More
    More
      Array

      La Princesse de Clèves, un classique à (re)découvrir

      Publié anonymement par Marie-Madeleine de La Fayette en 1678, la Princesse de Clèves est un roman à la fois historique et analyste appartenant au mouvement de la préciosité. L’influence de l’œuvre de Mme de La Fayette est telle qu’on en retrouve encore des traces chez Balzac ou même Cocteau.

      Il est des livres que l’on doit lire plusieurs fois dans une vie pour en apprécier toute la grandeur et toutes les nuances. La Princesse de Clèves est l’un de ceux-là. Que l’on ne s’étonne pas si la première lecture parait ennuyeuse et rébarbative, le style de Mme de La Fayette reprend les standards d’expressions du XVIe siècle et peu très vite donner l’impression d’être suranné et pédant. La deuxième lecture par contre, permet de passer au-delà de ce vocabulaire presque médiéval allant jusqu’à l’apprécier tant il est inséparable de l’univers dans lequel l’auteur nous invite à entrer.

      Un roman historique

      L’œuvre de Mme de La Fayette se divise en quatre parties. Certes, la première peut être décourageante puisqu’elle vous remet en mémoire toute la généalogie des cours de France et de Navarre sous le règne d’Henri Second. Mais passée cette courte contextualisation, le style de Mme de La Fayette s’exprime et n’a rien à envier aux écrivains masculins de son siècle, tant au niveau de l’intrigue que de la complexité des personnages.

      La princesse de Clèves est la personnification de la vertu même. Une femme respectable, donc, dont la bienséance, la grâce et la beauté inspirent respect à toute la cour. En cela, elle respecte parfaitement les règles de la préciosité.

      Elle épouse monsieur de Clèves qui nourrit une passion et un amour sans limites pour elle depuis le premier instant où il l’aperçue, mais pour qui elle ne ressent qu’un profond sentiment d’amitié mêlé de respect. Somme toute, il s’agit d’un mariage de raison plus que d’un mariage d’amour. Mais Mme de Clèves semble incapable de développer un sentiment amoureux jusqu’au jour où elle rencontre le duc de Nemours, lors des fiançailles de la reine Claude, qui fait chavirer son cœur. Commence alors la fascinante dichotomie entre passion et raison donnant toute sa profondeur au personnage. Femme d’honneur, elle ne veut point se laisser aller à cette galanterie mais son cœur lui dicte le contraire. Aimée de et aimant M de Nemours, elle ne lui avouera ses sentiments qu’à la mort de son mari, avant de se retirer au couvent pour préserver sa vertu.

      « —Ne m’évitez point, Madame, lui dit-il, je ne vous dirai rien qui puisse vous déplaire; je vous demande pardon de la surprise que je vous ai faite tantôt. J’en suis assez puni, par ce que j’ai appris. Monsieur de Nemours était de tous les hommes celui que je craignais le plus. Je vois le péril où vous êtes; ayez du pouvoir sur vous pour l’amour de vous-même, et s’il est possible, pour l’amour de moi. Je ne vous le demande point comme un mari, mais comme un homme dont vous faites tout le bonheur, et qui a pour vous une passion plus tendre et plus violente que celui que votre cœur lui préfère. »

      Un monument culturel

      Car Mme de Clèves ne l’a jamais perdue. S’imposant la retenue la plus austère malgré la passion qui l’animait, elle demeurera, comme le mentionne l’excipit, un exemple de vertu inimitable. Allant jusqu’à avouer sa passion pour M de Nemours à son époux, La princesse de Clèves incarne toutes les problématiques que tend à traiter la préciosité : la valeur morale d’une galanterie, l’honnêteté envers un mari aimant, le débat interne entre vertu et passion.

      Le roman fait également figure de plaidoyer pour l’égalité ; Mme de La Fayette publie anonymement pour « pour laisser les jugements plus libres & plus équitables ».

      La version cinématographique du livre est accessible en plusieurs parties sur YouTube. En voici le premier passage… Qui, datant de 1961, a un peu vieillit… Avis aux amateurs, donc.

       

      Crédits photo : lewebpedagogique.com
      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.