More
    More
      Array

      Panoramas Festival#18 – Soirée du samedi

      Une programmation à couper le souffle, un évènement à guichet fermé, le Panoramas Festival s’impose déjà comme l’un des plus gros festivals de l’année. JustFocus vous propose donc suivi complet du festival breton, avec pour chaque soirée un article sur les 3 meilleurs performances. Festival se déroulant exclusivement la nuit, le pano est un de ces festivals à part. Logé dans le Finistère, à Morlaix, plus de 11000 participants dont 5000 campeurs se sont réunis autour d’une même envie, partager la musique.

      Jacob Khrist credit
      Jacob Khrist credit

      Utopie. L’ambiance du Panoramas pourrait bien en être un synonyme. Tout le samedi, les festivaliers du Panoramas se sont rassemblés à Morlaix dans la joie et la bonne humeur. Partage, cohésion, convivialité, rires et rencontres magiques ont su meubler la journée et la soirée. Après un vendredi soir qui nous a lancé dans le bain, la journée du samedi fut incroyable. Dès les premiers rayons de soleil du midi, les festivaliers se reposent devant leur tente et discutent avec leurs voisins, ou dansent autour d’un point de rassemblement improvisé. Une enceinte, des tables, des tabourets, de la musique, du soleil et une bonne humeur générale, c’est tout ce qu’il fallait pour réunir les festivaliers. Les bénévoles sont aux petits soins avec les festivaliers et dansent même avec eux dans leur stand. Le Panorama, ce n’est pas qu’un simple festival, c’est surtout un mode de vie tolérant.

      C’est dans cette ambiance que l’on a pu découvrir le gratin de la musique électronique. De Laurent Garnier, en passant par Etienne de Crécy, Brodinski, Tchami ou encore Tale Of Us, la programmation n’en a pas déçu un. Un top 3 des artistes de la soirée du samedi, avec le trio qui s’est suivi (dans l’ordre): Tchami, Laurent Garnier et enfin Tale Of Us.

      Jacob Khrist credit
      Jacob Khrist credit

      TCHAMI

      Il y a 2 ans, le parisien était encore un artiste fondu dans la masse de la capitale. Depuis, il joue sur les scènes des plus grands festivals. Armé de son UK Garage, parfois grinçante, parfois plus chaude, habillé comme un homme d’église donnant une messe, Tchami sait nous faire danser comme il se doit.

      Mêlant future house et trap, cet homme a fait vibrer la scène du grand hall le samedi 4 novembre à Morlaix. Ses drops ravageurs ont fait vibrer les festivaliers. Il a pofiné son style Future House pour nous offrir de vrais explosions de basses et une rythmique dynamique et smooth à la fois. Un peu à l’image de l’un de ses derniers titres : After Life.

      LAURENT GARNIER

      On ne le présente plus. Il est considéré comme le père de la musique électronique en France, et ce du haut de ses 30 années de carrières. Sur la scène du grand hall, nous avions rendez vous à 2h10 pétantes avec Laurent Garnier pour un face à face torride. Un face a face oui, car c’est cette impression que donne le français lors de ses DJ sets. C’est sa manière de lire et de comprendre le public, qui transforme un concert de Laurent Garnier en un voyage. Il nous emmène vers d’autres horizons. On s’y sent acteur et spectateur en même temps.

      Il débute donc son set avec des morceaux house entraînants, et petit à petit, nous envoie vers un univers techno avec des titres comme le fameux Remix signé par scuba du titre enigma de Locked groove.

      Réputation donc consolidée du grand DJ français pour son escale en Bretagne.

      TALE OF US

      Ils clôturaient le festival, et qui de mieux que le duo italien pour le faire?

      Classé depuis deux ans, 2ème meilleur DJ’s du monde par Resident Advisor, le duo n’a absolument pas failli à sa réputation.

      Tanguy credit
      Tanguy credit

      Tale of us, notre histoire, notre conte, en français, est un de ces duos à part, celui qui a réussi à innover sur le format et même le fond, là où beaucoup ne font que le faire évoluer. Et si vous pensiez que tous les DJ set se résumaient à un enchaînement de titres avec des transitions bien ficelées, avec tale of us il n’en est rien.

      Les italiens nous racontent une histoire pendant plus d’1h30, chaque titre est choisi parfaitement et envoie les spectateurs dans un autre monde. Rajoutez à cela des éclairages plus qu’impressionnants, et vous voila partis pour une aventure. Aux mélodies techno pour rentrer dans l’ambiance et l’univers de Tale of Us, s’enchainent des drops qui animent et font danser toute la salle du Grand Hall.

      Mêlant émotion, énergie et envie de danser toute la nuit, Tale of Us a certainement trouvé la formule parfaite, celle qui fait des Italiens le renouveau de la musique techno.

      La 18eme édition du Panoramas restera comme l’une des plus réussies, tant au niveau de la programmation que de l’ambiance fidèle à la Bretagne, et a son festival du début d’été.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.