More
    More
      Array

      Critique Vaiana : quand Disney s’invite chez les Maoris !

      C’est coloré, inspiré de la culture Maori et réminiscent de l’Odyssée de Pi, pas de doute il s’agit bien de Vaiana : la légende du bout du monde ! Ce mercredi sort le nouveau film d’animation Disney, qui, comme à l’accoutumée, marque la sortie de Noël pour la compagnie aux grandes oreilles. Les compères de toujours, Jonh Musker et Ron Clements (Aladdin, La petite sirène, La princesse et la grenouille…) nous offrent avec ce film une histoire simple mais bien agencée, soulignée par des images somptueuses.

      Synopsis : Téméraire et audacieuse, Vaiana est une jeune Maori partant sur les mers afin d’achever une quête mystique et ancestrale. Durant sa traversée, elle rencontrera le demi-dieu Maui. Ensemble, ils parcourront la mer dans l’espoir de sauver le peuple Maori d’une malédiction. Mais plus encore, c’est durant cette traversée qu’ils apprendront à se connaître eux-mêmes…

      vaiana

      Une histoire classique mais bien menée :

      Si le scénario apparaît comme très conventionnel au premier abord, celui-ci s’avère pourtant bien construit. Difficile cependant de ne pas se remémorer Rebelle durant les 20 premières minutes. Une fille de chef, destinée à reprendre la tête de son clan mais désireuse de vivre des aventures plutôt que de gouverner… Tout semblait se mettre en place pour nous fournir un ersatz du Pixar en version Maori. Néanmoins, une fois Vaiana partie en mer, le film prend un tournant totalement différent et très agréable à suivre.

      Les personnages sont sympathiques (notamment Maui, métamorphe, demi-dieu du vent et de la mer, idole des hommes, blablabla etc…), l’humour est bien géré (bien qu’il soit enfantin) et les scènes d’émotions sont réussies. Vaiana est aussi attachante que stéréotypée et Maui est l’incarnation même du « bon gars », malgré son cynisme à toute épreuve et son caractère explosif. Le film, scénaristiquement très ordinaire, se conclut toutefois sur une note assez originale et mature concernant la quête de nos héros. Une fin des plus intelligentes à apprendre à nos bambins, puisque faisant prévaloir la compréhension de l’autre plutôt qu’un affrontement destructeur.

      Le seul véritable défaut de Vaiana réside dans la gestion des chansons. Non pas que celles-ci soient mauvaises. Au contraire : elles sont réussies et mémorables (au point de rester dans la tête pendant une heure après être sorti de la salle). Cependant, celles-ci s’avèrent beaucoup trop nombreuses, au point d’empiéter une partie du film et de perdre en impact. Défaut visible (ou audible si vous préférez) mais ne gâchant pas le divertissement. Cela devrait même plaire aux plus fervents aficionados des chansons Disney, puisqu’il est évident que de nombreux fans apprécient les classiques d’animation pour leurs compositions musicales.

      vaiana-2

      Une animation rappelant l’Odyssée de Pi :

      Ceux qui n’ont pas vu le chef-d’oeuvre d’Ang Lee sorti en 2012 ne remarqueront probablement rien, mais pour ceux qui se rappellent du film, il y a peu de chance que cela ne leur saute pas aux yeux : Vaiana, la légende du bout du monde semble tout droit sorti du monde merveilleux et étrange de l’Odyssée de Pi. Si les aventures vécues dans les deux films sont évidemment très différentes, l’inspiration visuelle est plus qu’évidente et cela rend le film magnifique. Il s’agit d’une véritable claque visuelle, notamment lors des séquences fantastiques se passant de nuit. Le seul bémol visuel est le monstre de lave faisant office d’antagoniste. Si son animation est parfaite, son design fait légèrement trop enfantin. Celui-ci aurait gagné à être plus détaillé et même plus effrayant. Encore un bémol qui, on le redit, ne gâchera pas le plaisir des spectateurs.

      Vaiana, la légende du bout du monde est un dessin animé qui ne marquera probablement pas autant les esprits que ses prédécesseurs, mais qui reste un bon Disney de fin d’année à découvrir entre adultes ou en famille.

      0
      Robin Uzan
      Journaliste, photographe et réalisateur indépendant, écrire pour Justfocus est un de mes plus grands plaisirs. Bonne lecture !

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.