More
    More
      Array

      Maurice WHITE nous quitte à son tour

      Après une année 2015 déjà trop marquée par la disparition de grands noms de la Musique, l’année 2016 débute tristement avec le décès du chanteur grand Maurice WHITE, leader du mythique groupe EARTH WIND AND FIRE, Jeudi 3 février 2016.

      michel whiteComme si on en avait pas eu assez. C’est un véritable cataclysme artistique que nous vivons depuis déjà de nombreux mois. L’année 2015 a été frappée par de tragiques décès qui n’ont eu de cesse de se succéder, notamment dans l’univers musical. Ainsi, en 2015, nous avons notamment déploré le « départ » de Nathalie Cole (fille du grand crooner Américain), Ben E King, B.B. King, Ian Lemmy Kilmister, ou encore Richard Anthony pour ne citer qu’eux.

      L’année 2016 serait-elle épargnée ? Après le choc qu’a provoqué la mort de la légende du Rock David Bowie le 10 Janvier dernier, c’est au tour d’une des figures principales du Funk, et du Jazz Symphonique de nous quitter : Maurice White. Il était le chanteur vedette, et fondateur du groupe EARTH WIND AND FIRE.

       

      MAURICE WHITE

      Il décède le 3 février 2016 des suites de sa maladie : il avait été diagnostiqué Parkinson dans les années 80’ alors que son groupe explosait, et fut contraint d’abandonner les tournées avec ce dernier en 1994.

      Qui était Maurica White ? Quelle influence a-t-il eu, tant pour les gens que pour l’évolution de la Musique ?

      Batteur prodige, il démarre sa carrière musicale dans les années 60’ en tant que batteur remplaçant, parfois titulaire, de différents groupes de Jazz. Ses influences africaines lui inspireront des arrangements de génies pour ses sections rythmiques empreintes de « Groove ».

      Lorsqu’il fonde son propre groupe en 1969, EARTH WIND AND FIRE (Terre, Vent et Feu), en référence à son signe astrologique, Wade Flemons et Don Whitehead ses amis et lui entreprennent une toute nouvelle aventure : le Jazz-Funk, imprégné des visions africaines, cubaines, brésiliennes qu’il va incorporé à son Funk très cuivré (une section de cuivres gigantesque, les Phoenix Horns) qu’il mélangera abondamment avec le Jazz et l’arrangement symphonique inspiré du classique. Compositeur, chanteur, arrangeur, fondateur, producteur, Maurice White n’a pas son égal. Il déniche de grands musiciens pour offrir une qualité musicale hors norme. Philip Bailey et les quelques 4 octaves qu’il couvre avec sa voix en est un sublime exemple.

      Du jamais vu. Difficile de qualifier le style du groupe : beaucoup retiendront le Jazz Symphonique ou Funk Symphonique.

      Quel succès pour le groupe ?

      Immense. 90 millions d’albums vendus (il faut se replacer dans le contexte Américain, lorsque le Noir peine encore à se faire un nom). 7 Grammy Awards. Des albums au sommet des charts et classements US et internationaux des mois durant. Le groupe devient rapidement une référence mondiale. Qui peut passer une soirée dansante sans se défouler sur September – Let’s Groove – Boogie Wonderland – Shining Star – In the Stone et tant d’autres ?

       

      EarthWindFire

       

      Bien que le groupe subit plusieurs scissions, disparitions de ses membres ou d’importants différents commerciaux, il est toujours en activité pour des tournées mondiales, lors desquelles ils reprennent leurs célèbres hits qui nous font tous danser. Ils continuent de produire quelques albums, qui n’ont pourtant plus le même impact aujourd’hui que leurs années d’apogées 70’ et 80’.

      Le décès de Maurice White nous fait prendre un peu plus conscience de l’époque terrible que nous vivons : celle de l’extinction des représentants majeurs de l’évolution artistique, des « golden years » de la musique, des musiciens précurseurs aux influences révolutionnantes. Qui prendra la relève de ce genre d’artiste ? Restons optimistes, tout en étant réalistes : personne, mais le monde change et évolue. Apprécions à leur juste valeur chaque artiste. Un grand merci Maurice pour ce que tu as offert à la musique, et à chacun d’entre nous.

      Juste pour le plaisir, quelques indispensables du groupe de Maurice White:

       

      LES ALBUMS DE EARTH WIND AND FIRE:

      • All’n All
      • I Am
      • Faces
      • Gratitude
      • Raise !

       

      LES SINGLES ET TITRES de EWD:

      • September
      • Let’s Groove
      • In the Stone
      • After the love Has gone
      • Serpentine Fire
      • Star
      • Boogie Wonderland
      • Brazilian Rhymes
      • Fantasy
      • Win or Lose
      • And Love Goes On
      • Sparkle
      • You and I
      • I’ll Write a Song for You
      • Let me Talk

      et des centaines d’autres…

       

      Un live qui résume bien les choses…

       

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.