More
    More
      Array

      « Baby Love » : L’ EP onyrique et enfantin de Petite Meller

      Déjà largement présente sur VEVO avec ses titres « Baby Love » et « NYC Time », Petite Meller vous dira surement quelque chose lorsque vous entendrez sa Petite voix ou apercevrez ses Petits traits de poupée. L’EP « Baby Love » de Petite Meller sort le 8 juin, et nous allons vous en parler!

      Malgré des textes essentiellement écrits en anglais, Petite Meller est née à Paris et clame haut et fort son amour pour la langue de Molière et ses influences passées des grands chanteurs tels que Charles Aznavour, Jacques Brel et Serge Gainsbourg.

      Poussée à voyager pour suivre sa famille, elle passera son adolescence à Tel Aviv où elle écumera les festivals de Jazz tout en étudiant la photographie. Jeune femme au physique enfantin, celle-ci attire les regards des étudiants d’art qui la prendront rapidement en tant que modèle. Repérée par un agent, elle s’envolera pour le Japon où elle exercera le métier de mannequin afin de récolter des fonds pour se payer ses études de philosophie une fois de retour à Tel Aviv.
      Aussi surprenant que cela puisse paraître, Petite Meller est toujours dans le circuit universitaire et termine en ce moment son mémoire de Master de philosophie.

      Cette passion pour la philosophie se traduit d’ailleurs dans ses textes et dans ses clips ayant toujours une atmosphère particulière, entre le rêve et la réalité. Elle nous explique notamment que la chanson « Backpack » parle « de se nourrir des symptômes qui vous bloquent pendant votre enfance et de les utiliser d’une façon productive et positive comme un remède ». Cérébrale et créative, l’auteur-interprète qu’est Petite Meller est déjà bien rodée quant à l’élaboration de son art.

      « Nous pouvons transformer nos fantaisies en réalités »

      Après avoir joué dans plusieurs groupes à Tel Aviv, elle décide de s’envoler pour New York afin de passer à une autre étape de sa création, en solo.
      Une fois installée, Petite Meller se lance alors le défi de réaliser le style de musique qui l’inspire et qu’elle souhaite faire évoluer : le Nuovo Jazzy Pop.

      Ce style peut s’inscrire dans la nouvelle tendance jazzy-pop-hyppie-chic que nous avons maintenant l’habitude de voir. Couleurs pastel, visages figés, l’art de Petite Meller ne réside pas seulement dans la création musicale. Elle insiste en effet sur le fait que ses clips font partie intégrante de son projet artistique. Pour cela, celle-ci s’est astucieusement entourée de fans résidant aux quatre coins de monde avec lesquels elle a su garder contact et créer un véritable réseau de création. C’est ainsi que le photographe mexicain Napoléon Habeica et l’américain A.T Mann participent aujourd’hui à la réalisation de ses clips.
      L’EP « Baby Love » s’inscrit dans ce processus de création ultra stylisé et élaboré dans lequel Petite Meller s’est engagé.

      Celui-ci est composé de 7 titres, dont 4 remix de la chanson « Baby Love » par Armand Van Helden, Pnau, Tod Terry & Ant LaRock et SuperStylers. On regrettera que ces remix soient quelque peu répétitifs puisque tous conçus dans le même genre électro, les uns ne se distinguant pas forcément des autres pour les novices de ce style musical.

      Pour leur part, les trois premiers morceaux son révélateurs de l’univers de Petite Meller. Le premier titre « Baby Love » nous expose la voix à la fois enfantine mais puissante de l’artiste. L’utilisation du saxophone nous projette directement sur une plage de la Méditerranée, un cocktail de fruits frais à la main. Cette oeuvre pourrait d’ailleurs être parfaitement intégrée commercialement à travers des publicités comme cela peut souvent être le cas pour les morceaux qui s’y prêtent. Une synchronisation future ne serait donc pas à exclure selon nous. L’élément à ne pas négliger réside essentiellement dans le clip, qui est une véritable petite pépite de création. Couleurs et costumes élaborés dans un style écolier chic, ce clip tourné en Afrique nous emmène dans un rêve africain où les girafes paraissent être des animaux surnaturels.

      Le titre suivant intitulé « Backpack » suit également le style du précédent tout en nous proposant une mélodie douce et un refrain aérien.

      Pour son dernier titre, Petite Meller a voulu nous raconter l’histoire de son travail et de son accomplissement à travers le titre « NYC Time ». Avec un début aux raisonnances criades et fragiles semblables à celles des Cocorosie, ce titre nous raconte l’importance que son installation à New York a eu sur son art. Le clip illustre d’ailleurs Petite Meller dans les bras d’un homme immense la sortant des méandres de sa vie passée afin de l’emmener à New York où elle s’accomplira.

      EP fantaisiste mais efficace, « Baby Love » signe l’installation de Petite Meller sur la scène electro jazzy pop avec trois titres tout droit sortis d’une boîte à musique des temps modernes. Un EP signature nous laissant espérer de belles créations futures et peut-être des surprises avec des collaborations aux sonorités plus exotiques qu’electroniques.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.