More
    More
      Array

      Peacock Society, le live report du vendredi 10 juillet

      Hier soir, le parc Floral nous livrait un festival haut en couleur. Pour sa troisième édition, la Peacock Society a fait battre du pied des milliers de festivaliers sur une techno douce, envoûtante et rythmée comme on l’aime. Un line-up de qualité qui nous a fait bouger jusqu’au petit matin. On y était et on vous en parle.

      peacock 4

      L’atmosphère légère où chaque lampion renfermait une lumière chaude était parfaitement propice à la sauterie géante dans laquelle nous avons été sauvagement entraînés. Deux scènes, un club et un open air nous ont accueillis. Les hostilités ne se sont pas faites attendre, Traumer fascinant face à son public a pondu un live digne des grands. On a dansé. Étonnante collaboration de Troxler et Mayer, où les plus réticents d’entre nous en ressortiront agréablement surpris. Le duo se justifiera si bien de cette association musicale que nous en redemanderons. Observateurs électroniques que nous sommes, nous irons goûter au délicieux et éclectique melting pot de la fabuleuse Maya Jane Coles. L’artiste réveille les esprits éveillés mais aussi endormis, la foule est hypnotisée, Maya nous transporte. Nous nous gardons des forces pour ce qu’on qualifiera d’apogée.

      peacock-society-2015-live report

      Il est presque 5h et la scène 1 nous réserve une grosse surprise. Le pensionnaire des festivals de notre génération est là, en personne. Le (nouveau) père français de la techno, père de ces petits princes qui se nourrissent de cette techno addictive. La perfection a trouvé définition hier : Laurent Garnier s’est livré à un ébat sonore si contagieux que nous le ressentons encore aujourd’hui. A peine après dix minutes de jeu, l’artiste livrait à la foule en transe une pluie sonore oscillant entre violence et romance musicale. Le set est royal, graveleux, érotique et révélé en toute impunité. Finalement, c’est jusqu’au lever du soleil et plus encore que nous avons prolongé le rêve. C’est du côté de Loco Dice, fou dj et ambianceur que nous nous mêlerons à une horde passionnée. Il a enchaîné ses Hommes pour le plus grand bonheur de tous. C’est en cœur que nos pensées ont marché pendant deux heures dans une traînée de poussière d’étoile lavée de tout parasite sonore. Le set est travaillé et ça se voit. Malheureusement, nous n’avons pas pu profiter de tous les artistes, aussi passionnés soit-il.

      peacock 3

      Je ressors de cette première journée de festival avec un panier rempli d’échantillons sonores délicieux et de flashs visuels aux couleurs magiques. On se permettra quand même de pointer du doigt les fails de l’organisation qui a failli suspendre les cœurs, avec deux coupures de courant consécutives. Nous n’omettons pas que cela est indépendant de la volonté des organisateurs mais plutôt le résultat de comportements irresponsables. Hier ils ont mis la dose, et nous demandons à ce que celle-ci soit encore plus dosée et fantastique l’année prochaine.

      Ely

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.