More
    More
      Array

      Gamescom 2015 : on a joué à Rainbow Six Siege

      Dévoilé par Ubisoft à l’E3 en juin, on attendait par curiosité d’en savoir un peu plus sur Rainbow Six Siege. On a eu de la chance, car mieux que d’avoir quelques screens en plus, on a carrément pu y jouer à la Gamescom dans une partie multi en 5vs5. Je faisais fièrement équipe avec Salares, un autre rédacteur de Just Focus, et, ne maîtrisant absolument pas la langue de Goethe, nous étions un peu inquiets de coopérer avec des allemands, surtout qu’Ubisoft n’a absolument pas négligé le côté coop, fournissant à tous des casques munis de micros. Par un coup de chance quasi miraculeux, nous avons fait équipe avec d’autres français qui faisaient la queue juste derrière nous, ce qui facilitait pas mal le travail d’équipe, et pour Rainbow Six Siege, cette qualité est absolument primordiale. A noter qu’un employé d’Ubisoft était en micro avec nous et nous coachait véritablement en anglais.

      Deux phases : attaque et défense. Les attaquants doivent chercher la position de l’équipe adverse à l’aide d’un drone de reconnaissance muni de caméra pendant que les défenseurs préparent un comité d’accueil en condamnant les accès des fenêtres, portes ou encore en installant des pièges. Cette phase est assez rapide et peut paraître rudimentaire mais aide réellement à se mettre dans le bain, car pour gagner, vous ne devrez pas foncer dans le tas. En effet, ici pas de gilet par balles miracle qui absorbe tout un chargeur, pas de soin automatique si vous vous planquer 5 secondes, une ou deux balles peut vous être fatale, que ce soit des ennemis ou de vos alliés : rendons grâce à Salares pour avoir tué un ennemi à la première manche, cela aurait été mieux s’il n’avait pas abattu un coéquipier au passage !

      Notre phase de défense s’est beaucoup mieux passée : pas de furetage inutile dans les couloirs, pas de fantaisies : une bonne défense relativement bien organisée qui nous a menés logiquement (oui je me lance des fleurs) à la victoire. Chose assez rare pour être signalée lorsque l’on test des jeux dans ces conditions : on a gracieusement eu droit à une belle, toujours en défense. Après avoir abattu deux ennemis (fierté ultime), je suis mort en 1 vs 2 en essayant de ranimer héroïquement Salares.

      Que retenir de ces phases de jeu ? Rainbow Six Siege est, comme on aurait pu s’y attendre, un Fps très orienté multijoueurs, mais il est finalement très peu comparable avec les modes multi d’autres Fps type Call Of Duty ou Battlefield. Ici, il est question de coop qui force à jouer posément, car la moindre erreur peut être fatale. Les sensations sont là, et l’expérience a vraiment été très bonne. Un très bon titre taillé pour la coop en perspective ! On a hâte de voir la version finale !

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.