More
    More
      Array

      Critique «Tu comprendras quand tu seras plus grande», le livre qui vous veut du bien!

      Paru en 2016 chez Fayard, Tu comprendras quand tu seras plus grande est le deuxième roman de Virginie Grimaldi. Il fait partie de la littérature « feel good », celle qui, énergique et bienveillante, vous permet d’entamer les démarches de développement personnel et de psychologie positive.

       

      Virginie Grimaldi, c’est la nouvelle romancière qui a le vent en poupe. En quatre ans, elle a publié quatre romans qui sont tous devenus des best-sellers. Mais quelle est la clé de son succès?

      Tu comprendras quand tu seras plus grande

      L’héroïne, Julia, est aussi la narratrice du roman, c’est à travers ses yeux que l’histoire nous est racontée. Au début du livre, elle se trouve à une époque charnière de sa vie : en quelques mois à peine, elle perd sa grand-mère, son père, son emploi et quitte son amoureux. Lassée de « squatter » le canapé de sa bonne copine Marion, elle se décide bon gré mal gré à quitter la capitale et postule dans une maison de retraite du Sud Ouest. Elle est psychologue et espère trouver la tranquillité nécessaire à sa reconstruction. 

      Très poignant au départ, le point de vue de l’héroïne devient rapidement burlesque dès lors qu’elle découvre les pensionnaires des Tamaris, la fameuse maison de retraite qui la recrute et la loge le temps d’un contrat de huit mois. Julia ne sera plus jamais au bout de ses surprises !

      Une belle leçon de vie

      plus grandeNe vous laissez pas méprendre par le titre évocateur de ce roman : il s’agira bel et bien d’une douce leçon de vie. Cette immersion d’une psychologue dans une maison de retraite s’annonce au départ compromise. Julia a le cœur brisé et n’affectionne pas particulièrement les personnes âgées. Pourtant, que ce soit le papy farceur ou le « gang des mamies », tous ont quelque chose à lui apprendre.

      La multitude des personnages permet au lecteur d’alterner entre des dialogues émouvants, drôles, ou profonds. Ce roman au style agréable et joyeux reste malgré tout destiné à un public féminin. Mais Virginie Grimaldi, à travers son héroïne, offre un peu ce livre comme un miroir : elle aborde des sujets qui touchent tous les Hommes. Le deuil, la solitude, la peur de la mort, de l’abandon, la pudeur aussi.

      « Si la vieillesse était douce à vivre, personne ne voudrait que ça s’arrête. Le fait qu’elle soit si rude rend l’existence moins attachante. La vieillesse a été inventée pour se détacher de la vie. »

      Un roman qui fait du bien

      À la lecture de ce roman, on peut être agacé par certains clichés répétitifs. Ceci dit, l’écriture de Virginie Grimaldi garantit toutefois un humour décapant, des personnages attachants et une profonde humanité. Avec sa personnalité solaire, elle pousse ses lecteurs à la réalisation de soi : sortir de ses problèmes personnels, réveiller ce qui est étouffé en soi et, bien sûr, un « happy end » obligatoire, pour ramener la lecture à sa fonction première, à savoir un échappatoire. En le refermant, on n’a qu’une envie : celle de se délecter des petits bonheurs qu’offre la vie.

      « La vie est courte, mon garçon, et on n’en a qu’une, il ne faut accorder du temps qu’à ce qui en vaut vraiment la peine. »

      Aux dernières nouvelles, Tu comprendras quand tu seras plus grande serait en cours d’adaptation cinématographique par Éléanore de Galard pour Mon Label. Il faudra encore un peu de patience aux lecteurs avant de retrouver les personnages hauts en couleurs de Virginie Grimaldi. Aucune date de tournage ni de sortie en salle n’ont été communiquées pour le moment.

       

       

      Et vous, avez-vous déjà lu Virginie Grimaldi? Quel roman vous a plu? N’hésitez pas à partager vos impressions de lecture !

       

       

       

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité