More
    More
      Array

      Favoris des Rédacteurs Séries #2 : nos séries préférées

      Bienvenue dans la rubrique des Favoris des rédacteurs Séries de JustFocus ! Ici, les rédacteurs s’ouvrent aux lecteurs pour exposer leurs préférences en terme de séries. Pour ce deuxième post, nous avons décidé de vous proposer tout simplement nos séries favorites !

      Vous savez aussi bien que nous qu’il est compliqué pour un sérivore (espèce en voie de développement massif) de ne choisir qu’une seule série favorite. Et pourtant, les rédacteurs Séries se sont prêtés au jeu et vous dévoilent ici leurs préférences ! Entre science-fiction et série musicale, en passant par la série médicale, tout le monde peut s’y retrouver.

       


      Glee

      Showrunner : Ryan Murphy

      Avec : Lea Michele, Cory Monteith, Chris Colfer, Matthew Morrison, Darren Criss, Naya Rivera.

      Nombre de saisons : 6 (2009-2015)

      Professeur d’espagnol au sein du lycée McKinley, Will Schuester (Matthew Morrison) décide d’assurer la direction de la chorale de son établissement, laissée bien mal en point par son prédécesseur. Ravivant dans le même temps ses aspirations de jeunesse et la jalousie de sa femme, Will va déployer tout son enthousiasme afin de constituer un nouveau groupe, composé de plusieurs élèves n’ayant rien à voir les uns avec les autres. Losers, footballeurs, intellos, pom-pom girls… Tout ce petit monde va tenter de cohabiter tant bien que mal afin de ramener le « Glee Club » au prestigieux rang qu’il tenait bien des années auparavant…

      Chaque épisode est entrecoupé de 4 ou 5 chansons interprétées par le casting. On retrouve des titres actuels, anciens voire originaux. L’un des gros points fort de la série, ce sont les nombreux messages forts qui sont passés, toujours avec beaucoup de tolérance et de délicatesse : la grossesse de Quinn alors qu’elle n’est qu’une adolescente, les TOC d’Emma, l’homosexualité sous de nombreuses formes avec entre autres Kurt, Santana, Karofsky, Brittany, le sujet du travestissement avec Unique ou encore celui de la transsexualité magnifiquement bien traité avec Beiste. Mais surtout, il y a une très grande diversité de personnages, tous unique à leur façon, et qui donnent une très belle image à la série. Autre point vital de la série : la musique. Même si toutes les performances ne sont pas à retenir, certaines restent mémorables : la solo de Santana sur Valérie, la reprise pleine d’émotion de We Are Young, la chanson originale Loser Like Me, le duo Finchel sur Faithfully, la magnifique reprise de Smooth Criminal par Santana et Sebastian… Mais surtout, celle qui reste le plus en mémoire est Don’t Stop Believing, la chanson phare de la série.

      Cécile


      Urgences

      Showrunner : Michael Crichton

      Casting : Anthony Edwards, Laura Innes, Noah Wyle, George Clooney.

      Nombre de saisons : 15 (1994-2009)

      S’il fallait que je n’en garde qu’une, ce serait Urgences. Diffusée entre 1994 et 2009 sur NBC et sur France 2, créée par Michael Crichton, cette série est ma madeleine de Proust, celle dont j’ai le plus de souvenirs liés à mon adolescence. Plonger tous les dimanches soirs dans les couloirs du Cook County de Chicago aux côtés des docteurs Mark Green (Anthony Edwards), Kerry Weaver (Laura Innes), John Carter (Noah Wyle) ou bien encore Doug Ross (George Clooney) me rappelle ces longues soirées à enchaîner les épisodes.

      Urgences reste à ce jour LA série médicale de référence, où sont passés un nombre incalculable d’acteurs et d’actrices, que nous pouvons retrouver à l’heure actuelle dans de nombreuses séries. Des dialogues soignés, un peu d’humour, des thèmes sensibles (parler de la séropositivité des enfants à cette époque !) font de cette série une véritable merveille. Alors bien entendu, les quinze saisons du show ne sont pas toutes de la même qualité mais je ne me lasse pas des 331 épisodes, en particulier du 14ème épisode de la saison 6, qui voit le décès de l’interne Lucy (Kellie Martin), ou pire encore, le 21ème de la saison 8, et les adieux déchirants à Mark Green sur une plage d’Hawaï. Tant de souvenirs qui resteront à jamais gravés en moi, comme le générique entêtant de la série, qui résonnait chaque dimanche soir dans ma lucarne…

      Remy Fasolasido


      Breaking Bad

      Showrunner : Vince Gilligan

      Casting : Bryan Cranston, Aaron Paul, Anna Gunn, Dean Morris, Giancarlo Esposito.

