More
    More
      Array

      [critique] Les lapins sont toujours en retard au théâtre des Béliers

      « Les lapins sont toujours en retard » au Théâtre des Béliers, et ce jusqu’au 5 décembre. Nous, nous ne l’étions pas pour assister à l’une de leurs représentations. Et croyez-nous, nous avons bien fait !

      A première vue, ce qui ne laisse pas indifférent lorsque l’on aborde « Les lapins sont toujours en retard » c’est l’affiche. Le visuel est d’une importance primordiale car il faut réussir à se démarquer, susciter un intérêt certain et donner envie au spectateur de venir découvrir la pièce.Visuel Les lapins sont toujours en retard

      Et bien, même si vous dévalez les escaliers afin de ne surtout pas rater votre métro, il suffit que votre regard se pose sur cette affiche pour ne pas y être indifférent. Un visuel qui nous emmène dans ce merveilleux monde d’ « Alice aux Pays des Merveilles ». On est pourtant bien loin des contes de fées et autres histoires destinées aux enfants.

      Les lapins sont toujours en retard : des questions biens actuelles

      « Les lapins sont toujours en retard » c’est l’histoire d’Alice et Sandra, sœur jumelle que tout oppose. Alice est une jeune femme bucolique, romantique, douce dans un excès permanent d’émotions. Sandra, policière de carrière est plutôt dure et forte, au caractère se rapprochant d’avantage à celui d’un « garçon manqué » aux idées et choix de vie très arrêtés.

      On pourrait croire que « les lapins sont toujours en retard » est une fois de plus une banale histoire où chacun donne sa vision de la vie. Mais l’intelligence d’écriture de cette pièce va bien au-delà.

      Ariane Mourier, comédienne et auteure de cette pièce, dresse le portrait de cette génération de trentenaires que nous sommes… Avec un humour qui ne s’estompe à aucun moment, on est plongé dans l’étude des relations humaines. Relations de couples, d’amitiés, familiales et personnelles avec lesquelles nous nous efforçons de vivre et d’avancer !

      S’il est particulièrement question des femmes d’aujourd’hui, « les lapins sont toujours en retard » est loin d’être une pièce féministe. Si la cible principale reste malgré tout cette génération 2.0, la qualité du scénario permet à chacun d’entre nous une vision différente. Dans un premier temps, il y a ceux et celles qui se reconnaîtront véritablement dans les personnages. Les autres passeront par une compréhension de ce style de vie qui n’est pas le leur, puisque l’écart générationnel ne nous éduque absolument pas de la même façon.

      Les lapins sont toujours en retard
      Yannik Mazzilli – Ariane Mourier

      Parce qu’il faut reconnaître que si l’Homme reste inchangé, ses actes le sont et évoluent différemment avec les années. Aujourd’hui, absolument tout va trop vite !

      La vie est une course permanente, course au bonheur ou du moins à sa recherche !

      La mise en scène de David Roussel est un décor en perpétuel mouvement. Nous nous retrouvons tantôt au commissariat, ou sur une scène de crime, tantôt chez l’une ou l’autre des deux sœurs, sans oublier le cabinet du psychologue où les mystères seront mis à nu.

      Ce mouvement permanent, mêlé aux flash-back d’Alice et Sandra, rythment la pièce sans le moindre répit. Nous allons de surprises en déconvenues notamment lorsqu’il faut donner son avis sur la sempiternelle question : « Faut-il avoir des enfants ? »

      C’est un pur moment de bonheur… Bravo !

      Rarement il nous a été permis de découvrir une pièce si juste, précise et réaliste avec autant d’humour. C’est extrêmement drôle, incisif, le tout parsemé d’émotions et d’intrigues. Les comédiens sont tout simplement grandioses, chacun interprétant son rôle (ou plusieurs) à la perfection. Nous ne pouvons que saluer cette performance, et nous en demandons encore !

      « Les lapins sont toujours en retard » est une pièce qui nous réconcilie avec la vie ! Une véritable ode au bonheur.

      Le théâtre des Béliers nous offre comme chaque année une programmation variée. Des adaptations classiques comme « Roméo & Juliette », dont nous vous parlerons très prochainement, au spectacle de magie avec « L’école des magiciens » de Sebastien Mossière. Chacun y trouvera sans aucun doute satisfaction, les grands comme les petits.

       

      Infos Pratiques 

      Les lapins sont toujours en retard jusqu’au 5 décembre au Théâtre des Béliers Parisiens.
      14 Bis Rue Sainte Isaure, 75018 Paris
      Réservations: 01 42 62 35 00

      Les mercredis et jeudis 20h45.
      Les vendredis et samedis 21h00.
      Le dimanche 15h00.

      Tarifs: de 10€ à 32€
      Durée: 1h20

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité