre, Wild Beauties, est proche de la nature et des animaux terrestres et marins. Le troisième chapitre, Come play with me, plus conséquent, ouvre la porte vers un univers de jeu où les jouets d’enfants sont rois. Le quatrième chapitre, Tales from Wonderland, suit princes et princesses dans leurs royaumes. Tous ces chapitres, bien que classés par thèmes, ont cependant des points communs liés aux préférences de l’illustratrice. Dans chacune de ses œuvres, Nicoletta Ceccoli tend à mettre en avant une petite fille et son univers, pas toujours tendre, avec beaucoup de mystère et d’imagination.

      Entre merveilles et cauchemars

      Nicoletta Ceccoli a un univers très particulier. Celui-ci est toujours très enfantin et décalé. A l’image d’artistes tels que Mark Ryden, l’illustratrice mélange univers enfantin et sujets plus graves et sombres avec un crayon pourtant très candide. Ses dessins sont toujours très détaillés, chacun laissant au lecteur la libre interprétation de l’oeuvre. Chaque illustration est susceptible d’être un conte en soi et ouvre la porte à mille histoires qui pourraient en découler. Les illustrations très sombres et pourtant très colorées sont empreintes de nostalgie. L’expression des yeux des personnages est toujours très troublante car empreinte de vie et souvent d’une profonde tristesse. A l’image de Raiponce dans sa tour, les petites filles de Nicoletta Ceccoli semblent vivre seules enfermées dans leur univers, avec pour seule compagnie les sucreries, les animaux, les jouets ou leurs rêves.

      Avec beaucoup de sensibilité et d’émotion, Nicoletta Ceccoli dessine les mondes de l’enfance, n’oubliant rien de leurs rêves et de leurs cauchemars.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.