More
    More
      Array

      Only Real au café de la Danse, un show survolté!

      Whisky sur scène et jeunes filles qui se battent pour un t-shirt couvert de sueur, le jeune Only Real a déjà tout d’une rock star. On était au Café de la Danse, le 30 septembre, dans le cadre de l’Eldorado Festival et on vous raconte.

      La première partie du show est assurée par les Casablanca Drivers. Quand on nous dit qu’ils viennent de Corse, je reconnais hausser injustement le sourcil en ayant une pensée pour Alizée et Jenifer. Ces cinq garçons nous offrent pourtant un son rock, parfois agrémenté de pop qui évoque plutôt la Californie que le Maquis. Le tout est servi en anglais, en français et parfois même avec des petites touches d’espagnol (surtout pour faire des blagues). Sur scène, une belle énergie se dégage, les guitares grincent, les musiciens remuent les cheveux et, dans la salle, on commence à se chauffer à petit feu. Une jolie découverte, on vous conseille vivement d’écouter leur EP 2002pizza.

      casablanca drivers café de la danse

      La deuxième partie c’est Only Real. Sa chanson Cadillac Girl avait inondé les ondes de radio (je fais cette affirmation un peu abusive parce que j’ai déjà entendu cette chanson au supermarché). Le rouquin londonien de 24 ans pose son flow nourri de hip hop sur de la pop-music. Sur scène c’est pourtant beaucoup plus rock que sur l’album et c’est très efficace.

      Only Real débarque au Café de la Danse enveloppé dans une grande parka rouge alors que dans la salle c’est la canicule. Selon une étude publiée par The Journal of Experimental Psychology et dirigée par l’Université de Rochester, les hommes en rouge seraient jugés sexuellement plus attirants mais, si l’on en croit la salle, pas besoin de parka rouge pour Only Real tant le jeune public est conquis. Pourtant, rien de très sexy, lui et ses musiciens pourraient être ces petits geeks du lycée avec leur t-shirt rentré dans leur pantalon à qui personne ne veut parler. Comme quoi la musique ça rend franchement cool.

      Il y a beaucoup de problèmes techniques ce soir là au Café de la Danse, mais le rouquin ne se laisse pas démonter, il tchatche, balance deux trois blagues comme « We have to restart the laptop » taclant au passage les DJs qui ont pour seul instrument leur Mac. Globalement, on ne comprend pas toujours tout mais on rigole, une fille dans la salle lui lâche même « Articule ! ». Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que le garçon a un charisme de dingue.

      only real live report

      Cultivant une image de bad boy un peu branleur, Il invite une bouteille de Whisky sur scène, ce qui nous donnera l’impression à la fin qu’il articule de moins en moins et chante de moins en moins fort tout en multipliant les grimaces. Cependant, on le sait très perfectionniste et rien n’est vraiment laissé au hasard lors de ce concert.

      Dans la salle, tout le monde connaît les paroles par cœur (merci au jeune homme derrière moi qui m’a crié dans les oreilles pendant plus d’1h). Quand il entonne ses grands succès c’est la folie, tout le monde hurle sur Can’t get Happy. Pour la dernière, Only Real nous réserve son tube Cadillac Girl et invite tout le monde à le rejoindre sur scène. Le public se bouscule tellement que les musiciens ne peuvent plus jouer, un fil a été débranché, tout le monde est prié de redescendre et on doit reprendre la chanson depuis le début. En attendant de régler le problème, Only Real, qui a épuisé son stock de blagues, part chercher des vinyles qu’il jette dans la foule, tout le monde se déchire déjà pour les attraper et son manager doit sans doute se mordre les doigts face à cet élan de générosité. Quand il revient avec un t-shirt « Only Real », qu’il l’enfile pour nous le montrer, le couvrant au passage de toute sa sueur puis qu’il le jette dans le public, c’est l’hystérie totale. On a failli y laisser notre peau. À la fin de la chanson, il décide de se jeter dans la foule qui est franchement ravie.

      Bref, Only Real c’est ce jeune talent un peu incontrôlable qui sait contenter son public déjà conquis avant même d’avoir poussé la porte du concert. Nous ce qu’on aime, ce sont ces chansons joyeuses qui donnent envie d’avoir 20 ans, de déambuler en skateboard avec une casquette à l’envers, de boire des bières dans la rue et de jouer les sales gosses.

      Prolongez l’aventure en écoutant les soundcloud des deux groupes:

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.