More
    More
      Array

      Cannes 2016: La compétition UN CERTAIN REGARD bat son plein

      17 films sont en lice cette année pour la section UN CERTAIN REGARD du 69ème festival de cannes. Parmi eux, il y a  La Danseuse, que nous avons vu (critique du film ici), mais aussi 2 films aux allures de western modernes qui ont déjà été présentés: Comancheria (Hell or high water) avec Jeff Bridges, Chris Pine et Ben Foster, et puis Câini (Dogs), venue d’un pays dont le cinéma se plûtot bien.

      COMANCHERIA (Hell or high water) de David Mackenzie

      comancheria

      Le réalisateur Britannique n’en est pas à son premier film. Auteur de l’incroyable PERFECT SENSE, il pose sa caméra dans l’ouest du Texas pour une histoire (écrite par l’auteur de SICARIO) dans laquelle 2 frères tentent de réunir une somme pour éviter la saisie du ranch de leur mère qui vient de mourir. Pour réunir l’argent nécessaire, ils décident de braquer toutes les agences de la banque qu’ils doivent rembourser. Par cette subtile idée, le film pointe du doigts la crise économique, ses effets, et présente une réalité dans laquelle les banquiers sont les vrais voleurs, et les braqueurs, les hors la loi par dépit.

      Ce film western-road movie-policier confronte 2 frères que tout oppose, à 2 rangers tout aussi différents l’un de l’autre.  Jeff Bridges, en policier à l’aube de la retraite, aime fusiller son collègue d’origine amérindienne, de vannes sur les cowboys et indiens qu’ils sont. Chacune de ses répliques provoque des rires dans la salle, parvenant à créer un certain équilibre dans le film, où dialogues cocasses et scènes dramatiques s’entremêlent finalement de manière équilibrée. On se prend d’empathie pour chaque personnage.

      Un bon scénario, chargé, bien pensé, et des comédiens confirmés et clinquants. De quoi rendre plus sympa qu’il n’y parait un scénario au postulat de départ bien classique, finalement transformé en très bon film de genre.

       

      CÂINI (DOGS): Film roumain de Bogdan Miricã

      Dogs mechant

      Dans cette co-production Franco-Roumaine, le réalisateur soulève principalement une question: Qu’est-ce qui pousse les hommes à se battre, parfois jusqu’a la mort? Certains être humains sont prêts à défendre leur gagne pain, comme un chien défendrait sa gamelle ou sa propriété. D’où le chien omniprésent dans la propriété, dont Roman, personnage principal, hérite après la mort de son grand père.

      Rapidement, il souhaite vendre cette propriété de plusieurs centaines d’hectares où rien ne pousse, et perdue dans la campagne désertique du fin fond de la Roumanie. Problème: des malfrats qui travaillaient pour son grand père ne sont pas de cet avis, car ce terrain fait vivre leur traffic.

      « Il à trop regardé les films de Sergio Leone et des frères Coen le jeune homme », disait un compère en sortant de la salle.

      Evidemment, dans sa note d’intention, Bogdan Miricā (présent pendant la projection avec toute l’équipe du film), avait déjà cité NO COUNTRY FOR OLD MEN parmi ses références. L’ambiance s’en rapproche, et s’en ressent, mais le rythme est bien trop lent. Malgré tout, et surtout malgré 1h44 de calme plat, les choses se mettent bien en place et les idées de mise en scène sont bien trouvées. Bruitages hors champs suggérés, plans séquences (le tout premier plan du film étant une merveille du genre), menace pesante, fin ouverte, et l’excellente phrase qui pique les franciliens: « Je sais ce que c’est une tique, je ne vis pas à Paris ».

      On regrette en revanche que la performance de Dragos Bucur soit éclipsée par le surprenant Gheorghe Visu, dans le rôle du vieux policier pas très en forme et sans moyens. Associant à la fois suspense et violence, ce premier long métrage s’en sort pas trop mal, si l’on oublie sa lenteur qui le caractérisent tout du long. 

       

      Bandes-annonces:

       

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité