More
    More
      Array

      J-Stratégie : European Escalation (2012)

      Bienvenue pour un quatrième épisode de J-Stratégie ! Cocorico, aujourd’hui nous allons nous intéresser à un jeu édité par les frenchies de Focus Home Interactive (3ème éditeur français) : Wargame : European Escalation. Développé aussi par le groupe français d’Eugen Systems (R.U.S.E ou les Act of War), Wargame : European Escalation est un jeu de stratégie sorti en Février 2012 sur PC. European Escalation est par ailleurs le premier volet de la série des Wargame (suivi par Airland Battle et Red Dragon)

      I] Prépare-toi à la guerre !

      2015-04-25_00001

      1) Contextualisation

      European Escalation est une uchronie se déroulant pendant la Guerre Froide. Les tensions entre RFA et RDA se sont intensifiées malgré les accords d’Helsinki signés en 1975 par la plupart des états des deux camps. C’est une guerre fratricide entre les deux nations allemandes ! Autre exemple, la Pologne n’a pas réussi son soulèvement, Lech Wałęsa et le syndicat Solidarność ne pouvant lutter face à la puissance soviétique… L’immersion est au rendez-vous, puisque toutes les missions se basent sur un ensemble d’événements historiques qui se sont réellement déroulés. D’ailleurs, à cause des quelques éléments historiques subtilement modifiés et imbriqués avec réalisme au sein de l’Histoire, l’OTAN et le Pacte de Varsovie vont se déchirer à coup de canons sans que cela ne paraisse exagéré aux yeux du joueur.

      Votre rôle au sein de cette guerre inédite, mais si redoutée et attendue par les civils de l’époque, sera de diriger tantôt l’OTAN, tantôt le Pacte de Varsovie. 5 mini-campagnes sont disponibles et vous devrez composer l’effectif de vos renforts, avant le début de chaque partie, en fonction de vos points de commandement gagnés dans de précédentes missions. En effet, chaque mission est constituée d’objectifs principaux et d’objectifs secondaires. Chaque objectif rapporte un nombre de points de commandement qui vous permettra d’acheter différentes unités susceptibles d’être envoyées en renfort lors de vos missions sur le terrain. Nous pouvons souligner la variété d’unités disponibles, puisque le jeu en comporte plus d’une soixantaine, dont la majeure partie pourra être débloquée grâce aux missions. L’ensemble des unités composera votre « deck », réutilisable pendant vos parties en ligne.

      2) Quelle sorte de jeu de stratégie ?

      2015-04-25_00003

      Avant de passer aux mécaniques de gameplay, intéressons-nous au genre de ce jeu de stratégie. En optant pour le nom de « Wargame », European Escalation semble se positionner comme un jeu complexe aux multiples possibilités. Effectivement, le jeu est complexe, mais n’est pas, selon moi, un wargame tel qu’on l’entend. Oui, il s’agit d’un jeu de guerre, mais le fait qu’il s’agisse d’un jeu de stratégie dans lequel nous ne pouvons que créer des troupes, les déplacer, attaquer et suivre des objectifs… Cela ne réhabilite pas la thèse du wargame, mais plutôt celle du STR influencé par les mécaniques-mêmes du wargame.

      Pour faire simple, un wargame est un jeu de stratégie à grande échelle, bien souvent au tour par tour, où le joueur doit contrôler une faction, qui équivaudrait à une nation, tout en prenant compte d’une multitude de facteurs divers. C’est un peu comme le jeu de plateau Risk, mais en plus poussé. Contrôler l’économie (marchandage, productivité), la culture (religion, bien-être du peuple), la politique (politique interne et externe, fonctionnement de l’état), ou encore la guerre (jeu des alliances, stratégies militaires). Des jeux tels que HegemonyKing Arthur, ou les Total War sont des wargames ! Néanmoins, les wargames qui me semblent les plus aboutis sont ceux de Paradox Interactive : Crusader KingsVictoriaEuropa Universalis ou encore Hearts of Iron.

      En somme, si par wargame, on entend tous les jeux de guerre, la majorité des jeux de stratégie seraient des wargames ! European Escalation serait plutôt un jeu de stratégie en temps réel, de type simulation de conflit.

      II] Aux armes, citoyens !

      2015-04-19_00001

      1) La stratégie militaire, ce nerf de la guerre

      Le gameplay est plutôt simple dans European Escalation. Il y a 7 types d’unité : les unités logistiques, de reconnaissance, les tanks, l’infanterie, les supports, les véhicules de soutien et les hélicoptères.

