More
    More
      Array

      Nous avons testé le Playstation VR et Rigs !

      Si je vous demande un stand qui était pris d’assaut pour cette Paris Games Week, vous me répondez tous? Oui, Call of Duty Black Ops 3, certes mais encore? Oui bon Uncharted 4, bien mais sinon? OUI, The Division aussi, mais moi je veux vous parler du stand Playstation VR, présenté comme l’avenir du jeu vidéo. Nous avons pu le tester, et voila notre avis.

      Il fallait s’y prendre tôt pour tester le Playstation VR à cette Paris Games Week. Tellement tôt en fait qu’il fallait s’y prendre avant la Paris Games Week. En effet, le nouvel accessoire de Sony n’était présent que sur deux stands dont un seulement sur rendez-vous. Autant vous dire que déjà mardi, durant la journée presse, tous les rendez-vous étaient pleins jusqu’à dimanche. Pour les malheureux n’ayant pas eu la chance d’avoir un rendez vous ou s’y étant pris trop tard, la seule autre chance de tester le playstation VR était le deuxième stand en accès public. Soyons clair, 15min après l’ouverture du salon, il fallait compter environ 3 à 4h d’attente pour tester le Playstation VR sur le jeu Rigs. Autant vous dire qu’on a eu le temps de discuter avec les développeurs en attendant de pouvoir tester la bête. Nous en avons profité pour vous faire une petite interview dont voici un résumé.

      RIGS_PGW

      Nous avons d’abord voulu savoir depuis combien de temps le jeu était en développement et le directeur marketing nous a dit que le jeu était en développement depuis un peu plus d’un an et son annonce à l’E3 2014, et qu’il était aujourd’hui présenté dans une version pré alpha. Nous l’avons ensuite interrogé sur le but de ce jeu intrigant mélange de sport et de combat mécanique. Il nous a donc expliqué que le but du jeu pouvait s’assimiler à du basket où vous seriez la balle. En effet, vous contrôlez un mécha dans un affrontement à 3 contre 3. Trois machines sont disponibles, une armure faible et rapide, une armure intermédiaire qui peut voler (ou flotter) et une dernière armure lourde qui possède le double saut. Le but est de détruire l’équipe adverse pour récupérer des orbes. Ces dernières chargent une barre qui, une fois complète, vous fait entrer en mode overdrive. Une fois dans ce mode, vous devez aller au centre de l’arène pour plonger dans la cible à la manière d’un panier de basket. L’équipe comptabilisant le plus de point à la fin du match gagne. Nous avons ensuite discrètement voulu le piéger en lui demandant quand il pensait sortir le jeu, question à laquelle il a répondu « dans la fenêtre de lancement du Playstation VR« . Nous nous sommes ensuite intéressé au côté technique du jeu et à ce que le playstation VR apportait de plus au jeu selon lui. Il nous a répondu que l’accessoire de Sony amenait pour lui un jeu plus intense et plus immersif, permettant au joueur de plonger dans l’action, de rendre son expérience plus intuitive et dynamique. Nous avons donc fini par lui demander quelles avaient été les difficultés de développer leur jeu avec le Playstation VR. Il nous a donc affirmé que le problème majeur venait du fait que c’était un nouveau produit, une nouvelle manière de développer. Qu’il fallait tout réapprendre. Le souci venait aussi du fait que ce qui semblait une très bonne idée au démarrage, pouvait s’avérer finalement très mauvaise après réalisation car pas du tout adapté au casque de réalité virtuelle.

      18924616615_8a23c6da24_z

      Après nos échanges cordiaux mais compliqués, une interview totalement en anglais au milieu d’un salon où on hurle à droite « ICI c’est PLAY-STA-TION » en boucle et à gauche  » C’est la fin du tournoi PAC-Man, on va passer à Naruto », c’est compliqué, nous avons enfin pu tester le casque de réalité virtuelle de Sony. Le premier contact est douloureux, soyons clair, très difficile à régler, pour obtenir la bonne netteté, ne pas la perdre, le temps que les yeux s’habituent, le premier contact n’était clairement pas réussi. Et puis, une fois la phase d’optimisation effectuée, soyons clair, l’immersion est parfaite! Votre cerveau ne fait plus la différence, et vous avez beau savoir que vous êtes assis sur une chaise au milieu du salon, quand l’ascenseur monte votre mécha vers l’arène, vous pourriez jurer que vous ressentez cette sensation de mouvement. De même, l’immersion dans le cockpit est vraiment réussie et on se prend très vite à regarder à droite et à gauche, un peu partout même, à la manière d’un enfant dont c’est la première visite à Disneyland. Les mouvements sont fluides, et la peur que nous avions tous avant de jouer, cette peur de nausée et de mal de crane ne s’est pas réalisée sur le temps de la session (un gros quart d’heure). Il est vraiment difficile de décrire l’expérience qu’apporte le Playstation VR, un peu comme il est difficile d’expliquer l’hypnose ou ce genre de sensation indescriptible tant qu’elle n’est pas vécue.

      maxresdefault

      Si le Playstation VR nous a convaincus techniquement parlant, il n’a pas répondu à toutes les questions et toutes les inquiétudes pour autant. Qu’en est-il du mal de tête sur une utilisation prolongée? Mais surtout, bien qu’il soit techniquement au point, quelle sera son utilisation réelle? Deviendra-t-il vraiment indispensable ou sera-t-il  abandonné comme le PS move, Kinect et autres soi-disant révolution? Rigs est quand à lui un titre plutôt sympa et plus fun qu’il n’y parait. Sans vocation à devenir un system-saler, il n’en reste pas moins agréable à jouer.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.