      Nombre de saisons : 5 (2008-2013)

      Breaking Bad, ou comment un homme bien sous tout rapport bascule vers le côté obscur. L’histoire est plutôt tragique : Walter White, mari aimant, père attentif et professeur sur-qualifié découvre qu’il est atteint d’un cancer du poumon incurable. Le bon vieux Mr White bascule alors dans le crime en se lançant dans la production de méthamphétamine. Pourquoi ? Pour assurer un avenir financier stable à sa famille qui s’apprête à accueillir un nouveau venu.

      Breaking Bad, ce n’est pas simplement l’histoire d’un mec qui rejette les valeurs d’une société qui n’apporte aucune solution pour le maintien économique de sa famille. Breaking Bad, c’est surtout l’histoire d’un homme qui se rebelle face à une société qui n’a fait que le diminuer, porté par un orgueil toujours plus démentiel. C’est dans la survie de son cancer que Walter commence vraiment à vivre, à réussir seul, même si cela implique de passer les frontières de l’illégal. De son commencement jusqu’à son terme, Breaking Bad est l’une des rares séries qui peut se vanter d’être de qualité exceptionnelle. Bien que la fin soit (forcément) prévisible, la série joue parfaitement sur l’ambiguïté du personnage de Walter White, à tel point que la perception qu’on se fait du personnage ne cesse d’évoluer.

      De 2008 à 2013, Breaking Bad a marqué le petit écran d’une pierre bleue. Plus que ça, elle hantera à jamais le petit écran avec ces 5 saisons parfaites. De la réalisation (merci Vince Gilligan, vraiment) en passant par le scénario et les acteurs, la série n’a fait aucun faux pas. Personnages principaux et secondaires ont tous trouvé leur place grâce à des acteurs tous autant talentueux : Bryan Cranston, Aaron Paul, Anna Gunn, Dean Morris ou encore Giancarlo Esposito et bien d’autres. Objectivement parlant, si passionné de série vous êtes, Breaking Bad vous devriez aimé.

      Anne


      Veronica Mars

      Showrunner : Rob Thomas

      Casting : Kristen Bell, Jason Dohring, Francis Capra, Percy Daggs III

      Nombre de saisons : 3 (2003-2007)

      Veronica Mars raconte l’histoire d’une ado vivant à Neptune incarnée par Kristen Bell. Après avoir fait partie des « 3-9 », les riches de la ville, elle et son père, ancien shériff reconverti en détective privé, se retrouvent parias suite à la mort brutale de sa meilleure amie, Lilly. Cette enquête rythmera toute la première saison. Leurs vies et ville sont remplies de personnages plus différents les uns que les autres : Duncan Kane, Logan Echolls (Jason Dohring), Weevil (Francis Capra), et bien sur Wallace Fennel (Percy Daggs III), le seul réel ami de Veronica, toujours prêt à lui rendre service.

      Série américaine créée par Rob Thomas en 2003, elle est diffusée entre 2003 et 2007 sur UPN puis CW. N’ayant pas prévu de terminer la série à la fin de la saison 3, un film réalisé grâce à un financement participatif sur Kickstarter en avril 2013 (toujours dans le top 10 du site, par ailleurs) voit le jour en mars 2014. Suivront ensuite 2 livres (disponible en anglais uniquement): Veronica Mars: The Thousand Dollar Tan Line et Veronica Mars: Mr. Kiss and Tell. Les meilleurs points de la série : son humour noir et décalé sans concession, une héroïne petite et blonde mais pas niaise, du teen drama sur fond social mais pas pathos. Bref, le bon mélange pour passer un bon moment et dénouer des enquêtes ! #badass #wittycatchphrase #Marshmallow #LoVe

      IamMaddie


      Empire

      Showrunner : Ilene Chaiken

      Casting : Terrence Howard, Taraji P. Henson, Jussie Smollet, Yazz the Greatest, T.Byers

      Nombre de saisons : 3 (2015 – toujours en production)

      Ma série préférée est Empire. Cette série suit les péripéties de la famille Lyon qui est à la tête de la plus grande entreprise dans l’industrie de la musique et du rap. Entre Lucious, le père affamé de pouvoir qui n’hésite pas à monter ses fils l’un contre l’autre, André l’aîné bipolaire sans talent musical, Jamal le « gay » et chanteur (pas forcément bien vu dans l’industrie du rap) & Hakeem le dernier totalement immature et rappeur…On ne s’ennuie jamais ! Ajoutez à ça Cookie la mère fraîchement sorti de prison qui essaie tant bien que mal de rassembler sa famille et vous obtenez un excellent drama familial.

