More
    More
      Array

      Critique « Swiss Army Man » : une pépite cinématographique dans une ambiance décalée

      Swiss Army Man, présenté au film festival du Sundance en janvier 2016, a su se faire une place de choix parmi l’opinion des spectateurs. Réalisé par Daniel Kwan et Daniel Scheinert, le film raconte l’histoire de Hank (Paul Dano), un homme désespéré errant dans la nature, qui découvre un mystérieux cadavre prénommé Manny (Daniel Radcliffe). Ils vont tous les deux embarquer dans un voyage épique afin de retrouver leur foyer. Lorsque Hank réalise que ce corps abandonné est la clé de sa survie, le suicidaire d’autrefois est forcé de convaincre un cadavre que la vie vaut la peine d’être vécue.

       

      Un OVNI du cinéma

      On ne le dira pas assez, ce film ne ressemble en rien à ce que vous avez déjà vu. Rappelons que le film réalisé par le duo des Daniels vient tout droit du monde du film indépendant et tous deux nous montrent qu’ici, ils peuvent se permettre de mettre gracieusement les pieds dans le plat. Mais ce qui va donner un charme à cet univers, c’est que le duo assume totalement sa volonté de nous montrer du « what the f*ck ». Le film abonde de tellement d’éléments farfelus que quelles que soient nos attentes, il sera encore plus déjanté. Ce côté timbré est mélangé avec une dose de sérieux rendant le film extrêmement équilibré et nous laissera nous plonger dans ces discussions d’excréments, de masturbations et de pets. Tout ça, sans que le malaise ne vienne s’installer avec nous dans notre siège. Le sérieux qui est apporté dans le film nous emmène parfois carrément vers de la tristesse et de la compassion pour ce duo proche de la bromance.

       

      La sensibilité à travers l’humour gras

      swiss-army-manDerrière ce duo improbable aux allures presque ridicules se cache un sujet traité comme vous ne l’avez probablement jamais vu : l’amitié entre deux hommes. Alors certes, l’un des deux hommes est un cadavre, mais vous aurez ici la preuve que rien ne peut altérer une amitié véritable. Swiss Army Man montre aux hommes qu’il est possible de se laisser aller, de se confier et d’arrêter de jouer les gros bras pendant une heure et demie. Si le film est, on peut le dire, axé vers l’humour gras, la sensibilité est ici traitée avec énormément de profondeur. Entre discussions aux sujets particulièrement incongrus, partage émouvant d’histoires personnelles et travestissement (nous n’en dirons pas plus), on se retrouve plongé dans un univers basé sur la confession et la confiance, et ça fait vraiment chaud au cœur.

       

      Deux acteurs principaux étonnants et détonants

      swiss-army-man-body3-580x315Aucune contestation ne sera autorisée pour l’affirmation suivante : le duo Dano-Radcliffe fonctionne à merveille ! On se retrouve face à un Paul Dano barbu, exténué et clairement paumé, qui offre une performance extrêmement touchante. Dans sa sensibilité, le personnage de Dano, Hank, tente de paraître sûr de lui, sans pour autant réussir à s’en convaincre lui-même. Si son intérêt premier est bien de rentrer chez lui, sa volonté finit par dévier pour essayer d’aider son « partenaire-cadavre » à retrouver une vie normale. Face à lui, nous avons un Daniel Radcliffe translucide et flatulent, qui offre dans Swiss Army Man ce qui pourrait être de loin la meilleure performance qu’il ait jamais pu offrir au cinéma : habitué des rôles peu conventionnels, il brise ici tous les codes pour incarner un personnage à la fois terriblement drôle et bouleversant. L’homme-couteau suisse (car c’est de là que vient le nom du film, sachez-le) saura vous plier en deux dans votre siège ! Radcliffe a d’ailleurs déclaré lorsqu’il était invité au Graham Norton Show que Manny est le rôle qu’il a préféré parmi tous ceux qu’il a pu jouer jusqu’à présent.

       

      Swiss Army Man, c’est drôle, c’est sidérant, c’est bien plus que ce que l’on attendait ! Les Daniels ont réussi à pondre un film haut en couleurs, avec une esthétique fabuleuse, une dose d’imagination débordante et un message étonnamment touchant. La musique, qui évolue d’elle-même au cours du film, est composée par Andy Hull et Robert McDowell et nous fait voyager à travers un monde éblouissant. Le film est sorti aux États-Unis le 1er juillet 2016 et ne connaît malheureusement pas de date de sortie dans les salles françaises.

      Article écrit en collaboration avec Clémentine.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.