More
    More
      Array

      Festival de Cannes – Critiques des 2 films du jour : « Jupiter’s moon » et « Mugen no Junin »

      Dans les premiers jours de ce 70e Festival de Cannes, un film hongrois (compétition officielle) et un film de combats japonais (hors compétition) sont à l’affiche. Avec deux styles bien différents, ils suscitent énormément d’intérêt l’un comme l’autre. Mention très spéciale tout de même pour Jupiter’s moon.

      Jupiter’s moon (La lune de Jupiter)

      Trois ans après avoir remporté le prix du jury dans la compétition « Un certain regard » avec White god, Kornél Mundruzcó continue dans un registre politiquo-fantastique avec un film d’un genre difficilement définissable. Il raconte le parcours d’Aryan, un jeune migrant qui se fait tirer dessus lors d’un passage à la frontière hongroise. Ses blessures ne lui font rien et il se retrouve avec un pouvoir de léviter. Aidé par le Dr Stern qui va se mettre en tête de fructifier cette capacité, ils vont tenter d’échapper au chef de la police douanière.

      De la première à la dernière séquence, on est scotché par la façon de Kornél Mundruzcó de mettre en scène les aventures d’un homme qui défie les lois de la gravité. Sur fond de crise européenne liée au problème des migrants, le film dérive de façon magique sur des thèmes bien plus religieux. La foi, la rédemption, les regrets, la protection, le terrorisme… Autant de sujets magistralement traités qui remplissent bien les 2h de films. Les questionnements sont nombreux sur la croyance aux miracles ou l’existence des anges, sans pour autant tomber dans le style de super héros.

      Pour ce qui est de la réalisation, à chaque séquence de lévitation d’Aryan, le son et la musique accompagnent magnifiquement ce ballet somptueux. A couper le souffle et d’une photographie irréprochable, ces séquences et celles d’actions, basées sur de longs plans séquences hallucinants, n’ont rien à envier à Gravity ou autres Birdman. Kornél Mundruzcó s’inspire d’ailleurs bien de leurs façons de nous immerger dans l’histoire comme dans Les fils de l’homme d’Alfonso Cuaron.

      Ce film est un bijoux interprété avec brio par le trio d’acteur. A ne pas rater, même si sa sortie en France n’est prévue que pour le 1er novembre.

      Jupiter's moon

      Mugen no Junin (Blade of the immortal)

      Blade of the immortal est l’adaptation du manga japonais du même nom. En France, il s’intitule L’habitant de l’infini. Le film raconte l’histoire d’un guerrier immortel qui devient le protecteur et le garde du corps d’une petite fille désirant venger la mort de son père.

      Bien trop long pour un film d’action, cette adaptation de Takashi Miike n’en reste pas moins grandiose. Adjectif qu’il doit beaucoup aux scènes de combats mais aussi à des personnages émouvants sous les traits de comédiens dont les interprétations font trembler. Hana Sugisaki est bouleversante en jeune fille témoin d’un drame immense. Devant tant de conflits et de nombreuses mises à mort sans merci, on peut pleurer, rire, crier, avoir peur ou s’écœurer. Grand hommage aux arts martiaux et notamment aux armes blanches, Mungen no Junin est rempli de scènes de bravoure, de cadavres, de bains de sang et d’une violence bien maîtrisée.

      Affiche japonaise de Blade of the immortal
      Affiche japonaise de Blade of the immortal

      Même si on se demande si tant de tuerie est bien utile, jamais nous n’avons l’impression d’en voir trop. Au final, la question récurrente est surtout : pourquoi les clans s’entre-tuent de la sorte ? Dans quel but? Interrogation remarquablement reprise par la jeune enfant au milieu de 100 soldats prêts à en finir avec 2 samouraïs.

      Une fin aux multiples renversements illustre bien ce style japonais qu’on retrouve dans les mangas. Le ressentit final reste satisfaisant tant l’action et l’émotion sont fortes et émouvantes. La longueur qui fait le point faible du film est toutefois justifiée par une complexité grandissante tout au long des 2h20. Si le film est déjà sorti au japon, aucune date n’est encore fixée pour la France. On peut déjà dire que nos collègues de JustFocus Japanime ne peuvent être qu’impatients.

       

      Bande-annonce de Jupiter’s moon

       

      Bande-annonce Japonaise de Blade of the immortal

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.