More
    More
      Array

      Des infos en pagaille sur Star Wars

      La convention Force Friday le 4 Septembre, l’annonce hier de la sortie avancée du 7ème volet, tout indique que la gigantesque campagne de promotion faite autour du film de J.J Abrams est enfin lancée. Et aujourd’hui n’est pas différent d’hier puisque coup de gueule, surprise et spoilers sont au programme !

      Au rayon des mécontents, on retrouve ainsi Anthony Daniels. L’acteur britannique ayant donné de sa personne pour articuler le droide de protocole C-3PO dans les 6 et bientôt 7 films de la saga, n’a ainsi pas mâché ses mots envers George Lucas, la prélogie et la firme Disney. Reprochant ainsi au metteur en scène américain son individualisme (« Il prend des décisions qu’il aurait mieux fait d’évoquer avec d’autres personnes »), à l’origine selon lui de la mauvaise symbiose entre les deux sur la prélogie, qu’il juge « froide et inexpressive », l’acteur anglais a ensuite tiré à boulets rouges sur la firme Disney, qui on le sait, a chapeauté le dernier volet. La comparant au « Kremlin » pour ses mesures de sécurité drastiques, Daniels a par la suite détaillé ses propos, en révélant le curieux manège entrepris par la firme aux grandes oreilles pour maintenir le secret sur le film. « Tout ce qui tournait autour de la confidentialité, c’était plus que ridicule. Pour l’amour du ciel, c’est un film. Quand j’ai reçu le scénario, il était imprimé en noir sur un papier rouge le plus foncé possible. J’ai eu une la gueule de bois rien qu’en le lisant ! » J’ai écrit que j’allais voir untel, un acteur qui joue… dans le film. Un personnage. J’ai tout de suite reçu un message de Disney : ‘Efface ton tweet ! Tu n’as pas le droit de dire ça !’ Honnêtement, c’était un peu une attitude digne du Kremlin. Je sais parfaitement que je ne dois pas dire ce que je vais t’offrir comme cadeau à Noël car ça gâcherait la surprise. Ces films, c’est comme ouvrir un cadeau le jour de Noël »

      Pour autant, au milieu de tous ces propos sans langue de bois, Daniels prend heureusement le temps d’indiquer toute la sympathie qu’il voue à J.J Abrams, qui de par sa volonté à ne pas rééditer l’échec de la prélogie, aurait su charmer l’acteur anglais. « J.J. est plus dans la collaboration. Il aime écouter. On a rapidement compris qu’avec lui, on revenait à une sorte de réalisation à l’ancienne. On a des murs, des vrais plateaux ! On n’a peut-être pas une vue depuis la fenêtre, mais on a une fenêtre. Qu’est-ce que je peux vous dire de plus ? »

      C3PO

      Coté surprise cette fois-ci, il est fort à parier que l’annonce faite autour de la nature du méchant Kylo Ren surprendra nombre de fans. Alors que beaucoup d’entre eux se sont demandés pourquoi le guerrier au sabre-laser doté d’une garde, ne disposait pas de la mention Darth (comme dans Darth Vader en VO) accolée à son nom, il semblerait d’après J.J Abrams, que c’est tout simplement parce que le personnage campé à l’écran par Adam Driver n’est pas un Sith, et ce en dépit de son apparence et des origines liées aux Chevaliers de Ren. Ainsi, Kylo Ren ne serait rien de moins qu’un « guerrier fasciné par l’histoire de Dark Vador qui travaillerait pour le chef suprême Snoke, qui est une figure puissante du Côté Obscur de la Force. »

      Des propos intriguant, qui confirment deux choses : primo, Andy Serkis, qui s’est à nouveau glissé dans une combinaison de motion capture pour le film, jouera le méchant suprême du film de J.J Abrams. Secundo, la présence au casting d’un autre méchant, car si Kylo Ren n’est pas un Sith, qui est donc l’apprenti de la figure tyrannique jouée par Andy Serkis ?

      Réponse le 16 Décembre !

      kylo

      Quant aux spoilers, on le doit possiblement à l’acteur danois Mads Mikkelsen. Bien que le mythique interprète du Chiffre de Casino Royale ne joue pas dans le film de J.J Abrams, celui-ci jouera bel et bien dans le spin-off de la saga, A Star Wars Story : Rogue One, consacré à l’escadron rebelle qui a dérobé les plans de l’Etoile Noire, et que met actuellement en scène Gareth Edwards.Compte tenu de sa renommée internationale, l’acteur, rompu à jouer des personnages de méchants, a très vite fait l’objet de rumeurs. Jouerait-il pour une fois un gentil ou se complairait-il à nouveau dans un rôle de Némésis ? Une interrogation à laquelle l’acteur a finalement répondu en détaillant son rôle, un rôle soi-disant bien intentionné « Mon rôle est très important. Le personnage que j’interprète n’est pas un méchant. C’est tout ce que je peux dire. »

      Pour autant, le simple fait de voir Sam Smith assurer la chanson du générique de Spectre, quand bien même ce dernier avait démenti, prouve que les grosses productions ont souvent recours au mensonge pour pouvoir entretenir le mystère sur leurs intrigues. Un mensonge que l’acteur danois a possiblement révélé, puisque à l’issue d’une séance de dédicace, l’interprète d’Hannibal aurait apposé sa signature, et inclus un mot somme toute étrange, Galen.

      Un mot anodin qui renvoie pourtant à un personnage de l’univers étendu appartenant au côté obscur, Galen Marek, et dont la présence pourrait là encore prouver que la production de ce spin-off cache son jeu, Edwards ayant annoncé des mois auparavant son intention de mettre en boite un film qui ne comprendrait pas de Jedi ou de mention à la Force.

      Rogue one

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.