Critique « Rogue One – A Star Wars Story » : au cœur de l’alliance rebelle

Nous l’avons longuement attendu et enfin nous l’avons vu ! Ce mercredi est sorti le premier spin-off de l’univers Star Wars : Rogue One – A Star Wars Story. Réalisée par Gareth Edwards, cette histoire nous plonge au cœur du raid courageux mené par l’alliance rebelle et ayant permis de voler les plan de la redoutable étoile de la mort, arme ultime de l’empire galactique. Beaucoup d’espoir gravitait autour de ce projet et force est de constater que ce premier spin-off est une réussite.

Une histoire efficace, portée par le souci du détail :

Plus encore qu’un spin-off, Rogue One – A Star Wars Story est le plus pur prequel qui soit. S’achevant juste avant le début de Star Wars IV : Un nouvel espoir, le film ne lésine pas sur les détails de cette opération risquée. Ainsi, beaucoup de réponses aux pinaillages sur la trilogie originale ont été apportées. Pourquoi l’étoile de la mort a-t-elle une faille aussi facilement exploitable ? Pourquoi la première étoile de la mort a-t-elle mis 19 ans à se construire, contre quelques années pour la seconde ? Comment ses plans ont-ils pu fuiter ? Toutes ces réponses sont apportées.

rogue-one-3

L’alliance rebelle est plutôt bien exploitée et, ô joie, ô bonheur, celle-ci n’est plus le groupe de résistants manichéens que l’on connait de la saga Star Wars. Ici, nous sommes bel et bien face à des combattants aux problématiques militaires et agissant en conséquence. Ainsi, nous découvrons enfin à l’écran que l’alliance rebelle doit elle aussi se salir les mains, malgré son combat pour la paix. L’empire n’est pas en reste puisque très présent à l’écran également. Toutefois le manichéisme n’est pas brisé pour celui-ci. Mais après tout, qu’est-ce que l’Empire Galactique si ce n’est la personnification du mal absolu ?

Tous les personnages sont bien écrits et les acteurs très bons dans leurs rôles. Le seul regret concernant ces personnages est leur sous exploitation, notamment pour celui dont nous attendions le retour, notre maître à tous, le seul et unique Dark Vador. Présent pour seulement deux scènes, celui-ci a toutefois été très bien introduit. Iconique et brutal, ce méchant présenté pour la première fois en 1977 n’a pas pris une ride.

Rogue One est une histoire très bien écrite et bien menée, qui souffre toutefois de deux défauts. Le premier est qu’elle se cantonne à l’objectif principal qu’est l’étoile de la mort, sans laisser de place aux sous-intrigues, ce qui est dommage car cela aurait pu permettre un développement encore plus poussé de l’empire, de la résistance, ou tout simplement des personnages. Le second défaut n’en est pas vraiment un puisque cela est inhérent à tout prequel, c’est sa prévisibilité. Il est facile de deviner quel sort attend les personnages et aucune surprise n’est réellement laissée au spectateur. Cela ne nuit cependant pas à la réussite qu’est Rogue One – A Star Wars Story, aussi bien dans la construction de l’histoire que dans sa réalisation.

dark-vador-2

Une réalisation impeccable, entre intimisme et grandiose :

Après un Godzilla sujet à controverses entre les spectateurs, Gareth Edwards était attendu au tournant pour Rogue One. Et c’est indéniable : Rogue One – A Star Wars Story est une merveille de réalisation. Virevoltant entre les scènes intimistes ou celles intimidantes, Edwards nous immerge parfaitement dans cette galaxie lointaine, très lointaine, tout en y laissant sa patte de réalisateur.

La véritable force de Gareth Edwards est de filmer la plupart des éléments à échelle humaine. Ainsi, les scènes de dialogues nous rapprochent énormément des personnages, là où les scènes d’actions et les scènes avec les vaisseaux paraissent démesurées. Cette démesure arrive à son paroxysme quand l’étoile de la mort nous est présentée. Gigantesque, cette masse de métal semble indestructible, malgré la fameuse faille que chaque spectateur lui connaît (à savoir la bouche d’aération pour ceux qui dormaient au fond). Véritable menace planant sur la galaxie, l’étoile de la mort est plus effrayante que jamais, y compris si on la compare aux films de la trilogie originale.

Sans être exempt de tous défauts, Rogue One – A Star Wars Story est une véritable réussite, aussi bien dans son histoire que dans sa réalisation. Un projet qui rappelle les possibilités illimitées de l’univers Star Wars et qui met en confiance pour les prochains projets hors-saga…

Written by 

Journaliste, photographe et réalisateur indépendant, écrire pour Justfocus est un de mes plus grands plaisirs. Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.