More
    More
      Array

      P911, le magazine des jeux indépendants ! (Interview)

      Il existe un nombre considérable de sites de jeux vidéo et de magazines leur étant dédiés. Toutefois, si on s’intéresse de prês à cette presse papier spécialisée, une remarque s’impose : ce sont des magazines généralistes. Ils traitent surtout des grandes sorties, des studios connus et des jeux les plus attendus. C’est une presse de masse, qui nous convient tous, ou presque. En marge de cette consommation, des irréductibles demeurent ! P911 est de ce sang là. Ce magazine existant à l’origine sous format PDF, cherche désormais à conquérir le marché de la presse écrite.

      C’est pourquoi P911 a lancé un financement participatif sur la plateforme Ulule. L’objectif à atteindre en 30 jours est de 5000 euros. Encore loin du saint Graal, P911 va avoir besoin d’un petit coup de pouce dans sa campagne pour voir le jour (n’hésitez pas à y faire un tour, il y en a pour toutes les bourses). En attendant, le magazine peut compter sur le soutien de studios indépendants pour lui fournir des jeux. Parmi eux, on peut citer : Skatanic Studios (Octodad, Rpg Tycoon), Bitbox Ltd (Life is feudal), Far Sky Interactive (Far Sky) et bien d’autres encore.

      Pour connaitre un peu plus P911 et son univers, la parole est désormais à son créateur : Lucas.

      P911 magazineDerrière tout grand projet se cache un homme (ou une femme). Qui es-tu, que fais-tu ? Parle-nous un peu de toi !

      Je m’appelle Lucas, je vis en Belgique (Namur) et poursuis des études hôtelières. Je suis actuellement en cinquième (l’équivalent de la seconde en France, enfin, je pense). J’ai commencé à m’intéresser à l’univers des jeux vidéo à mes treize ans, lors de l’acquisition d’une PS3. Depuis, je n’ai jamais su décrocher de mon écran!

      A l’heure du « tout internet », pourquoi ce choix d’un magazine papier ?

      Lire un magazine en PDF, que ce soit sur son téléphone, sur sa tablette ou sur son ordinateur, ce n’est pas du tout agréable. De plus, c’est tellement agréable de tenir quelque chose entre ses mains. Ce qui me plaît beaucoup avec le papier, c’est l’odeur, une véritable drogue!

      Faisons un peu le point sur votre campagne Ulule et votre financement. Où en es-tu ?

      Nous avons franchi les mille euros. Malheureusement, si nous continuons sur notre lancée, nous n’atteindrons jamais notre objectif… Mais nous gardons espoir et continuons de contacter un maximum de personnes.

      Peux-tu nous détailler ton équipe de rédacteurs et vos rapports avec les jeux ?

      Nous sommes environ une dizaine à nous occuper du magazine. Nous avons autant de néophytes dans le domaine des jeux indé que de personnes qui s’y connaissent beaucoup plus. La moyenne d’âge est d’environ 23 ans. Nous avons récemment accueilli Benjamin Berget, auteur de multiples livres (L’histoire des jeux vidéo polémiques) ainsi que des rédacteurs dans de nombreux magazines sur les jeux vidéo.

      Quelles sont tes relations avec les 20 studios indépendants qui vous soutiennent ?

      Nous sommes en très bon termes. Je pense notamment à tous les studios français avec qui il est plus simple de dialoguer et qui nous fournissent aisément des exemplaires de leurs jeux pour d’éventuels concours, merci à eux!

      Avez-vous prévu de faire appel à d’autres studios ?

      En réalité, nous avons fait appel à plus de 250 studios. Parmi ceux-ci, très peu ne nous ont pas répondu ou répondu par la négative. Alors, pourquoi 20 studios seulement? Car ce sont ces 20 studios qui nous ont accordé des clés de leurs jeux afin de les proposer sur Ulule (en échange d’une publicité dans le magazine et sur le site). Bien sûr, nous remercions tous les autres studios pour leur soutien!

      Un vrai article du prochain numéro !
      Un vrai article du prochain numéro !

      De belles couleurs en perspective !
      De belles couleurs en perspective.