      Les unités logistiques permettent d’acquérir une zone. Sans zone, vous ne pouvez pas envoyer de renforts, et vous serez vite coincés dans le déroulement de vos combats. D’autre part, les unités logistiques peuvent servir à réapprovisionner en munition ou en essence les autres bataillons. Les unités de reconnaissance sont utilisées afin de dévoiler une plus grande partie de la carte, et des véhicules potentiellement cachés. Les tanks ont une grande puissance de feu, et sont nécessaires pour les avancées dans la campagne. Dans l’infanterie, il y a des fusiliers, des unités anti-aériennes, ou encore des unités anti-char. Elles sont accompagnées par des véhicules de transport, car elles se déplacent très lentement. L’infanterie est surtout efficace lors de combats urbains, pouvant se cacher assez facilement dans des bâtiments, et étant la plus performante pour conquérir une ville. Les supports sont des véhicules lourds et peu rapides. Il s’agit de l’artillerie (véhicules de pilonnage ou anti-aériens). Les véhicules de soutien sont des transports d’infanterie, ou des véhicules anti-chars. Quant aux hélicoptères, ce sont les seules unités aériennes disponibles dans le jeu.

      Le contrôle d’une zone vous permet d’envoyer des unités en renfort. Ces unités ont un coût, et l’acquisition de zones vous permet d’accroître votre total, indiqué en haut à gauche de votre écran. Une nouvelle fois, sans la moindre zone, vos chances de victoire sont quasiment nulles ! Les cartes sont assez répétitives, et les éléments présents très récurrents : des forêts, des villes, des campagnes, des bâtiments reculés et des ponts.

      Les forêts vous permettent de vous cacher, et hormis la présence de véhicules ennemis dans cet endroit, ou d’un véhicule de reconnaissance assez proche de vous, vous serez à l’abri de toute attaque. D’ailleurs, les hélicoptères ne peuvent pas attaquer les unités cachées dans les forêts. Les villes sont souvent des lieux stratégiques, des zones-bastions vous assurant le contrôle des environs. La majorité du temps, ce sont les unités d’infanterie qui s’y trouvent, puisqu’elles peuvent se dissimuler dans les bâtiments. Les tanks osant entrer dans des villes non sécurisées, se feront rapidement détruire sans comprendre d’où est venue l’attaque, par des grenades ou des lances roquettes. Une unité de reconnaissance pourrait vous indiquer, à condition qu’elle-même se cache aux alentours, la présence d’unités d’infanterie ennemies. Et dans ce cas présent, un pilonnage de votre artillerie pourrait permettre d’éradiquer toute menace, mais aussi de détruire la moitié de la ville. Quant aux campagnes, ce sont des lieux dégagés où les combats sont les plus violents: tanks, hélicoptères, artilleries… Notons que les autres structures sont plutôt anecdotiques.

      2) Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage

      2015-04-25_00012Certains pensent que le temps, c’est de l’argent. Dans European Escalation, prendre son temps est primordial si vous voulez gagner et minimiser vos pertes. De toute manière, au vu de certains objectifs donnés, vous serez parfois obligés de tenir une zone pendant une trentaine de minutes. Il est aussi intéressant de noter que d’une mission à une autre, vos unités détruites ne pourront pas être réutilisées. Ainsi, si vous avez perdu tous vos hélicoptères, à moins d’avoir la possibilité de débloquer de nouvelles unités aériennes grâce à vos points de commandement, vous ne pourrez plus utiliser cet apport aérien. En comptant plus de vingt-cinq missions, chacune durant au minimum une heure, le jeu offre une durée de vie plus que suffisante. Il faut savoir qu’en plus du solo, le mode escarmouche et le multijoueur pourront allonger votre expérience de jeu sur European Escalation.

      Enfin, European Escalation demandera au joueur de prendre en compte de nombreux facteurs concernant vos unités. Les fiches de chaque unité sont détaillées, et vous passerez certainement quelques temps à regarder leurs différentes caractéristiques afin d’optimiser votre armée et de jouer sur les faiblesses de votre adversaire.

      2015-04-25_00010

      CONCLUSION

      En somme, European Escalation est un excellent jeu de stratégie, de type simulation de conflit. Réaliste et historiquement irréprochable, doté de somptueux graphismes, possédant une IA plus qu’honorable, le premier volet de la série des Wargame vous donnera l’impression d’être un stratège, parmi tant d’autres, se démêlant au sein des innombrables micro-conflits de la Guerre Froide.   

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.