      Empire ne m’a JAMAIS déçue. Moi qui ne suis pas fan de rap, j’adore pourtant leurs musiques qui sont d’un excellent niveau. En plus d’avoir de très bonnes musiques, Empire ne fait pas dans la demi-mesure avec les guest stars…De Mariah Carey à Alicia Keys en passant par Naomi Campbell, Chris Rock et Timbaland, Empire met la barre très haut. Famille, trahison, amour, alliance, division, rassemblement… tout y est et c’est pour ça que c’est un aussi gros coup de cœur !

      Imane HB


      Gilmore Girls

      Showrunner : Amy Sherman-Palladino

      Casting : Lauren Graham, Alexis Bledel

      Nombre de saisons : 7 (2000-2007) + 4 épisodes sur Netflix en 2016

      Doit-on encore présenter Lorelai (Lauren Graham) et Rory Gilmore (Alexis Bledel), mère et fille qui vivent dans la petite ville de Stars Hollow dans le Connecticut. L’intrigue n’est pas compliquée, on suit simplement ces femmes qui tentent de se créer la vie dont elles rêvent. Au fil de leurs relations amoureuses, déconvenues et évolutions professionnelles, on développe des ambitions pour le personnage, particulièrement en amour où des ships se sont rapidement formés chez les fans. Team Dean, Team Jess ou Team Logan ? Team Christopher ou Team Luke ? Mais c’est surtout le lien très fort qui unit mère et fille qui rend cette série attachante et unique.

      Avec l’annonce du retour de Gilmore Girls en novembre sur Netflix, la série a pris une autre dimension ces derniers temps, mais elle fait partie de mes chouchous depuis l’enfance. Je regardais les épisodes diffusés sur France 2, et j’appréciais déjà ce sentiment de proximité créé avec ce monde fabuleux.
      C’est une série familière, feel-good, pleine de répliques cultes et de références culturelles. Je m’y réfugie dès que j’ai un coup de blues, et ça me remonte le moral. En grandissant, j’y ai trouvé d’autres raisons de l’aimer, c’est une série avec laquelle on évolue. Plus jeune, je m’identifiais à Rory l’écolière studieuse, aujourd’hui je m’identifie à Lorelai la femme forte, indépendante et malicieuse. J’apprécie aussi beaucoup plus les autres personnages, notamment Emily, Sookie et Michel.
      La série originale comporte 7 saisons (même si on pourrait éliminer la dernière qui n’a pas été écrite pas les créateurs Amy Sherman-Palladino et Dan Palladino) avec 22 épisodes par saison. Nous aurons droit à 4 épisodes de plus en novembre sur Netflix, d’une durée de 90 minutes chacun.

      Morgane I


      Doctor Who (deuxième génération)

      Showrunners : Steven Moffat, Russell T. Davis

      Casting : David Tennant, Matt Smith, Christopher Eccleston, Peter Capaldi, Billie Piper, Jenna-Louise Coleman

      Nombre de saisons : 9 (2005 – toujours en production)

      Les fans de Doctor Who le savent : parler de la série à quelqu’un qui n’en connaît rien est toujours une étape très complexe. Doctor Who, c’est l’histoire d’un Seigneur du Temps, un alien qui se fait appeler le Docteur. Il voyage dans son TARDIS (Temps À Relativité Dimensionnelle Inter-Spatiale), qui est en fait une machine à voyager dans le temps et l’espace, plus grande à l’intérieur qu’à l’extérieur, et camouflée sous la forme d’une cabine de police britannique des années 1950. Le Docteur voyage avec des compagnons, c’est-à-dire en général des humains qu’il rencontre par hasard et qui restent à ses côtés pendant un certain laps de temps (généralement une à trois saisons). En sa condition de Seigneur du Temps, il peut se régénérer, c’est-à-dire changer de corps et parfois de personnalité au lieu de mourir, ce qui a permis aux acteurs de changer régulièrement sans établir de trop grande discontinuité dans la série. Depuis 2005, 4 acteurs ont eu la chance d’interpréter le rôle du Docteur de manière permanente : Christopher Eccleston, David Tennant, Matt Smith et Peter Capaldi.