      Des jeux à découvrir !
      Des jeux à découvrir 🙂

      Comment se passe le travail d’investigation pour le magazine? As-tu rencontré ou communiqué avec des professionnels des jeux vidéo ?

      Oui, nous discutons souvent avec des studios et prévoyons des interviews. Plusieurs studios nous envoient leurs jeux, ce qui ne signifie pas pour autant que nous en dirons du bien. Nous les prévenons que nous serons justes dans la critique mais ne nous laisserons pas influencés (bien que ce ne soit jamais arrivé).

      Pour obtenir un jeu gratuit avec le magazine, quel est le montant minimum à débourser ?

      Un abonnement pour quatre numéros, c’est-à-dire 28 euros. La plupart des jeux que nous proposons ont une valeur de 10-15 euros, ce qui est une bonne économie.

      La presse c’est aussi une histoire d’édition ! Comment se passe la collaboration avec la société éditrice Megalopole sprl ?

      En réalité, la société qui nous édite n’est autre que celle de mon père. Du coup, tout se passe très bien. Nous n’avons pas fait appel à une grosse boîte que nous ne connaissions pas.

      Si P911 venait à connaitre un succès fulgurant, quel avenir envisagerais-tu ?

      Dans un monde où tout se passerait pour le mieux, j’envisagerais de diminuer le délai de parution entre deux numéros, d’augmenter le nombre de pages, de refaire le site, d’améliorer notre présence sur internet par le biais de live sur divers jeux indépendants. Enfin, dans un monde idéal!

      Peut-on avoir des informations inédites du prochain contenu de P911 numéro 4 ?

      Presque toutes les informations concernant le numéro quatre ont été dévoilées. Dans mon coin, je réfléchis en ce moment à un moyen d’utiliser l’idée d’UnDropDansLaMare (avec leur accord) qui est de ne pas noter les jeux mais, à l’aide d’une échelle, donner une idée du type de graphismes, du gameplay sans pour autant contraindre le lecteur à avoir le même avis que le rédacteur.

      Quelles sont les principales différences selon toi entre un jeu indépendant et un AAA ?

      L’originalité, la qualité, la créativité. Il s’agit là des principales différences.

      Prenons-nous à rêver ! S’il fallait inventer un jeu idéal, qu’attendrais-tu de celui-ci ?

      Qu’il puisse tourner sur un maximum de supports, qu’il ait de beaux graphismes, qu’il soit facile à comprendre sans pour autant en être trop simplifié, qu’il ne soit pas gourmand, qu’il ne soit pas soumis à un abonnement. Ce serait le jeu idéal. Un FPS ou RTS serait l’idéal. Pour ma part, le projet Warhammer 40k: Dark Millenium, bien qu’il ne réponde pas à toutes les exigences citées ci-dessus, se rapprochait de ce jeu. Un FPS en monde ouvert (de ce que je sais sans abonnement) futuriste dans un univers qui existe depuis des années. Dommage que le projet ait été annulé.

      Il paraît que tu es un fan de RTS ? Peux-tu nous en dire un peu plus sur tes préférences vidéo-ludiques ?

      Les RTS et FPS sont les types de jeux auxquels je joue fréquemment. Mais uniquement les bons! Call of Duty, uniquement pour le mode zombie, rien de plus. Niveau RTS, j’aime beaucoup Starcraft 2 mais surtout Planetary Annihilation qui, bien qu’il nécessite des optimisations, est à mes yeux le meilleur RTS auquel j’ai pu jouer. Maintenant, je ne dis pas qu’il n’en existe pas de meilleurs, mais ce sera difficile de le battre!

      Nous nous sommes rencontrés sur le groupe « Pour les passionné(e)s de jeux vidéos ». Est-ce un groupe que tu fréquentes depuis longtemps ?

      Pas du tout! Nous nous sommes rencontrés le soir même où j’ai rejoint le groupe. Un grand merci d’ailleurs pour cet article, ça fait plaisir de voir qu’il peut se passer des choses intéressantes sur Facebook!

      Ce sont sur ces mots que nous clôturons cet article et que nous souhaitons une belle réussite à P911 !

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.