More
    More
      Array

      Marsatac 2017 : le deuxième jour d’un festival démentiel

      Pour la première fois, et ce depuis sa création, le festival le plus connu de la cité phocéenne était au Parc Chanot les 23 et 24 juin. Retour sur les événements et la programmation mouvementée du deuxième jour de Marsatac.

      On connaissait un Marsatac local et amateur de rap marseillais, mais cette année on l’a retrouvé plus international et varié que jamais. Dans un désir de s’étendre et de permettre au plus grand nombre d’y assister, les scènes se sont posées cette année au Parc Chanot. Le festival semble avoir trouvé sa place dans cet espace gigantesque qui permet d’accueillir trois scènes en intérieur et une étendue d’herbe pour l’espace dédié aux animations et au repos.

       

      Une programmation imposante

      Ceux qui, comme nous, ne pouvaient pas assister au premier jour du festival, n’avaient pas de quoi être jaloux. La programmation était bien équilibrée et étaient prévus le samedi quelques gros noms du rap et de l’électro.

      L’image contient peut-être : texte

      Les amateurs d’électro ont donc pu profiter d’une grosse soirée, avec Borgore, Kid Francescoli, Mr Oizo ou encore Meute. La programmation restait quand même dans les habitudes du festival en accueillant pas mal d’artistes de la scène rap comme Vald, Little Simz, Tommy Cash ou encore l’ovni Die Antwoord. Grosse déception tout de même, le groupe $UICIDEBOY$ n’a pas pu se déplacer jusqu’à Marseille, à cause de ce qui semble être un problème de transport…

       

      La scène Grand Palais : de grandes émotions

      Si il est parfois dur de voir tous les artistes qui nous tiennent à cœur en festival, la scène principale du festival marseillais nous permettait de profiter de pas mal de noms. La soirée a commencé sous le signe du genre Urban Punk avec NOVA TWINS, un duo de londoniennes qui a eu le mérite de chauffer un public principalement présent pour les concerts suivants.

      Amy Love à la guitare et au chant, Georgia South à la basse, et les filles étaient parties pour une heure d’un set bouillant, au son qui rappelle bel et bien Rage Against The Machine.

      Résultat de recherche d'images pour "nova twins marsatac"

      Deux filles très stylées donc, et qui ont fait adopter leur genre tout particulier à un public surexcité à l’idée de voir Vald et Die Antwoord. De quoi confirmer que les festivals doivent plus que jamais laisser leur chance à des groupes de filles : elles convenaient parfaitement à l’ambiance et à cette plage horaire. Pas d’album pour ces deux anglaises mais un premier EP que vous devriez écouter de toute urgence ! Pas de doute, c’est la bonne découverte de l’événement marseillais.

      L’ambiance a diamétralement changé vers 22h30, et VALD est apparu sur scène avec Dj Weedim et son pote Suikon Blaz pour les back up. Il ne lui a pas fallu longtemps pour retourner le Grand Palais de fond en comble. S’en est suivi une heure de show pendant laquelle il a repris ses plus gros morceaux : comme Bonjour ou Promesse issus de NQNT2, l’EP sorti en 2015. Mais ce qui était le plus attendu c’était le nouvel album Agartha sorti cette année.

      Eurotrap, Ma Meilleure Amie ou Je T’aime, tous les gros titres de l’album y sont passés. L’ambiance était dingue et le rappeur a su déchaîner un public déjà bien échauffé. Les basses étaient puissantes, de quoi rassasier les amateurs de gros son, et la mise en scène était totalement maîtrisée. Nombreux étaient les fans de Sully, et le rappeur ne les a pas déçus.

      Minuit a sonné l’heure du point de non retour. La foule est rentrée en transe quand Ninja, Yolandi et DJ Hi-Tek sont montés sur scène. On connaissait la réputation de Die Antwoord, et on savait que le set allait être mouvementé, mais le vivre au premier rang était une autre paire de manche.

      Pendant une heure et demie, les plus gros titres du groupe ont été passés en revue, que ce soit Love Drug et Banana Brain issus de leurs derniers projets, ou tous leurs morceaux les plus connus : Ugly Boy, Baby’s On Fire, Fatty Boom Boom etc… Si leurs paroles prônent la désinvolture, il n’en est pas le cas du reste de leur show. Les changements de tenues s’enchaînaient tandis que les jeux de lumière et la chorégraphie des danseuses se déroulaient parfaitement.

      Photo de Lena A. (@l_natique)

      On sait désormais que le groupe arrive à la fin de son projet musical, mais pas de panique, un film et une expo rétrospective sur leur carrière est en cours de préparation. Et pour ceux qui les auraient ratés, le groupe est en tournée tout l’été dans le monde entier, et plus particulièrement aux Déferlantes, au Musilac, à Dour et aux Vieilles Charrues. Sans aucun doute, c’est bien le goût de la scène qui nous manquera chez Die Antwoord.

       

      Un festival maîtrisé

      En bref, et même si l’on ne vous fournit qu’un échantillon, la 19ème édition de Marsatac est bel et bien réussie. Une programmation exceptionnelle, un endroit complètement adapté et des bénévoles dévoués (qu’on remercie !), le tout sans accrocs et avec beaucoup de bonne humeur. On souhaite une longue vie au festival rutilant, qu’on reverra sans aucun doute l’année prochaine !

      Photo de @milwou

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité