More
    More
      Array

      Paul Kalkbrenner, de passage à Paris en 2016

      Le petit génie allemand de l ‘électro vient nous voir dans notre capitale le 3 Février 2016.
      Paul Kalkbrenner, musicien, artiste, compositeur, comédien, producteur… est né en 1977. Pendant son enfance il apprend à jouer de la trompette et comme beaucoup de jeunes, il regarde avec ses yeux d’ado la chute du mur de Berlin en découvrant l’autre coté de son pays. Il a vu les changements s’opérer à l’est aussi bien sur la population que sur l’architecture.

      Un artiste multifacette

      Paul_Kalkbrenner_S06_086

      En 1992 alors qu’il a 15 ans, il commence à jouer dans des petits clubs locaux avec son ami Sascha Funke. Ensemble, ils vont digger tous types de musique même s’ils seront largement influencés par la techno. En effet, au début des années 1990, ils aimaient tous deux la technotronic mais sans les parties de musique « rap », ce qui deviendra plus tard la techno. Les deux acolytes étaient les seuls de tout le collège/lycée à écouter ce style. Ils se retrouvaient le samedi soir pour écouter ensemble une émission de radio spécialement dédiée à la techno.
      En 1999, ils ont la chance de rencontrer Ellen Allien en club à Berlin. Elle leur propose alors d’écouter leurs créations enregistrées sur cassette. A l’époque Paul K, ne mixait que sur des hardwares, très peu de softwares étant encore développés. Elle le trouve intéressant et le fait signer sur son label BPitch Control. Il restera 10 ans sur ce label avant de lancer le sien et de s’auto-produire en 2009.

      Paul_Kalkbrenner_S03_160Très vite, il est reconnu pour son empreinte musicale très personnelle. Techno dansante avec des samples travaillés très hypnotiques. Il aime la mélodie dans la musique. Il cherche à se faire plaisir et à faire passer des émotions peu importe lesquelles. Qu’elles soient positives ou négatives, l’important est de faire ressentir quelque chose et de ne pas laisser indifférent. Cet artiste multifaçette ne joue que des lives et refuse de jouer des Dj sets. Il aime ses hardwares, il aime les manipuler et voir le public évoluer en même temps que lui sur sa musique. Il vit son live avec le public. Il choisit la difficulté là ou ses amis jouent avec des softwares.

      En 2007/2008, il jouera dans le film Berlin Calling. Au départ, il n’était que simple consultant sur le tournage. Puis petit à petit, le directeur va lui demander de faire la BO car il connaissait vraiment Berlin et la vie de nuit. L’histoire du film porte sur un jeune Dj/ producteur qui perd son rapport à la réalité par amour pour la musique. Il va être englouti par le monde de la nuit et de la drogue avant d’être enfermé dans un hopital psychiatrique pour finalement s’en sortir.

      Retrouvant un peu le personnage de Paul K dans l’histoire, le directeur Hannes Stoehr va lui proposer d’en être le protagoniste. Paul K n’avait alors jamais joué mais il se prend au jeu, même s’il confessera plus tard qu’il lui était très dur de se lever à 5h30 le matin. Ce film aura un grand succès et aidera à la relance touristique sur la fête à Berlin. Lui même confiera être encore ému quand il le regarde.

      Berlin Calling sera définitivement une étape pour Paul K.

      Dans sa façon de travailler, il dit qu’il a besoin d’être seul pour pouvoir produire. Une simple présence le perturbe. Il travaille en utilisant parfois des sons du quotidien qu’il sample, ou en reprenant certains samples existants. Il a presque une approche plastique dans son travail musical. Peu importe comment le public perçoit la musique, du moment qu’il ressent des émotions.

      Ses albums se suivent mais ne ressemblent pas forcément. Parfois une musique dark, parfois plus légère. Un album s’écoute du début à la fin. Il les construit souvent comme une histoire musicale avec ses péripéties, ses rebondissements. Ses albums sont un voyage.

      Son dernier album n’est pas signé sur son propre label mais sur Sony Music/Columbia. Cela lui a donné accès à la bibliothèque musicale de Sony Music/Columbia et à tous les samples libres de droits. Il est un des premiers artistes à avoir pu en bénéficier. Cette année sortait son septième album solo nommé magnifiquement : « 7« .

      Une date à Paris en 2016

      Il avait été présent sur de nombreux festivals à l’occasion du lancement de son dernier album. Mais en 2016, une tournée européenne aura lieu.

      En février vous aurez tout le loisir de le voir à Paris au Zénith le 3 au soir.
      Les places seront mises en vente le 6 Novembre, soyez prêts.

      Je vous laisse avec un extrait de son dernier album 7 et une de mes musiques préférées : Platscher.

       

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité