More
    More
      Array

      Le bestial « Dogman » sortira en DVD le 14 novembre prochain

      Interprété par un fantastique Marcello Fonte, Dogman, le film de Matteo Garrone, raconte la dramatique histoire d’un toiletteur pour chien confronté à la brutalité de son ami qui petit à petit, l’entraîne dans une spirale de violence sans retour. Le DVD sortira le 14 novembre.

      C’est l’innocence d’un homme qui s’envole malgré lui. Discret, Marcello (incroyablement incarné par l’acteur Marcello Fonte, prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes) est un petit toiletteur pour chiens bien intégré et apprécié dans une banlieue pauvre, gangrenée par la crise économique. Cette dernière est persécutée par Simoncino, une brute à l’état pure, ancien boxeur et cocaïnomane de retour de prison. Ce dernier est un ami de Marcello qui revend de la cocaïne dans le quartier pour arrondir ses fins de mois. Chétif, fluet et inconditionnellement amoureux de ses chiens, Marcello subit les humeurs parfois violentes de Simoncino qui le pousse petit à petit dans une spirale criminelle jusqu’à la trahison et la prison. Repoussé de tous dans son quartier, Marcello élabore alors une terrible vengeance.

      Une histoire inspirée de faits réels

      Si le film est une fiction, Matteo Garrone s’est inspiré d’une histoire réelle survenue en Italie dans une banlieue à la fin des années 80. Un fait divers qui a fait parler de lui par son extrême violence : un toiletteur pour chien nommé Pietro de Negri a torturé de manière particulièrement cruelle son bourreau Giancarlo Ricci, ancien boxeur sorti de prison. Mais la comparaison s’arrête là. Car Dogman n’est pas une simple histoire de vengeance, du faible qui lutte face au fort. Non. Le réalisateur questionne sur les conséquences de nos actes et de la perte de l’innocence d’un homme. Matteo Garrone décrit le film comme :

      « un renversement de perspectives : celle de quelques chiens, enfermés dans une cage, qui assistent comme témoins à l’explosion de la bestialité humaine ».

      Si cette « libération » par la violence vient soulager le spectateur après une heure trente de tension, elle enferme Marcello dans une nouvelle prison, terriblement seul et déshumanisé.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.