More
    More
      Array

      G-Eazy, le héraut international d’Oakland.

      Aux hommes bien nés la valeur n’attend point le nombre des années, nous enseigne la sagesse populaire. On peut y ajouter que le talent n’attend point non plus. Monsieur Gerald Earl Gillum, alias G-Eazy, en est un des exemples les plus probants de notre temps. Vingt-six ans au compteur, six mixtapes, quatre EP, un album déjà dans les bacs et un travail musical sans failles pour qui est amateur de hip-hop. Originaire d’Oakland, G-Eazy a choisi de s’inscrire à l’université de Loyola sise à la Nouvelle-Orléans, pour suivre un cursus lié à l’industrie de la musique. Il y a été assurément un élève assidu, puisqu’il y peaufinait déjà les titres qui feraient sensation dans ses futures mixtapes. C’est en 2011 que sort la première, intitulée The Endless Summer. Elle classe ce tout jeune artiste indépendant à la troisième position du classement Itunes Hip-Hop.

      Et pour cause, le jeune homme y fait déjà l’étalage de ce qui est sa précieuse marque de fabrique, un flow ciselé, sans précipitation qui semble glisser naturellement sur une instrumentale qui se dirige parfois vers des samples de jazz ou se prête très bien à une ambiance festive. En somme, un album juste où la prise de tête ne semble avoir eu aucune prise sur son créateur.

      C’est là la grande force de G-Eazy, tout cela semble tellement couler de source que l’on en oublierait les difficultés de la création artistique. En plus de cette musique décomplexée qui sample des hits jazz des années 1950-1960, le jeune homme présente un visage décontracté, souriant et reste sur la même ligne. Une musique si juste ne s’accommode que d’un style sans faille. Et pourtant, malgré le battage médiatique qu’a provoqué son album Outre-Atlantique qui a valu à These Things Happen la première place du Top R&B/Hip-Hop Albums, du Top Rap Albums et du Top Independent Albums, et la troisième du Billboard 200, malgré l’éloge de Vibe qui a annoncé que « G-Eazy est, en fait, déjà une star, ou en tout cas destiné à en devenir une, l’artiste est quasiment invisible dans les bacs de France et de Navarre. Heureusement pour nous, il est programmé au Paris Hip-Hop Festival le 6 juillet à l’Olympia à Paris. Ce sera l’occasion de faire connaissance avec celui que Billboard qualifie d’ « Elvis moderne ».

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.