More
    More
      Array

      Faking it saison 2 : Critique du series finale

      MTV a annoncé il y a peu que Faking it s’arrêterait à l’épisode 10, sorti avant-hier, et ne serait pas renouvelée, pas même pour la suite de la saison 3, qui aurait du se poursuivre pour dix épisodes de plus après la pause de mi-saison. L’occasion pour nous de revenir sur cet épisode, en guise de series finale, et de faire le bilan de cette série qui laisse perplexe…

      Faking it, c’est une bonne idée, celle de placer des personnages au centre de l’attention et de reléguer l’hétéronormalité de la plupart des teen-shows au second plan… a priori. En effet, la série raconte la drôle d’aventure de deux meilleures amies, Amy et Karma, qui prétendent  former un couple pour devenir populaires, dans un lycée où la différence fait la différence. Cependant, suite à cette expérience, Amy réalise qu’elle a de réels sentiments pour Karma et questionne sa sexualité.

      Une représentation réaliste, prenant racine dans les relations ambiguës que peuvent entretenir deux filles à l’adolescence : loin d’avoir la tendresse et l’humour doux-amer d’un Sugar Rush (série britannique diffusée entre 2005 et 2006), Faking it se révèle rapidement médiocre. Le format réduisant de saison en saison, il devient difficile de crédibiliser des personnages caricaturaux et terriblement égoïstes, puériles, se fourvoyant dans des disputes vaines sans avoir l’espace nécessaire à un développement psychologique digne de ce nom.

      Les divers sous-intrigues servent à combler le vide, tandis que l’intrigue générale brasse de l’air et tourne en rond, survolées, souvent grotesques, sans issues. Quant au personnage d’Amy, tombée amoureuse de sa meilleure amie, il lui faudra attendre ce final pour ne plus souffrir et connaître l’amour véritable : pas avec celle qu’on espérait, dommage. Les personnages LGBT ont rarement le droit au bonheur, comme on a pu le voir récemment avec le tumulte causé par The 100 ; mais une série comme celle-ci aurait pu changer la donne et se faire jusqu’au-boutiste, finissant au final comme une redite impersonnelle des teen-dramas les plus horripilants.

      Cet épisode final en est la preuve : vingt minutes d’épisodes et rien de nouveaux à l’horizon, si ce n’est le renouveau des histoires d’amour des personnages, qui ne semblent exister qu’à travers leurs conquêtes sentimentales, qui plus est prévisibles depuis trois épisodes. Ce serait sans compter sur la rapidité effarante avec laquelle celles-ci voient le jour : il aura suffit de deux scènes pour qu’Amy tombe amoureuse de Sabrina (the teenage bitch, comme dirait l’autre), et vice-versa, sans que le téléspectateur ne puisse développer le moindre investissement émotionnel dans ces relations bidons et superficielles. Dommage. On appréciera cependant le fait que Karma agisse enfin de manière désintéressée et fasse preuve d’une amitié authentique envers Amy, plutôt que de manigancer pour servir ses propres intérêts.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité