More
    More
      Array

      [Critique] Poison City

      Sorti en début d’année, revenons sur Poison City, le dernier titre de Tetsuya Tsutsui ! 

       

      Poison City

      poison-city-manga-volume-1-simple-223209

       

      Auteur : Tetsuya Tsutsui

      Éditeur : Ki-oon

      Date de sortie : 12/03/2015

      Nombre de tomes : 2 tomes au Japon, série terminée, 2 en France

      Prix : 7,90 € en format classique, 15 € en collection Latitudes

       

      Synopsis :

      Tokyo, 2019. À moins d’un an de l’ouverture des Jeux olympiques, le Japon est bien décidé à faire place nette afin de recevoir les athlètes du monde entier. Une vague de puritanisme exacerbé s’abat sur tout le pays, cristallisée par la multiplication de mouvements autoproclamés de vigilance citoyenne. Littérature, cinéma, jeu vidéo, bande dessinée : aucun mode d’expression n’est épargné.
      C’est dans ce climat suffocant que Mikio Hibino, jeune auteur de 32 ans, se lance un peu naïvement dans la publication d’un manga d’horreur ultra-réaliste, Dark Walker. Une démarche aux conséquences funestes qui va précipiter l’auteur et son éditeur dans l’œil du cyclone…

       

      poison city 2
      © Tetsuya Tsutsui / Ki-oon

       

      Le manga et la censure

       

      Poison City nous plonge dans un Tokyo de notre époque, assez réaliste. Nous suivrons les mésaventures de Mikio Hibino, un trentenaire mangaka en devenir. Particulièrement doué dans un style sombre et glauque, il vient de trouver un éditeur qui acceptera de publier son titre Dark Walker. Mais voila, même si son récit semble bon et bien dessiné, il se heurte à un mur qu’il n’avait pas vu venir. En effet, depuis quelques années, un organisme s’occupant d’une nouvelle « loi pour la littérature saine » menace les œuvres qu’elle juge malsaine en raison de leur caractère sexuel ou violent à l’extrême. Les ouvrages sanctionnés se voient alors sectorisés en deux rubriques : les ouvrages déconseillés qui sont non recommandés aux moins de 15 ans et les ouvrages nocifs, retirés des rayons et interdits à la vente des moins de 18 ans. Comment alors s’assurer que Dark Walker puisse avoir un bon accueil ? Mikio va devoir réfléchir aux répercussions que cette loi pourrait entraîner sur son avenir. Il va alors se lancer dans une investigation pour comprendre les tenants et aboutissants de cette cellule en commençant par interroger l’auteur, qui lui a donné envie de devenir mangaka. Ce dernier se trouve être la première « victime » de ce système. Ensuite, il recevra la visite d’une personne qui s’avérera être d’une aide précieuse, en lui expliquant le fonctionnement interne de cette commission. C’est alors qu’un choix cornélien va se présenter à notre principal protagoniste: changer le contenu de son manga, afin qu’il soit mieux perçu aux yeux des bureaucrates, tout en perdant une certaine qualité, ou bien garder son titre tel qu’il l’a conçu et risquer qu’il soit déclaré comme oeuvre nocive.

       

      poison 1
      © Tetsuya Tsutsui / Ki-oon

      Tetsuya Tsutsui nous propose en plus de cela une lecture à double niveau, puisque vous pourrez explorer de temps à autres les pages de Dark Walker. Le dessin est quant à lui très réaliste comme à son habitude. Si Poison City nous marque, c’est en grande partie grâce ou à cause du degré d’implication de son auteur, puisqu’une de ses œuvres, Manhole en l’occurrence, s’est retrouvée classée oeuvre nocive pour les mineurs au Japon, dans le département de Nagasaki. Ici, Tsutsui fait une critique cinglante de ces organismes qui endiguent la liberté d’expression des auteurs. Souvent peu renseignés, ils prennent des décisions lourdes de conséquences pour les œuvres qu’ils pointent du doigt. Déjà que la pop culture nippone est affectée par une perte de qualité, si les artistes sont bridés, leur avenir risque d’être fortement compromis. 

       

      Poison City est une très bonne série que je ne peux que vous conseiller. Brève, incisive, on sent que Tetsuya Tsutsui y a traité un thème qui lui tenait vraiment à cœur. Maintenant, il ne tient qu’à vous de vous y plonger à votre tour, si le cœur vous en dit.

      poison city 1
      © Tetsuya Tsutsui / Ki-oon

       

       

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.