More
    More
      Array

      [Report] Carpenter Brut – Concert intime au Mondial du tatouage

      Carpenter Brut était au Mondial du Tatouage le samedi 4 mars pour un concert intime. La Grande Halle de la Villette a vibré au rythme de l’électro 80’s du groupe français.

      On pensait voir la Grand Halle de la Villette pleine à craquer le samedi soir, mais c’est finalement à la bonne franquette, comme l’ambiance général du Mondial, que s’est déroulé le point d’orgue musical du samedi soir.

      Un public Génération 80 très varié !

      Dans la salle, des connaisseurs, des fans bien sûr et Tin-Tin qui a rejoins les visiteurs, enthousiaste et totalement conquit par Franck Hueso et sa joyeuse bande. Au programme, plus d’une heure de son profondément année 80 avec des visuels Pulp et Série Z.

      Le concert s’ouvre sur un morceau de la B.O. de Ghostbusters : Laura Branigan – Hot Night, sous titré en espagnol (s’il-vous-plait).

      La fosse commence à se chauffer. On sent que beaucoup sont nés ou ont grandi avec ces musiques et on est pas loin d’une pointe de nostalgie. Le public est finalement assez éclectique quand on y regarde à deux fois : du hipster branché, au métalleux, en passant par l’aficionado d’electro… Beaucoup de tatoués mais par dessus tout, des gens qui savaient qu’il fallait être là ce soir pour ne pas manquer Carpenter Brut.

      Le concert intime de Carpenter Brut

      Après plusieurs concerts à guichet fermé, c’était une chance de pouvoir savourer une performance live en petit comité.

      Complètement poussé par les titres de Carpenter Brut, le public va s’agiter pendant presque 1h30 sur les titres de leur album Trilogy. D’Escape From Midwich Valley qui sera le premier titre, en poursuivant avec Roller Mobster, l’incontournable Turbo Killer, puis Disco Zombi Italia, SexKiller on the Loose… 

      Visuellement, c’est un fin assemblage d’une multitude d’extraits de film de Série Z plus ou moins gores, plus ou moins érotiques et dont le montage en a fait sourire plus d’un. Du film de zombie, à celui de mafieux, en passant par des filles samouraïs qui font du patin à roulette, on parcourt une multitude d’univers absurdes, loufoques, violents, sanguinolents, parfaitement illustrés par la musique de Carpenter Brut. Au final, on vient même à ce demander quels sont les noms de ces pépites vintages pour une soirée film / popcorn entre amis.

      Les titres s’enchaînent à une vitesse folle et, complètement absorbé par la musique et l’écran, on en a oublié l’heure. Un seul petit regret : très peu d’interactions entre le groupe et le public, malgré les cris et l’agitation de ce dernier. On a eu le droit à quelques levées de guitare et de bras pour encourager la fosse à s’exciter d’avantage. Le show reste cependant une très grosse claque sonore et visuelle dont on se souviendra. 

      mondial_tatouage_2017_samedi_credit_anthony_dubois_6650

      Le concert se termine en apothéose avec une puissante cover de Maniac de Michael Sembello. 

      Redécouvrez l’album Trilogy

      Blood Machines: Turbo Killer 2 – le projet de Carpenter Brut et Seth Ickerman

      Petite publicité pour un super projet qui a été financé en grande partie en crowdfunding, mais qui est aujourd’hui disponible à la vente.

      Retrouver le projet Blood Machines

      Blood Machines est un court métrage de SF inspiré par les années 80. Aux commandes, Seth Ickerman à l’écriture et à la réalisation, accompagné par un collectif composé de Raphaël Hernandez et Savitry Joly Gonfard, le tout sur la musique de Carpenter Brut. Le clip de Turbo Killer sert d’introduction à ce projet et en place l’univers.

      L’HISTOIRE : Deux chasseurs traquent une machine qui tente de s’émanciper. Après l’avoir abattue, ils assistent à un phénomène mystique : le spectre d’une jeune femme s’arrache de la carcasse du vaisseau comme si elle avait une âme. Cherchant à comprendre la nature de ce spectre, ils entament une course-poursuite avec elle à travers l’espace.

      Et sinon quoi de neuf ?

      Carpenter Brut a récemment sorti un nouveau titre, Night Stalker, qui annonce un deuxième album, The Rise of the Synths, très attendu. Et il l’est encore plus lorsque l’on sait que Carpenter Brut a participé au documentaire du même nom sur la musique des années 80.

      Source : https://vehlinggo.com/2017/03/02/premiere-carpenter-brut-rise-of-the-synths/

      Le groupe va désormais partir Outre Atlantique mais sera de retour pour le Download Festival à Brétigny-sur-Orge. J’espère que vous avez pensé à prendre vos billets ?

      Photos : © Anthony Dubois 

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.