More
    More
      Array

      Keith Richards : une virée en solo le temps d’un nouvel album

      Le légendaire guitariste des Rolling Stones vient de publier “Crosseyed Heart”, son 3ème album solo. Après “Talk is cheap” en 1988 et “Main Offender” en 1992, Keith Richards est retourné en studio et nous offre un disque plein de vie, fort et doux à la fois.

      "Crosseyed Heart"23 ans après son dernier opus, le co-fondateur des Rolling Stones semble avoir mis tout son coeur dans cet album qui sonne comme un savant mélange de ce qui a pu l’inspirer en 50 ans de carrière.
      58 minutes durant, nos oreilles se nourrissent de touches de blues, de country et de reggae venues assaisonner la base purement rock’n’roll de ses nouvelles compositions.

      Entre les premières sessions de travail et la fin de l’enregistrement, il se sera écoulé plus ou moins quatre ans. Mais sans ses trois compagnons de route habituels, Keith a tout de même su bien s’entourer.

      Épaulé par son ami de longue date, le batteur Steve Jordan, également co-producteur du disque et co-auteur de certains titres, la création de cet album s’est faite naturellement et sans pression, au rythme de l’inspiration. Une fois le projet à quatre mains bien avancé, plusieurs musiciens ont rejoint le navire pour le travail en studio : Waddy Watchel, le guitariste des X Pensive Winos, le pianiste Ivan Neville et l’organiste Charlie Hodges. Les fans aguerris reconnaitront également Bernard Fowler et Blondie Chaplin, habitués des tournées des Stones.
      Le saxophoniste Bobby Keys, fidèle compagnon du groupe que ce soit sur les albums ou les concerts, et certainement le plus grand ami de Keith Richards, a lui aussi été invité à jouer sur “Crosseyed Heart”. Il s’agit d’ailleurs là de ses derniers enregistrements avant sa disparition en décembre 2014.

      L’ouverture de l’album se fait tout en douceur, sur un titre guitare/voix. Dès les premières notes, le voyage commence. Du même nom que l’album, cette chanson est une parfaite introduction aux 14 autres que contient “Crosseyed Heart”.

      Au fil des années et des excès, la voix de Keith Richards a gagné en profondeur. Aujourd’hui bien maîtrisée, derrière la chaleur qui s’en dégage subsiste une touchante fragilité qui donne tout son charme à ses nouveaux titres.
      Avec “Heartstopper”, le rythme s’accélère et notre coeur s’emballe. Voici la seconde facette de l’album.
      Keith nous offre une petite virée entre calme et tempête, l’alternance des deux étant toujours plutôt bien dosée. Pour osciller entre légers balancements de tête et rapides tapages du pied, on retiendra notamment et dans le désordre pour vous laisser la surprise, “Trouble”, “Suspicious”, “Something For Nothing” et “Robbed Blind”. Mention spéciale également à “Illusion” qui, le temps d’un duo, apporte une touche féminine à cet album grâce à la douce voix de Norah Jones.

      Ayant puisé dans ses origines et ses influences, Keith Richards fait, avec cet album, un joli clin d’oeil à tous ceux qui l’ont inspirés et nous fait vivre un beau moment de musique avec sa reprise du classique folk américain “Goodnight Irene”, enregistré pour la première fois par Lead Belly en 1933.

      “Crosseyed Heart” s’avère être une vraie réussite. Keith déborde d’énergie et transmet un réel sentiment de bien-être. Il s’amuse et ça se ressent.

      Entre ondes positives et mélancolie, on ne saurait situer cet album dans le temps. Ancré dans les racines du blues et du rock, il ne sonne pas daté mais n’est pas non plus empreint des sonorités musicales actuelles.
      Cet opus est finalement assez intemporel, un peu comme son auteur, qui à 71 ans traîne encore sa bouille de gamin et ses yeux rieurs. Avec sa classe de vieux rockeur, sa forme et son style unique, il force l’admiration.

      Ce nouvel album est d’ailleurs l’occasion de découvrir plus précisément ce guitariste de légende. Après “Life”, son autobiographie publiée en 2010, voici « Under The Influence », un documentaire de Morgan Neville présenté la semaine dernière au Festival International du film de Toronto. Disponible depuis le 18 septembre sur Netflix, pour coïncider avec la date de sortie du disque, il met en lumière la vie et les influences de Keith notamment à travers des interviews et des images d’archives.

      Même s’il marque les esprits avec “Crosseyed Heart” et installe encore un peu plus sa carrière solo, Keith Richards restera à jamais, avec Mick Jagger, la figure emblématique des Rolling Stones. C’est le groupe de sa vie et il ne l’abandonnerait pour rien au monde. D’après ses récentes déclarations, il aurait réussi à motiver ses trois acolytes à reprendre enfin le chemin du studio, 10 ans après “A Bigger Bang”. On a déjà hâte !

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité