More
    More
      Array

      Brain Damage & Vibronics : du dub en live

      Brain Damage s’était associé au groupe de dub anglais Vibronics en 2013, pour créer l’album « Empire Soldiers ». Une version live de cet album vient de sortir : « Empire Soldiers Live ». L’occasion de revoir la carrière de ce groupe de dub aux multiples facettes.

      « Empire Soldiers« ,  c’est la combinaison qui a donné des morceaux chantés « digital rub a dub » des plus explosifs, avec un contretemps diablement puissant et purement digital, provoqué par Martin Nathan, le fondateur oeuvrant aux machines, pour créer cette sensation « Irie » version 2010’s tout au long de l’album.  Il est entouré de quelques chanteurs, comme Sir Jean.

      Brain Damage tourne depuis 1999, et comme bon nombre de groupes de dub français nés durant cette décennie (High Tone, Zenzile, Ez3kiel, etc…), ils ont souvent changé de style dans leur carrière, pour éviter l’écueil classique en la matière. C’est que le dub, plus encore que le reggae, est intrinsèquement répétitif, et lorsqu’il ne se mélange pas, un même artiste ou groupe avide de créativité n’aura pas beaucoup de marges de manoeuvres pour que le son évolue de manière conséquente. Brain Damage est à ce titre un groupe remarquable, dans la mesure où ils ont su, en 8 albums, se renouveler, sans changer leurs fondamentaux. A leur début, les stéphanois ont pu marquer le paysage dub de l’hexagone, avec une marque plus UK :  les riddims et featurings britanniques ou anglophones (Alpha & Omega, Zion Train) sont nombreux, le son plus digital (alors que d’autres officient surtout avec des instruments plus traditionnels comme la guitare ou la batterie, ou bien avec des platines, et peu de chant).

      Dans « Short Cuts » (2008), les compos commencent à être plus consistantes, plus riches en samples, évoquant plusieurs ambiances et musiques (notamment la musique indienne et orientale). Le côté pro se fait ressentir davantage, sans négliger pour autant le fun et la fête.

      « Burning Before Sunset » et « Spoken Dub Manifesto » (2010) sont 2 albums noirs, on s’éloigne du soleil jamaïcain pour se situer plutôt dans les grandes métropoles sombres, crasseuses et inquiétantes. Le contre-temps s’efface pour laisse place à un beat univoque et monotone, avec une voix roque et grave qui prophétise et vocifère : changement radical d’ambiance pour 2 exercices de styles, alternant entre sitars en échos, orgues stridents et rythmes digitaux fous aux percus orientales samplés. Frissons garantis…

      Après cet interlude quelque peu déconcertant (mais riche en expérimentations), on revient à la base avec « What you gonna do » en 2012 et c’est le retour à la formule dub plus stricte, plus propre et toujours aussi efficace. Le chanteur sénégalais Sir Jean les rejoint, il vilipende les consciences politiques avec son verbe très contestataire, et sa voix qui porte haut, fort et en anglais. Cette participation donne au groupe un peps non négligeable, son énergie en est renouvelée.

      Toujours en 2012, la rencontre avec les pionniers du genre, High Tone (qui sont également chez Jarring Effect, la maison de disque lyonnaise qui, avec Hammerbass, a largement contribué à la diffusion du genre) donne l’album « High Damage« . Difficile de résumer ici ce qu’est cet album, c’est tout simplement la meilleure synthèse du dub français de ces 20 dernières années. L’aspect artisanal des ainés lyonnais (scratchs, batteries, instruments en tout genre…) se percute et s’illumine littéralement sur les allers et venus métalliques de Brain Damage. A l’écoute, cela évoque la symbiose entre la puissance et la paix, rien que ça…

      C’est somme toute logique que Brain Damage rencontre Vibronics sur « Empire Soldiers » et sa version live : ces références du dub UK, très portés sur le digital, permettent ainsi via cette collaboration soudée une collection de morceaux rebondis et réjouissants. Et constitue la dernière pierre en date de la carrière de Brain Damage, une des plus intéressantes et des plus aventureuses du paysage dub français. Brain Damage se produira au Summer Vibration Reggae de Selestat le 25 juillet prochain.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.