      Doctor Who a été pour moi une grosse révélation en matière de science-fiction. Si la science est presque toujours présente, elle est toujours abordée de façon à ce que l’on comprenne (presque) tout, et il est rare dans une série que la science soit si accessible. La série est drôle, intelligente et pleine d’émotions. Les épisodes sont originaux, les aliens sont pour la plupart absolument géniaux et même parfois très effrayants (les Anges Pleureurs et le Silence sont les plus monstrueux). Si les effets spéciaux des premières saisons ne sont pas réalistes à chaque fois (bon, ça date de 2005 en même temps…), il suffit de rester ouvert et croyez-moi, ça vaut vraiment le coup ! La première génération de la série a débuté en 1963 et a été annulée en 1989, puis a ainsi été reprise par Russell T. Davis en 2005. Doctor Who reste pour moi une série de référence, que vous devez absolument voir si vous vous intéressez à la culture britannique !

      Clémentine


      Mr Robot

      Showrunner : Sam Esmail

      Casting : Rami Malek, Christian Slater, Carly Chaikin, Portia Doubleday, Martin Wallström

      Nombre de saisons : 2 (2015 – toujours en production)

      Mr Robot est le nom de l’homme qui décide de chambouler le monde en hackant la plus grande entreprise régissant une grande partie des banques et du système financier actuel. La série suit Elliot Anderson, jeune adulte paranoïaque mal dans sa peau, qui ne fréquente que des gens une fois avoir hacké leurs différents réseaux sociaux. Dans son éternelle introspection, il va finalement rencontrer Mr Robot qui l’entraînera dans son projet anarchiste.

      Mr Robot est une série extrêmement profonde car elle retrace l’histoire d’un personnage dans la quête de sa personnalité. Elliot est sans cesse confronté à une remise en question de ce qui est réel ou pas. Dirigée par Sam Esmail, la série retrace, par référence, la cinématographie complète du célèbre réalisateur David Fincher. Pour moi, la série trouve son intérêt dans les incessants rebondissements qui ne s’essoufflent jamais.

      Rami Malek, qui joue Elliot, nous mène dans cet univers confus et sombre aux côtés de Christian Slater dans le rôle de l’énigmatique Mr Robot, Carly Chaikin dans le rôle de Darlene, Portia Doubleday dans celui d’Angela, meilleure amie d’Elliot, et Martin Wallström dans le rôle de Tyrell Wellick, un jeune cadre en quête de pouvoir.

      Rémi


      One Tree Hill (Les Frères Scott)

      Showrunner : Mark Schwann

      Casting : Chad Michael Murray, Sophia Bush, James Lafferty, Bethany Joy Lenz, Robert Buckley

      Nombre de saison : 9 (2003 – 2012)

      One Tree Hill (Les Frères Scott en français) est la série avec laquelle je suis passée de l’adolescence à l’âge adulte. Bien plus qu’un drama pour adolescents, cette série met en scène une communauté, celle de Tree Hill, petite ville de Caroline du nord où nos personnages évoluent au fil des années. Si la série porte le nom de One Tree Hill, c’est parce que pour les personnages « There is only one Tree Hill and it’s your home ». La ville est ainsi l’un des personnages principaux de la série. La série suit Lucas et Nathan Scott, comme l’indique le titre français, et autour d’eux gravitent de nombreux autres personnages tels que Haley James, Peyton Sawyer ou encore Brooke Davis. Si cette série a su conquérir mon cœur adolescent, c’est grâce au véritable travail sur les personnages au delà des clichés de pom-pom girl, de sportif, d’intello, etc. On découvre des protagonistes pleins de contradictions qui souhaitent s’abolir de ces étiquettes. Ils y arrivent saison après saison : tout comme nous, leurs mentalités évoluent au fur et à mesure des années, renforçant notre empathie envers eux.

      One Tree Hill, c’est aussi une série qui m’aura fait découvrir de nombreux très bons artistes grâce à sa BO génialissime, ce qui donnera au passage lieu à l’apparition de nombreuses guests stars musicaux talentueux. La série fut aussi une des premières à insérer des citations d’auteurs en début et fin d’épisode, une bonne manière d’intéresser les esprits les plus réticents à la littérature et surtout d’ouvrir les esprits. La série laissait ainsi une grande place à la culture, la création étant le moyen d’expression de la majorité des personnages. Cette présence artistique reste une des raisons principales de ma passion pour cette série. Je ne sais pas si aujourd’hui, 13 ans plus tard, j’aurais commencé cette série mais évoluer avec ces personnages et dans ce contexte fut enrichissant et génial.

      Mylene

       


      Bien entendu, il y a tellement d’autres séries qui pourraient apparaître dans cette liste mais nous avons fait en sorte de vous sortir ce que nous avons trouvé de meilleur ! À vos séries !

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.