More
    More
      Array

      Avery Sunshine au Bizz’art : un concert lumineux!

      Nous sommes au Bizz’art, le long du quai de Valmy, à Paris. Il est déjà plus de vingt heures et la salle se remplit petit à petit. On sent la ferveur pointer le bout de son nez derrière les rideaux rougeoyants des loges. L’atmosphère est frémissante dans les coulisses tandis que le bar-restaurant aux lumières tamisées sert généreusement les invités venus se restaurer en attendant le début du concert.

      Ils patientent tous pour la lumineuse Avery Sunshine tout juste arrivée de Cologne en Allemagne. Née aux Etats-Unis, chanteuse et pianiste de son état, Avery Sunshine est une prodige du piano, et apprend très tôt à diriger sa musique. Férue de jazz, elle donne son premier récital à l’âge de 13 ans. Elle dirige aussi les célébrations dans de nombreuses églises au sein de chorales prestigieuses telle que la Wilmington/Chester Mass Choir. Avery Sunshine, est très peu connue en France, malgré son immense succès outre-atlantique où tous ses concerts affichent complets, sans compter sa nomination aux BET Awards 2015 et ses prestigieuses collaborations avec Musiq Soulchild, Michael Bublé, ou encore Anthony Hamilton.

      C’est la chorale du Sankofa Unit Urban Choir qui va mettre le pied à l’étrier en premier afin de donner le « la » et assurer la première partie de la chanteuse. Entre les tintements de couverts et les spectateurs impatients, les voix s’élèvent en harmonie pour reprendre des morceaux de gospel tantôt propices au recueillement, tantôt rythmés. « Total Praise », « Still Say Yes », « Thank You », « Faith » émeuvent le public et font vibrer les cœurs.

      Avery Sunshine est toujours resplendissantes au moment de monter sur scène. C’est une chanteuse aguerrie et joviale que l’on retrouve. Sans perdre de temps, elle s’installe radieuse et fait jouer le clavier du synthé qui trône au beau milieu de l’espace. Après quelques morceaux, son fils la rejoint aux percussions, bientôt suivit par le guitariste  Dana Johnson.
      Avery Sunshine nous présente les morceaux de son dernier album « The Sunroom », et reprend ses classiques en passant par du Aretha Franklin.

      Avery Sunshine concert Avery Sunshine concert b

      Entre deux titres, elle nous confie avoir reçu des appels l’interrogeant sur le maintien ou non de son concert. Une annulation aurait été tout à fait compréhensible au vue des récents et tragiques événements qui ont eu lieu à Paris mais la chanteuse n’a pas opté pour ce choix. Elle n’a pas peur et nous incite à en faire de même. Et puis il n’est pas question d’annuler lorsqu’on vient à Paris pour fêter les 78 ans de sa mère présente parmi les convives ! Elle rend donc un hommage émouvant et positif en interprétant « Prayer Room », un morceau qui dit que malgré la distance, elle prie pour nous.
      Les choristes du Sankofa Unit ne sont pas bien loin et reprennent eux aussi à pleine voix les refrains de la chanteuse « See you when I get there », « I got sunshine ». Ils la rejoindront d’ailleurs un peu plus tard sur scène pour l’accompagner sur « Blessin’ Me ». L’énergie est contagieuse et le public apprécie.

      La soirée se termine plus lumineuse qu’elle n’avait commencé. On retiendra d’Avery Sunshine ses grimaces, ses petits mots d’humour, ses déclarations d’amour aussi et sa voix… Quelle voix !
      Le show aura été à la hauteur de sa réputation.

      Site Facebook
      Site Officiel

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité