More
    More
      Array

      Les « Champs Magnétiques » de Vassilakis Takis au Palais de Tokyo

      Comme nous vous l’indiquions le 30 mars dernier ; afin de célébrer comme il se doit les 90 ans de Vassilakis Takis, le Palais de Tokyo nous propose de (re)découvrir une cinquantaine de ses « Champs Magnétiques » du 18 février au 17 mai. 

      Vassilakis Takis, sculpteur contemporain méconnu, « savant intuitif » comme il aime se définir, est exposé ici sous la ligne directrice du mouvement et du magnétisme. Cet angle nous a offert une visite instructive et plutôt ludique. Le Palais de Tokyo nous a permis d’approfondir l’univers de Vassilakis Takis à travers une cinquantaine d’œuvres triées sur le volet pour la plus grande rétrospective à ce jour exposée depuis 1993. Oui, 1993 n’est pas uniquement l’année de sortie de Jurassic Park.

      Son nom ne vous dit probablement rien, mais son univers fait partie du décor parisien, enfin « banlieusard ». Deux de ses œuvres font partie du quotidien de bon nombre de travailleurs sans qu’ils ne le sachent vraiment. Mais si, vous savez, ses grands signaux lumineux qui marquent les deux extrémités de la Défense. Les premiers signaux, fixés au sein d’un bassin visible depuis Neuilly, interpellent ceux derrière l’arche, fixés directement sur la dalle, depuis les années 90.

      Dès les années 1950, Vassilakis Takis a construit son œuvre autour d’une idée de mouvement, principalement à partir de l’énergie des champs magnétiques. Il décide de composer des œuvres mêlant lumière, musique, vent et aimants. Le Palais de Tokyo, présente ici de nombreuses œuvres sur le thème du mouvement (…mais aussi du magnétisme comme le nom de l’exposition l’indique).

      En plus de sa recherche du mouvement qui s’allie avec le magnétisme, Vassilakis Takis va aussi rechercher l’invisible, enfin surtout chercher à (nous) montrer l’invisible.

      C’est un pari réussi !  Cet invisible permet à Vassilakis Takis, mais aussi aux visiteurs (évidemment !), de tourmenter des boussoles, d’écouter/voir des aiguilles jouer de la musique ou de voir papillonner des cônes en métal à quelques centimètres d’une toile.  L’exposition est donc bien ludique, on ne vous avait pas menti.

      Bref, si le mouvement, le magnétisme, ou l’invisible ne suffisent pas à vous donner envie de découvrir l’univers de Vassilakis Takis … sachez que la visite vaut le coup d’œil car elle permet de vivre l’expérience dans un bruit tonitruant  » Le siècle de Kafka  » (pour notre plus grand plaisir).

      Le siècle de Kafka, engin de torture digne de Frankenstein, représente, à taille humaine, un laboratoire effrayant composé d’ampoules à la luminosité discutable,  de cadrans, de rubans magnétiques (logique = l’exposition s’appelle « Champs Magnétiques » ), mais surtout de fragments de corps métalliques déchiquetés.

      Ses grandes installations définissent les multiples facettes de l’artiste. Nous choisissons volontairement de ne pas trop les détailler afin de vous permettre de rester émerveillé(e)s et surpris(e)s lors de votre visite.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.