More
    More
      Array

      Critique “Redneck” de Donny Cates, Lisandro Estherren et Dee Cunniffe : La paix dans le sang

      Le tome 1 de Redneck, écrit par Donny Cates, dessiné par Lisandro Estherren et colorisé par Dee Cunnifee, est sorti aux éditions Delcourt le 4 avril 2018.

      Fête de famille dans un bain de sang

      Les Bowman ne sont pas une famille ordinaire. Terrés au fin fond du Texas, ils vivent cachés du soleil et des hommes, se nourrissant du sang animal. Les Bowman sont des vampires. Tous les membres de la famille ne sont cependant pas tous d’accord avec le mode de vie pacifiste et reclus qui a été choisi, certains souhaitant rétablir la domination qu’ils exerçaient sur le commun des mortels. La situation dérape et les vieilles rancœurs refont surface lorsque les ennemis de toujours des Bowman, les Landry, croisent à nouveau la route des vampires. L’équilibre fragile qui s’était instauré vole alors en éclats et force chacun des Bowman à faire des choix. Ce bouleversement est cependant loin de se faire sans perte ni sacrifice au sein des deux familles, que la guerre déchire depuis bien trop longtemps, que cette dernière soit interne ou contre les Landry.

      Un fort goût carmin

      Tout comme la couverture du premier tome l’indique, Redneck est une bande dessinée violente. Le sang coule à flots et les morts s’empilent sur la grande majorité des planches, montrant au lecteur la violence que certains des Bowman cherchent justement à fuir. Les détails sont précis et un juste équilibre est trouvé au sein des cases entre plans rapprochés et plans d’ensemble, qui permettent d’alterner entre l’aspect individuel et l’aspect familial des personnages. Le travail des couleurs accentue grandement cette sensation de violence incontrôlable, jouant entre le bleuté malaisant de la nuit et l’orangé-rouge agressif du feu et du sang. Le personnage de la jeune Perry apporte un peu de douceur dans ce monde brutal de par l’innocence que son corps d’enfant dégage et son calme et sa détermination remarquables au cœur de la panique.

      Une lutte bien humaine

      Redneck s’intéresse à la personnalité et aux combats personnels de chacun des membres de la famille Bowman. Peu sont laissés à part au long des 144 pages et ce tome 1 se permet même un habile retour en arrière pour conter au lecteur l’histoire de la famille, expliquer comment elle s’est construite et comment la mentalité de chacun de ses membres a évolué au cours du temps. Les rapports conflictuels entre les personnages sont au cœur de l’histoire, le choix de vampires pour incarner les personnages ne semblant être que prétexte à la volonté d’un mode de vie pacifié. Ce choix permet cependant la belle personnification de la haine dans le corps du grand-père dévasté physiquement par ce sentiment qui le ronge et offre une plus grande liberté d’écriture.

      Ce tome 1 de Redneck est une belle leçon de courage et de lutte pour la paix, quel qu’en soit le prix à payer.

      Extrait de Redneck

      Donny Cates

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.